Terre de l'homme

Terre de l'homme

Et au loin, coule la rivière Espérance... Saga de Françoise Maraval - épisode 58

 

l’espoir : 1942

 

 

 

résumé des épisodes précédents :

La France est coupée en deux par la ligne de démarcation. Les familles sont éclatées, séparées.

Chez Maraval, Henri est en zone occupée en région parisienne et Fonfon est, aussi, en zone occupée à Bordeaux. On ne passe la fameuse ligne que si on a un motif valable.

Chez Marchive, Yvonne a son frère Clément au Bourget, quant à Moïse, elle a appris, récemment, qu’il est à Bordeaux. Achille et Yvonne ont sous leur toit, Anna, la mère d’Yvonne.

 

Le 1er janvier, sur ordre du général de Gaulle, Jean Moulin, ancien préfet de l’Eure, est parachuté en Provence. Il est chargé d’établir des contacts avec les trois principaux mouvements de résistance de la zone sud : Combat, Libération et Franc-Tireur.

On avance dans l’ombre mais les populations ne le savent pas précisément : on espère, on prie pour tous ces courageux qui prennent des risques pour rendre sa dignité à la France.

 

Les Japonais sont contaminés par la même fièvre qui tenaille les Allemands. En peu de temps, ils envahissent les Indes néerlandaises, la Malaisie, la Birmanie et, plus tard, Singapour. Par contre, les troupes de Rommel reculent en Afrique face aux Britanniques.

 

Dans un autre domaine, le 20 janvier 1942, à la conférence de Wannsee réunie à Berlin, sous la présidence de Reinhard Heyrich, il est décidé de mettre en place « la solution finale de la question juive », c’est-à-dire la déportation et l’extermination systématique de la population juive.

 

Le 4 février, en présence du maréchal Pétain et de l’amiral Darlan, le S.O.L ( service d’ordre légionnaire) dirigé par Joseph Darnand, est officialisé. Il se manifestera publiquement, le 23 février à Nice, aux arènes de Cimez.

Cette organisation politique et paramilitaire de choc du régime de Vichy prône le culte du chef, le rejet de la démocratie, l’antisémitisme et donc la collaboration avec l’occupant, bien illustrés par le serment officiel [ …] je jure de lutter contre la démocratie, la peste juive, et la dissidence gaulliste.

A la tête du S.O.L, Joseph Darnand, ancien combattant de 1914-1918 et de 1939-1940, est membre de la Cagoule.

 

 

 

 

                        ( en janvier 1943, le S.O.L. deviendra la Milice française )

 

Nice est la base de lancement du S.O.L. Il essaimera dans tout le sud-est puis, progressivement, dans la zone non-occupée.

Ses membres ont un uniforme bien particulier :

un pantalon sombre de couleur bleu-marine qui se porte à la mode des skieurs sur de grosses godasses cloutées, le béret bleu des chasseurs, une chemise kaki, une cravate noire en signe de deuil. Un brassard, porté au bras gauche, se compose d’un écu noir sur lequel deux initiales S et O sont traversées par une épée.

Le 23 février, les Japonais bombardent simultanément des raffineries de pétrole en Californie, à l’ouest de Santa Barbara et les Indes britanniques.

 

Le 10 mars 1942, Christian Pinaud, chef du mouvement Libération-Nord, se rend à Londres ; il est le premier responsable de la Résistance intérieure, à rencontrer les représentants de la France libre. Il s’entretiendra avec le général de Gaulle, le colonel Passy, chef des services secrets, mais aussi avec le commissaire national de l’Intérieur, André Diethelm.

 

 

Le 13 mars, les Allemands ordonnent la déportation de 110 000 juifs roumains. En France, le premier convoi de « déportés raciaux » quitte la France occupée, tandis qu’aux Pays-Bas, en application des lois Nuremberg, les mariages et relations sexuelles entre juifs et non-juifs sont interdits.

 

Le 28 mars, en France, on assiste à la création des FTPF ( francs-tireurs et partisans français) avec à leur tête, Charles Tillon.

 

Le 5 avril 1942, la Gestapo s’installe officiellement en zone occupée.

 

L’Allemagne fait pression sur le gouvernement de Vichy pour obtenir le retour au pouvoir de Pierre Laval.

Le 18 avril, c’est la promulgation de l’acte n°XI qui crée la fonction de chef du gouvernement, maître de la politique intérieure et extérieure, responsable devant le chef de l’État.

Pierre Laval est donc nommé chef du gouvernement. Il détient également le portefeuille de l’Intérieur, celui des Affaires étrangères et celui de l’Information.

Le 20 avril, Pierre Laval lance sur les ondes, son discours de nouveau chef du gouvernement. Il affirme de la nécessité d’ un rapprochement avec l’Allemagne.

 

 

Pétain et Laval

 

Au premier rang, le maréchal Pétain et Pierre Laval

dans le parc du pavillon Sévigné à Vichy, vers 1942.

 

Le 4 mai, aux Pays-Bas, les juifs sont dorénavant obligés de porter une étoile jaune.

 

Le 8 mai, les forces navales américaines parviennent à écarter la menace d’un débarquement japonais en Australie.

 

En Pologne, le 16 mai, c’est le début des gazages massifs dans le camp de concentration de Sobibor.

 

Le 17 mai, les Allemands progressent en Crimée et les Soviétiques doivent évacuer toute la presqu’île.

 

Le 18 mai, le troisième contingent américain et, de loin, le plus important, débarque en Grande-Bretagne.

 

Le 24 mai, les troupes allemandes encerclent une armée soviétique sur le Front de l’Est. Le même jour, les Japonais progressent de façon significative en Chine.

 

Le 26 mai, au terme du voyage à Londres de Molotov, un traité d’alliance est signé.

 

En France, le 29 mai, les juifs de plus de 6 ans doivent désormais porter une étoile jaune cousue sur leurs vêtements.

 

Le 30 mai, sur le Front de l’Est, la bataille de Kharkov se termine par une importante victoire des Allemands qui font environ 200 000 prisonniers soviétiques.

La RAF, après avoir bombardé Cologne, lance un millier de ses avions sur le bassin de la Ruhr et bombardent les usines Krupp à Essen.

Le 3 juin, dans l’Océan Pacifique, c’est le début de la bataille de Midway. Le 7, les forces aéronautiques japonaises battent en retraite.

 

Le 11 juin, le maréchal Pétain dit « marcher la main dans la main avec Laval ». Ils inaugurent le système de la Relève : pour trois travailleurs français envoyés en Allemagne, un prisonnier sera libéré. Le chef du gouvernement déclare : « je souhaite la victoire de l’Allemagne parce que, sans elle, les Bolcheviques s’installeraient partout ». Il encourage les ouvriers à partir en Allemagne.

En zone occupée, les magasins, l’accès aux lieux publics, ne sont ouverts aux juifs qu’une heure/ jour dans l’après-midi.

Dans les deux zones, Himmler a imposé des « quotas » de juifs à déporter : Pierre Laval accepte de livrer aux Allemands, plusieurs milliers de juifs étrangers et apatrides vivant en zone libre.

Le 16 juillet 1942, c’est le déclenchement à Paris de l’opération Vent printanier. Non, il ne s’agit pas d’un concours de poèmes en l’honneur du printemps !!! D’ailleurs, nous sommes en été. 13 000 juifs , hommes, femmes, enfants, sont arrêtés par la police française et entassés au vélodrome d’hiver.

 

vel d\\\'hiv

 

En Belgique, les population d’Anvers et de Bruxelles assistent aux premières rafles de juifs ; alors qu’en Pologne, 300 000 juifs du ghetto de Varsovie sont déportés vers les camps de la mort de Belsec et de Tréblinka.

 

A Saint-Cyprien, les familles de la rue de la mairie ne savent pas tout, mais la T.S.F. et les journaux parlent du Vel d’Hiv et tout le monde s’interroge... Que vont devenir ces pauvres gens ?

 

En juillet, chez la famille Marchive, on a pris le temps de se réjouir d’un événement important :

Raymonde a été reçue au certificat d’études primaires. On n’y croyait pas trop ! Pourtant, on avait voulu mettre toutes les chances du bon côté, en la confiant à Aimée, la sœur aînée, institutrice à Marnac. Raymonde aimait trop l’institutrice de Saint-Cyprien, mademoiselle Beytou, et elle en faisait ce qu’elle voulait. Elle passait son temps à « amuser la galerie », à se déconcentrer et à déconcentrer toute la classe.

Depuis la rentrée scolaire de 1941, Raymonde était donc en pension chez sa sœur, Aimée. Cette dernière est parvenue à canaliser l’attention de la benjamine et cela ne s’est pas fait instantanément. Raymonde a négocié son travail contre des babioles. On oublie tout… le certificat d’études est en poche.

À la maison, on s’est servi de l’écolière pour savoir si Aimée rencontrait toujours ce Guy Mazaré.

Raymonde a, bien sûr, vendu la mèche malgré les recommandations de l’aînée.

Oui, Aimée voit toujours Guy Mazaré.

Yvonne ne rencontre plus la mère de ce jeune homme, depuis que le percepteur s’est installé dans son appartement de fonction situé dans le quartier de la « gravette » à l’autre extrémité du village .

Achille et Yvonne s’inquiètent mais Aimée, elle, est rayonnante.

 

A Londres, le Comité national français décide que la France libre s’appellera la France combattante afin d’intégrer au mouvement, tous ceux qui luttent en territoire métropolitain. Le Comité est alors remanié : le socialiste, André Philip, devient commissaire à l’Intérieur ; Jacques Soustelle obtient le commissariat à l’Information et André Diethelm, celui des Finances.

 

Le 25 août 1942, les Alsaciens et les Lorrains sont incorporés dans la Wehrmacht.

 

La progression régulière des Allemands sur le Front de l’Est inquiète Staline qui presse les Alliés d’ouvrir un deuxième front à l’ouest. Après des hésitations, Churchill et Roosevelt se décident pour l’Afrique du Nord. C’est l’opération Torch qui se traduit par le débarquement des forces alliées au Maroc et en Algérie, le 8 novembre 1942. Le 11 novembre, l’amiral Darlan, à Alger, engage l’Afrique à reprendre le combat aux côtés des Alliés. Il est officiellement désavoué par le Maréchal Pétain. Les Allemands considèrent, alors, que l’Armistice de juin 1940 est rompu et dès le 11, ils envahissent la zone sud de la France que cet armistice avait prévu non-occupée.

L’armée française d’Afrique se joint aux armées alliées ; ainsi, en Afrique du Nord, les Allemands sont pris en tenaille entre les Britanniques à l’est et les Franco-Américains à l’ouest.

Depuis l’occupation de la France entière par les Allemands, les frais d’occupation passent à 500 millions de francs par jour.

 

À Alger, le 13 novembre, l’amiral Darlan, pour avoir changé de camp, devient haut-commissaire de « l’État français », pendant que le général Giraud est nommé commandant en chef des forces armées, à l’exception de la Marine.

Le 19 novembre, sur le Front de l’Est, alors que Stalingrad est presque entièrement occupé par les Allemands, les Soviétiques lancent une contre-offensive de grande envergure. Le 23, la VIème armée du maréchal Von Paulus est encerclée.

 

Le 27 novembre, devant la menace allemande, la flotte française se saborde à Toulon.

 

En même temps, en Algérie, la répartition des pouvoirs en Afrique du Nord entre Français et Américains s’organise. Elle aboutit à la signature de l’accord Clark-Darlan.

Le 23, le gouverneur général Boisson se rallie à l’amiral Darlan.

 

Dans le discours radio-diffusé du 29 novembre, Winston Churchill propose aux Italiens, l’alternative suivante : le déclenchement d’une révolte contre Mussolini, ou une attaque alliée contre l’Italie, à partir de l’Afrique du Nord.

 

Fin novembre, le Comité de coordination des mouvements de résistance de la zone sud-est est créé. Il rassemble : Jean Moulin, Henri Fresnay, Emmanuel d’Astier de la Vigerie, Jean-Pierre Lévy et le général Delestraint.

 

Le 4 décembre, l’amiral Darlan constitue un Conseil d’Empire dans lequel siègent : le général Giraud ; le général Noguès, résident général au Maroc ; le général Bergeret, ancien ministre de l’Air de Vichy ; Yves Chatel, gouverneur général d’Algérie et le gouverneur général d’AOF, Pierre Boisson.

 

Sur le Front de l’Est, le 12 décembre, afin de dégager les troupes de Von Paulus, le général Hoth qui commande la IV ème armée, lance une contre-offensive mais ses forces ne pourront pas faire leur jonction avec la VI ème armée encerclée.

 

En Libye, les troupes du feld-maréchal Rommel sont en difficulté face aux forces britanniques.

 

Le 16 décembre, Hitler ordonne l’internement dans des camps de concentration, de tous les Tziganes résidant en Allemagne.

 

Le 17, pour le sixième jour consécutif, les bombardiers américains attaquent les forces de l’Axe ( Allemagne, Italie, Japon et plus récemment Hongrie, Roumanie, Croatie…) en Tunisie, notamment à Tunis et à Gabès.

 

Tous les généraux de la France combattante sont déchus de la nationalité française par Vichy.

 

 

L' Armée de l’ombre, armée secrète, s’organise mais elle n’est pas encore prête. La Résistance extérieure et intérieure va trouver son meilleur renfort dans cette double aggravation de la dictature et de la soumission à l’étranger.

 

 

 

 

 

 

arbre généalogique 1

 

arbre généalogique 2

 

 



09/03/2023
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres