Terre de l'homme

Terre de l'homme

Mois de juin 2024


Cinquante-deux ans après

 

VAL de NAUZE

 

 

Cette année-là, en 1972, en Bavière, Munich accueillait les jeux olympiques d'été. Ceux-ci, hélas, connurent des heures bien tragiques*.

 

Sur les berges fongauffiéraines de la Nauze, les organisateurs des modestes festivités locales avaient imaginé un mariage d'antan. À cette époque, avec une pointe de nostalgie, on regrettait les cortèges nuptiaux pédestres qui précédaient le oui solennel de chacun des époux. Ce oui exprimé à tour de rôle, devant le personnage qui symbolisait l'autorité, voire devant le ministre du culte de leur choix, engageait les époux pour la vie commune. Ce siècle ne connaissait pas encore tous les bouleversements des rites ancestraux et les invités, souvent, festoyaient dans de rustiques granges finement décorées pour recevoir les mariés et leurs invités.

 

 

Maire et curé

Ce fut, il y a 52 ans, lors d'une chaude journée estivale de Fructidor, Tridi de Fructidor  de l'année 182 de la Révolution, que le ministre du culte de l'Église catholique romaine après et avec l'officier d'état civil républicain, d'une manière consensuelle, célébrèrent l'hyménée de deux jeunes tourtereaux. En se préoccupant peu des règles protocolaires, l'élu oublia, peut-être, que le bleu devait être le plus proche du cou… sauf si l'édile est un élu national.

Ce jour-là, le calendrier laïque est consacré au lycoperde**. Dans cette famille botanique, on trouve les vesses de loup.

 

Ce bon moment de facétie fut l'objet d'un passage aux actualités télévisées. 

 

Si vous reconnaissez ces personnages, n'hésitez pas à commenter.

 

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

Que sont devenus ces jeunes tourtereaux.

 

Si vous avez une petite idée de leur vie, celle-ci  les a amenés  bien en dehors de leur pays natal, la fenêtre commentaire est là pour recueillir vos souvenirs. Pour vous donner un indice, le marié obtint la Légion d'Honneur pour avoir servi une grande cause. 

Francine Emmengear et Denis Malvy

 

 

Les jeunes époux partagent le tourain nuptial.

 

P.F 

 

* Depuis les tragiques jeux de Munich, en 1972, les olympiades sont passées par Montréal, en 1976,  par Moscou, en 1980, Los Angeles, en 1984, Séoul, en 1988, Barcelone en 1992, Atlanta, en 1996, Sydney, en 2000, Athènes, en 2004, Pékin, en 2008, Londres, en 2012, Rio de Janeiro, en 2016, et Tokyo, en 2020.

Cette année, les jeux reviennent en France après un siècle de pérégrinations, sans pour autant avoir fait une escale africaine. Dommage.

 

-----------------------

 

 

 

** Cette journée-là, on fête le lycoperde, probablement le lycopodium. Il existe plusieurs espèces de lycopodes appartenant à la famille botanique des Lycopodiaceae et au genre Lycopodium. Ces vivaces à rhizomes appartiennent à la classe des lycophytes, groupe le plus primitif des plantes vasculaires d'aujourd'hui. Un remède homéopathique est fabriqué à partir de la poudre extraite des spores, les nombreuses dilutions évitant toute toxicité, il est prescrit pour un large éventail d'affections : troubles urinaires, digestifs, hépatiques, urticaire, cholestérol, maux de gorge, affections oculaires, troubles du comportement, douleurs rhumatismales, etc.


19/07/2024
16 Poster un commentaire

Depuis l'ère de Périclès, les puristes recherchent une forme de démocratie.

Une précision

 

Rappelons que Terre de l'homme, selon Pierre Merlhiot, son fondateur, a vocation à être un lieu d'échange, de partage d'idées, d'informations.

Son terrain d'ancrage est le Périgord noir mais tout citoyen y est le bienvenu et aucun sujet n'est exclu. La bienveillance et le respect des autres et de leurs opinions sont les mots d'ordre de ce blog.

A priori, rien n'interdit d'ouvrir un billet sur un thème brûlant de l'actualité, en général, mais, toujours, en gardant à l'esprit, l'impérieuse nécessité du respect des opinions qui, elles, inévitablement, sont plurielles. La coordination de ce journal informatique se réserve le droit de ne pas publier des commentaires, souvent réactifs, parfois "savoureux", voire "piquants", dont la finalité serait l'enclenchement de feuilletons  de désaccords. D'aucuns pourraient dire qu'il y a là une censure insupportable...

Il n'y a pas de place pour enrichir de tous les noms d'oiseaux les rédacteurs de billets, ni pour ouvrir la vis sans fin de polémiques... stériles. Excusez le pléonasme.

 

----------------------------- 

 

 

 

La démocratie, terminologie venant du grec dêmos, " le peuple " et krâtos, " le pouvoir ", pour les historiens, fut inventée par les Athéniens, dès le renversement des tyrans en 510 av. J. -C. Tout au long de sa vie, Périclès s'est attaché à renforcer les institutions démocratiques.

 

Périclès

 

 

La démocratie, terminologie venant du grec dêmos, " le peuple " et krâtos, " le pouvoir ", pour les historiens, fut inventée par les Athéniens, dès le renversement des tyrans en 510 av. J. -C. Tout au long de sa vie, Périclès s'est attaché à renforcer les institutions démocratiques. Athènes, cité antique, était-elle une authentique entité où le pouvoir était aux mains du peuple. Qu'il soit néanmoins permis d'avoir une interrogation majeure au regard d'un fait sociétal capital. Athènes  compta, à l'époque de Périclès, un nombre important d'esclaves. Ce n'est pas faire offense au philosophe d'exception, ni aux Athéniens, que d'émettre une réserve capitale sur cette ère d'idéologues qui, certainement, ouvraient l'itinéraire d'un partage de pouvoir du peuple mais qui trouvaient tout naturel de considérer que leurs esclaves n'avaient pas voix au chapitre. Bien sûr, on peut être admirateurs des dèmes antiques mais l'hypothèque de l'esclavage, admis par les citoyens, assombrit le schéma.

 

 

L’esclavage a été une composante essentielle du développement du monde grec antique pendant toute son histoire. Il est considéré par les Anciens non seulement comme indispensable, mais encore comme naturel : même les stoïciens ou les premiers chrétiens ne le remettent pas en cause.

Le dème ou demos (similaire à divisions1grec ancien : δῆμος) est une circonscription administrative de base instaurée lors de la révolution isonomique de Clisthène (personnage politique grec) qui eut lieu de 508 à 507 av J.-C. à Athènes. Le dème est directement lié à la marche d'Athènes vers la démocratie. Ses habitants sont appelés les démotes.

 

Source Wikipédia

 

 

De nos jours, tout le monde se suppose démocrate et beaucoup  taxent ceux qui épousent des concepts différents, de curieuses épithètes.

 

Qui est gardien des clés de la démocratie. Beaucoup s'autorisent à penser que les communistes, par un refus persistant d'admettre l'immense désastre liberticide de l'ancien régime soviétique, n'ont aucunement le droit de se revendiquer de la démocratie. Les héritiers de Léon Blum, socialiste exemplaire, eux aussi, ont eu quelques problèmes avec la démocratie, notamment lors des évènements douloureux de scission du pays entre l'Europe et l'Afrique du Nord. Les adeptes de Jules Ferry ont-ils eu conscience du concept de leur mentor qui pensait  que la référence occidentale valait bien mieux que celles des colonisés. Le Gouvernement provisoire de la République, aux mains d'un personnage historique, le 8 mai 1945, tout un symbole, a réprimé dans le sang, les "rebelles" de Sétif. Est-ce dans un esprit démocratique… qu'il soit permis d'en douter.

 

Ne parlons pas de cette mouvance effrayante qui, au moins implicitement, considère qu'il y a une préséance pour nos concitoyens dont l'enracinement hexagonal est profond.

 

Addition - Cours maths 6ème - Tout savoir sur l'addition

 

 

Aujourd'hui, il est de bon ton de considérer que la majorité peut être relative, soit la plus affirmée des composantes de la société citoyenne. La fragmentation du puzzle fait que beaucoup s'indignent a +b+c+d = A mais d'autres estiment que la pondération de f+g+h=B, plus forte que C qui est l'addition de i+j devrait prévaloir.  

 

Calculer un pourcentage

 

En 1958, le pouvoir a retenu le scrutin plurinominal pour des raisons d'écrasement d'une sensibilité qu'il fallait, pour le pouvoir, écarter des leviers. Ce système a ses limites et ne prémunit pas de l'éparpillement. On a, à peu près, tout tenté pour se prémunir de mouvances qui dérangent. On a imaginé un système d'apparentement distillant à l'envi la volonté populaire et assurant la pérennité du "système".

 

Pour élaborer un système parfaitement démocratique, il faudrait concevoir un écheveau citoyen, aussi complexe que le plus subtil labyrinthe, proche de l'usine à gaz

 

Aucune description de photo disponible.

 

Il reste à trouver un système qui soit équitable et porteur d'une majorité saine et constructive. On s'approche de la quadrature du cercle.

 

 

Il semble certain qu'il existe des femmes et des hommes de bonne volonté qui voudraient faire évoluer positivement la société mais il paraît bien difficile, voire impossible, d'éradiquer les ambitions personnelles et l'infatuation de tribuns avides d'honneurs.

 

 

P.F

 

 


18/07/2024
8 Poster un commentaire

Anne Bécheau chantresse de notre terroir

 

 

anne-becheau-photo-150x150

 

 

Qui est Anne Bécheau.

Cette auteure française sait se consacrer à l'écriture pour les particuliers. Anne fait vivre le Périgord qu'elle connaît dans ses moindres détails tant géographiques qu'historiques et humains. De la lycéenne "insoumise" qui titillait ses professeurs, avant d'accéder elle-même au professorat, à la guide fascinante qui captive ses auditoires, elle a su sauter les obstacles des conventions. Anne s'est ouverte à la culture des populations africaines et a su observer la corne de l'Afrique avec ses rudesses et cette volonté de vivre dans un monde où chaque marche est un exploit.

 

 

À la barre de Domme ou dans les niches de la vieille bastide, au pied de la Lanterne des morts de Sarlat, dans le sanctuaire de Redon-Espic, dans les "pechs" ou dans le sillon tracé par la Dordogne, Anne sait relancer l'histoire d'un Comté où les turbulences des seigneurs agitaient ce pays rude mais ô combien recherché et attachant.

Anne, plume d'une parfaite authenticité, n'est pas un livre d'histoire, elle en est l'éclaireuse par sa maîtrise, son analyse et ses attentions. "Terre de l'homme", à plusieurs reprises, vous a parlé d'Anne et ne saurait que vous inviter à la retrouver dans ses parcours et animations,  gravant, au fil de l'eau ou sur les sentes collinaires, notre histoire en s'appuyant sur la matrice de nos aînés et de nos ancêtres.

 

Pierre Fabre  

 

Affiche visite LRG

 

La Roque-Gageac, c'est une falaise qui plonge dans la Dordogne, un des plus beaux village de France mais, aussi, un "paradis" du Périgord Noir qui saisit d'admiration les touristes par son harmonie dans son site privilégié par la Nature. 

 

 

Tour in Perigord Excursions en mini-bus

 

Si vous passez une journée avec Anne et Clara, ce sera, pour vous, un souvenir inoubliable tant vous serez séduits.

 

 

Visite hôtels particuliers Sarlat

Sarlat, c'est, certainement, l'Hôtel de Vienne, la ville de La Boétie, mais, bien plus encore, un bijou que le Périgord a su conserver et entretenir.

 

Si vous avez des connaissances ou des amis susceptibles de venir en Périgord, pour le découvrir ou le redécouvrir, n'hésitez pas à leur adresser le lien de ce billet.

 


17/07/2024
1 Poster un commentaire

La rose de l’Alhambra, par Françoise Maraval, volet n° 14.

 

La rose de l’Alhambra



(14)





Alfonso de Almanzar,

 

Miguel de Almanzar a fait le point sur cette année 1904, riche en événements familiaux ; le retour du fils aîné, Juan, avec l’arrivée des petits jumeaux, l’héritage anticipé qui en découle, le mariage de sa fille Maria-Isabella et son départ dans sa belle-famille, pourvue d’une dot non négligeable. La maison familiale se vide…

Le mariage de sa fille a permis un rapprochement entre lui et son épouse Isabella. Depuis le mariage, des échanges peuvent maintenant avoir lieu, notamment pendant l’heure du repas toujours pris en commun, dans la grande salle à manger. Souvent, Miguel de Almanzar convie son régisseur, ses contremaîtres, à partager le repas et de quoi parle-t-on : du domaine ! Cela permet à Isabella d’être au courant du suivi de l’exploitation et des projets de son mari.

Mais, Juan señor est inquiet. Déjà, bien avant le mariage de sa petite-fille Maria Isabella, il observait les allées et venues de son fils, Miguel. Il avait remarqué que, chaque jeudi, le fils était absent de la propriété ; il se faisait conduire, on ne sait où ?

Le père a pris le risque de le faire suivre. L’enquêteur faisait son rapport, en toute discrétion, à la fin du marché de Bárriana devant une chope de bière, habillé comme un paysan du coin pour ne pas attirer l’attention. Le fils avait essentiellement deux destinations qui se répétaient de semaine en semaine.

La plus fréquente de ses visites était le cabinet d’un médecin de Valence, dont la réputation n’était plus à faire. L’autre, moins fréquente, mais préoccupante, n’était autre que l’étude du notaire de Bárriana. Ni le médecin, ni le notaire ne ferait la moindre confidence même face à un père qui se désespère. Le seul moyen d’en savoir un peu plus est d’affronter le fils, mais il fallait saisir le moment opportun. Et, il est arrivé ce moment attendu : un soir, après une journée torride, passée à sillonner l’orangeraie, les contremaîtres ont ramené chez lui, le propriétaire atteint d’une syncope. Juan, le père, s’est précipité et a profité de la semi-conscience du fils pour le faire parler.

Un cancer de la prostate détecté, il y a maintenant deux ans, avait eu raison de sa virilité. Le malade, voulant cacher son mal et, donc, son impuissance, n’avait trouvé d’autre moyen que de transformer son habituelle courtoisie en une rage permanente. La principale victime de cette situation était, bien sûr, Isabella, la belle épouse, toujours aussi séduisante et, donc, toujours aussi désirable.

 

Miguel de Almanzar souffre.

Exclusivement accaparé par la gestion de sa propriété, il en a oublié un personnage pourtant central. Cet élément de la famille est son deuxième fils Alfonso. Âgé maintenant de 11 ans, le jeune adolescent a surtout grandi dans le sillon de sa mère et il vit avec elle dans l’aile droite de la demeure familiale. Seul le déjeuner quotidien lui permet de voir son père. Il a droit à un bonjour paternel dénué de tout sentiment car, depuis la naissance de cet enfant, en 1893, Miguel de Almanzar ne se reconnaît pas en lui. Le trio, Juan de Almanzar senior, Miguel de Almanzar, Juan de Almanzar junior, de toute évidence, assure une certaine continuité dans la famille. En plus de leur ressemblance physique, ils sont tous les trois tournés vers la terre. Ils ont compris tout de suite le rôle qu’ils avaient à y jouer, un rôle de chefs d’exploitation. Quand Miguel de Almanzar observe son jeune fils, il ne voit qu’un adolescent frêle, trop grand pour son âge, à l’allure fragile. Ce fils-là est un grand rêveur, toujours dans ses pensées, même devant son assiette qu’il a du mal à vider.

 

Miguel de Almanzar a convoqué le vieux précepteur qui affirme que l’enfant est un enfant surdoué, intéressé par toutes les matières mais qui affectionne tout particulièrement la littérature. L’adolescent est d’une très grande sensibilité et se laisse souvent envahir par une trop forte émotion. Elle lui fait ressentir des frissons délicieux que les autres ne ressentent pas. Il a des antennes ! Pour le père, il faut remédier à cet état. On aura besoin d’un homme fort pour prendre le relais. De son côté, Doña Isabella protège son fils. C’est décidé, le jeune adolescent partira au petit séminaire de Valence, à l’automne prochain.

En Espagne, l’école n’est pas obligatoire en ce début de XXe siècle et le taux d’analphabètes avoisine les 80 % de la population. Dans les familles qui en ont les moyens, des précepteurs sont demandés pour apprendre aux enfants à lire, à écrire et à compter. Trop souvent, les filles sont oubliées. On pense que l’éducation, c’est l’affaire de l’Église même si dans les séminaires, l’enseignement est dispensé par des non religieux.



Depuis toujours , Alfonso de Almanzar passe les mois d’été en France, avec sa mère, au « domaine des Belles Demoiselles ». Là, l’attend son institutrice préférée, la sœur de sa mère, la tante Hortense. Il passe une partie de ses matinées à se perfectionner dans l’apprentissage du français, sous l’œil bienveillant de la famille française. Les études passionnent Alfonso ! Mais, son entourage comprend que le jeune adolescent doit se divertir autrement. Pour cela, Hortense a sélectionné deux ou trois élèves de sa classe pour venir « jouer » avec son neveu. On organise des randonnées dans le Bas Languedoc, avec le sac à dos et le casse-croûte. Alfonso se prête au jeu mais, de retour à la propriété, il éprouve le besoin de s’isoler avec un livre de poésie, le livre que sa mère affectionnait particulièrement. Quand elle était chez les sœurs de la Visitation à Montpellier, elle avait découvert les auteurs romantiques de son siècle et pour elle, un seul avait émergé : Alphonse de Lamartine. Alphonse ! Elle avait voulu prénommer son fils, Alphonse, non pas pour faire allégeance à la monarchie espagnole mais en raison de son admiration pour le poète français. Très vite, la famille a été rassurée de voir que le jeune adolescent participait activement aux jeux de son âge et se liait d’amitié avec ses compagnons de vacances.

Le soir, après le dîner, Arthur Garrigues emmène son petit-fils dans les vignes et il lui parle longuement de ses récoltes, de ses cépages, de ses choix passés et de ceux qu’il avait en tête pour un avenir proche. À 75 ans, il est toujours en forme mais l’absence d’héritier mâle le chagrine beaucoup. Il sait qu’Alfonso n’assurera pas la relève puisque, déjà, il n’assurera pas celle de l’orangeraie. Leur promenade les emmenait tous les

 soirs, dans un endroit privilégié où un banc les attendait. De là, ils peuvent voir la mer Méditerranée et le spectacle du coucher du soleil, chaque soir, différent. Ils restent un bon moment, muets, à savourer cet instant qui n’appartient qu’à eux.

 

 

Coucher de soleil

 

 

À la fin de l’été, Isabelle et son fils repartiront, le cœur gros, vers la maison de famille espagnole mais ils savent que, l’an prochain, ils reviendront.





Françoise Maraval


Rose

 

 

 


16/07/2024
2 Poster un commentaire

La France n'est pas, seulement, hexagonale.

 

 

Ss-ltnt Yannis

 

Image France 2

 

Pour le défilé du 14 juillet, Julian Bugier, France 2, a interviewé Yannis, un jeune sous-lieutenant de 23 ans, saint-cyrien, qui apporta une note réunionnaise, loin de l'île volcanique où vivent 860 000 de nos lointains concitoyens. 

 

 

 

MJP

 

Marie-José Pérec, triple championne olympique d'athlétisme, le 23 juillet 2021 à Paris. Image © (AGENCE KMSP / KMSP)

 

Notre pays n'est pas prêt d'oublier les exploits athlétiques de Marie-José Pérec, guadeloupéenne par sa naissance, qui prit l'affectueux surnom de Gazelle.

 

 

 

 

Huguette Belloantiraciste, directrice honoraire d'école laïque, figure progressiste en réserve des partis politiques, a siégé 22 ans à l'Assemblée nationale. Elle préside le Conseil régional de la Réunion. Parfaitement admise par bon nombre des députés du Nouveau Front populaire, elle n'a pas brisé les ambitions partisanes et personnelles d'habitués de l'hégémonie. Dommage ! Au regard de l'histoire, il paraît hautement probable que cet ostracisme ne soit considéré comme une occasion manquée. Un clin d'œil vers la Réunion aurait été un joli symbole assembleur pour ce 14 juillet.

 

 

 

P.F 


14/07/2024
2 Poster un commentaire