Terre de l'homme

Terre de l'homme

Article du jour


Le boudoir

 

Clément V

 

Le Clément V au début de ce siècle.

 

 

Amies lectrices et amis lecteurs de grâce ne cherchez pas un embryon de cohérence dans ce billet. C'est un gerbage de souvenirs qui m'est venu à l'esprit en partant du boudoir simple et vieux mot. J'ai trouvé cette terminologie, peu employée dans sa forme surannée, intéressante à glisser sur ce blog.

 

Je me répète dans ce billet il n'y a ni chronologie ni cohérence. Seul un rebond, que d'aucunes et d'aucuns trouveront stupide, parti d'un emmêlement désordonné de souvenirs, m'a amené à parler du boudoir.

 

Grand merci à celles et à ceux qui auront eu la patience et la générosité de s'attarder sur ce billet.

 

P.F

 

 

Mathieu et Nathalie - blog

 

Le Boudoir aujourd'hui. Mathieu et Nathalie Fraboulet, les exploitants de l'Hôtel.

Photo  © Bruno Marty 

 

 

Qu'est ce qu'un boudoir ?  Écartons tout d'abord le second sens de ce terme. Il s'applique à ces biscuits qui, lors d'un apéritif ou d'un raout, accompagnent les vins et petits-fours.

 

Pour l'encyclopédie Wikipédia un boudoir est une petite pièce dans un logement aménagée entre la salle à manger et la chambre à coucher, un salon élégant à l’usage particulier des dames et dans lequel elles se retirent lorsqu’elles veulent être seules ou s’entretenir avec des personnes intimes. 

Certes cette définition, aussi exacte qu'elle soit, à l'ère du numérique et des réseaux sociaux, peut passer pour ringarde.

 

Sans livrer un secret de la sémantique disons tout naturellement que cette terminologie vient du verbe bouder. Est-il besoin de définir ce que bouder veut dire. De l’onomatopée bod désignant quelque chose d’enflé comme l’est la lèvre du boudeur ou de la boudeuse. Se détourner de quelqu'un, de quelque chose, montrer à leur égard de la réserve ou de l'hostilité : Bouder un fournisseur. Les électeurs ont boudé le scrutin. Les enfants boudent quand ils n'obtiennent pas ce qu'ils veulent et là on peut parler de caprices. Plus sérieusement on boude quand on apprécie diversement une réalisation. Les jeunes artistes ont boudé la cérémonie de l'inauguration de la Galerie francilienne où leurs œuvres n'ont été mises en relief qu'imparfaitement.

 

Au cours des siècles précédents le boudoir, petit salon féminin mondain, vient de loin dans l'histoire. Il remonte à l'époque de la Renaissance quand les châtelaines voulaient prendre leurs distances de la puissance masculine et s'isolaient dans  une pièce proche de la pièce d'honneur de leur gentilhommière pour s'évader dans le calme, écrire, réfléchir ou disserter en comité restreint.

 

J'ai le lointain souvenir de mon service militaire, en 1964, à Toul, à l'Hôpital militaire Gama, devenu le Centre d'instruction du Service de Santé, n° 6, de petits carrés, en marge des chambrées, qui avaient été agencés pour permettre aux stagiaires de s'isoler pour travailler. Il y avait parmi eux bon nombre d'appelés qui avaient des cursus universitaires inachevés et interrompus ou des concours à préparer. Je n'ai cependant pas souvenance de précipitations en nombre vers ces boudoirs. Un des nôtres qui était, je crois, chercheur avait baptisé ces kystes, avec un délicieux humour malicieux, des boudoirs.

 

https://terre-de-l-homme.blog4ever.com/les-volets-memoriels

 

Portail de Gama

 

Voilà ce qu'il restait de la porte d'honneur en août 2004. Depuis, il ne reste plus rien et personne n'a su dire à Pierre Labrude où est partie cette ultime pièce de souvenir. A-t-elle été soustraite par un processus peu orthodoxe, il ne saurait le dire !

Photo © Pierre Fabre

 

J'ai le net, mais lointain, souvenir, loin des boudoirs, du franchissement de cette porte par les postulants, tous du contingent, de l'École militaire de Mourmelon-le-Grand qui, dans les pas de leur chef de section, l'aspirant Herbert Mischler, devaient entonner "La Marche de la Deuxième D.B ". L'aspirant Mischler, de 5 ans mon aîné,  après avoir apporté son écoute, son enseignement et ses préconisations dans les universités des deux côtés du Rhin, est devenu un sympatique jardinier alsacien du coté de Reischoffen. Un homme fascinant comme Herbert ne s'oublie pas. Dans un billet ultérieur je reviendrai vers lui.

https://www.youtube.com/watch?v=VoXK8aXMBQ8

 


24/05/2024
1 Poster un commentaire

Le 27 mai, pour commémorer le 80ème anniversaire des douloureux et tragiques moments du repli meutrier de la soldatesque du reich, ensemble venons dire non à la barbarie.

 

SAGELAT

 

le rendez-vous du rond-point de la Résistance à Fongauffier

 

 

Yves Bancon et Evelyn Mesquida

 

Le 21 septembre 2011 Yves Bancon, architecte pétrocorien, décédé le 1er juin 2013, à l'âge de 91 ans, et Evelyn Mesquida, écrivaine et historienne, ont coprésidé l'inauguration du mémorial de la Résistance de Fongauffier.

Yves fut une figure périgourdine de cette fronde libératrice qui l'appela, avec un courage inouï, à savoir fausser compagnie à Hermann Göring dans ses terrifiants schémas autrichiens. Yves rejoignit la Résistance en Périgord et tissa, dans sa ruralité, de solides amitiés. Évelyn s'est toujours comportée en passeuse de mémoire de ces valeureux républicains espagnols dont certains furent aux côtés de Leclerc pour libérer Paris.

 

Ce 27 mai 2024 les Amis de la Résistance vont, conformément à la tradition établie, rendre hommage aux partisans tombés en mars, juin et août 1944 tout en commémorant l'anniversaire du Comité national de la Résistance.

 

Cette année ce sera le binôme Jean-Louis Chazalas et Madie Balat, élus de l'autre rive, qui s'exprimeront en passeurs de mémoire.

 

Le rendez-vous est fixé à 10h45  au pied du monument aux morts de la Guerre de 14 pour aller en cortège au mémorial derière les porte-drapeaux. Les maires sont invités à venir ceints de l'écharpe tricolore.

 

 

Pierre Fabre

 

 
 

23/05/2024
0 Poster un commentaire

Une franche immersion dans l'accostage de la richesse naturelle et du patrimoine ferroviaire

 

PAYS de BELVÈS

 

Une franche immersion dans l'accostage de la richesse naturelle et du patrimoine ferroviaire

 

 

Montage conférence à Belvès pour blog

 

 

 

Après avoir présenté son livre " Ouvrages d'art et Paysages périgordins " à Siorac, puis à Vézac, Bruno Marty est invité par l'A.B.C., Association belvésoise de la culture, à animer, ce samedi 25 mai, la thématique immanente à cet immense chantier sous la forme d'une conférence/diaporama avec, pour fils conducteurs, les lignes ferroviaires Agen-Périgueux et Sarlat – Bordeaux.

Ces images seront projetées sur le grand écran de la salle et commentées par le reporter photographe Bruno Marty, assorties de détails techniques de Pierre Fabre, un cadre honoraire de la S.N.C.F. qui, sur le terrain, a suivi le reporter pour quelques prises de vue.

 

En fin de projection, les personnes présentes pourront prendre part à un jeu de questions réponses permettant de revenir sur les images les plus extraordinaires.

 

Pierre Fabre

 


22/05/2024
0 Poster un commentaire

A.G de la société de pêche

Mickäel BEJEAN

 

Mickäel BEJEAN

Bourgogne Franche-Comté , France

Présentation

Club : COS du conseil général
Hydrobiologiste au Muséum d'histoire naturelle de Besançon

Matériel photo

Coolpix 4500 Nikkon
Sony r20e



0 Poster un commentaire

Avec les patronymes et toponymes ouvrons des  livrets d'histoire de notre bassin de vie.

SIORAC-en-PÉRIGORD

 

Jean Rigouste, à gauche, et J-Cl Dugros à droite

 

À gauche Jean-Rigouste, de la Société française d'onomastique et du Comité national de toponymie et, à droite, son complice le majoral J-Claude Dugros. Tous deux aiment Siorac. Ils ont activement préparé les supports de cette animation récréative.

 

 

Avec les patronymes et toponymes ouvrons des  livrets d'histoire de notre bassin de vie.

 

L'après-midi récréative de ce mercredi 7 février à 14 h, à Siorac à la salle des fêtes Amédée Boussat, sera consacrée aux patronymes et aux toponymes. Notons que ces deux substantifs sont parfois, même souvent, liés par leur historicité.

 

Certains toponymes n'ont pas besoin de longues recherches onomastiques pour  être compris. Quand on est à Maison-Haute ou au Bout de la Côte cela tombe sous le sens. D'autres sont beaucoup plus subtils et nos traces occitanes, mais pas seulement, guident les experts en onomastique pour identifier.

les lieudits. Parfois, souvent, ces toponymess sont de faux amis. Ainsi l'amusante tournure Écoute-s'Il-Pleut n'est pas une légende meunière quémandant le ciel pour savoir si la pluie attendue venait remplir le bief mais bien autre chose. Cette promenade des toponymes, bien entendu, sera sioracoise mais elle s'ouvrira au-delà. Elle permettra aussi de parler des toponymes insolites en marge de Siorac tels Cantelauzel. Ce lieudit ne signifie pas "chante l'oiseau". Citons Duravel, dans la Bessède saint-paducienne, ou d'étranges Waterloo dans le Monpaziérois.

 

Pour les patronymes c'est un peu différent. Les personnages bougent ils viennent de contrées diverses et si l'on trouve dans notre ruralité profonde des patronymes qui ont une sonorité bien locale comme les Fonvielle, Fournier ou Rougier d'autres, avec comme première lettre un W, Y ou Z, sont à rapprocher de mouvements humains qui pour certains remontent loin, quelquefois très loin, dans l'histoire. Ils nous rappellent que notre pays compte des traces de passages de Wisigoths, de Wikings ou d'Africains.

Tout cela pointe les grandes migrations de la terre. Elles ont pu être des recherches d'édens, d'abris ou des refuges.   

 

Le majoral Jean-Claude Dugros, pris par un atelier d'occitan, et Jean-Rigouste, le lexicologue de référence, brillant érudit d'onomastique, saluent amicalement cette rencontre culturelle.

Grace à leurs travaux et analyses à Siorac, ce 7 février, les personnes qui participeront à cette après-midi récréative partageront un bon moment sur les traces de nos ancêtres.

 

N'hésitez pas à poser vos interrogations en adressant vos questions à terresdelhomme@gmail.com ou en laissant un message au 06 52  88 10 74.

 

Contribution des Après-midi récréatives de Siorac, Jasmine Chevrier et Sandrine Bruneteau

 

 

 



0 Poster un commentaire