Terre de l'homme

Terre de l'homme

La personne à découvrir a été reconnu

 

 

papa 2

 

 

Jacques, Lucien, Georges Fonvielh, né le 18/6/1915 à Razac d'Eymet décéda le 30/6/1991 à Belvès.

 

La plus grande partie de sa carrière professionnele, des années 50/60 fut consacrée à sa mission de percepteur de Belvès.

 

 

 

Pourquoi avoir lancé un avis de recherche sur Jacques Fonviellh, décédé depuis 31 ans, ce mois d'octobre 2022.

 

Jacques Fonvielh était un personnage attachant par ses qualités humaines qu'il ne serait venu à quiconque de contester. Le basculement des années 1959/60 fut une singulière remise en cause de la laïcité au sein de l'enseignement. C'était une victoire de reconquête de l'école confessionnelle, essentiellement catholique, qui fragilisait les atouts de l'égalité républicaine.

Pour Jacques Fonvielh il n'était pas question d'assister, l'arme au pied, à ce désaveu de cette égalité emporté de haute lutte par des générations depuis décembre 1905 avec la Séparation de l'Église et l'État qui, néanmoins admit, que les écoles confessionnelles et privées continuent d'exister mais avec des moyens privés.

 L'inquiétude et le courroux étaient légitimes et grands. Les défenseurs du dôme de la laïcité partirent en guerre contre la loi Debré. Une pétition nationale dument structurée pour échapper à la contestation fut lancée et obtint plus de 10 millions de signatures citoyennes. De timides jeunes filles, fraichement sorties de l'École normale, rougissantes et audacieuses, soumettaient aux parents d'élèves, prêts à éviter de défendre l'école de leur progéniture, de bien vouloir réfléchir et, s'ils le jugeaient opportun, d'apporter leur escot à cette démarche nationale.

 C'était l'ère de l'affirmation des amicales laïques dans la France profonde, certaines n'avaient eu pour mission antérieures que celle de promouvoir un embryon de" vie postscolaire. La réactivité citoyenne de cette période de 1959/60 fit que des chantres de la laïcité républicaine, dont Jacques Fonvielh, prirent leur bâton de défenseurs de notre patrimoine culturel égalitaire pour porter, jusque dans les plus humbles villages, ce message de prise de conscience.

Jacques Fonvielh prit donc le chemin de Sagelat et fut le fondateur de l'Amicale laïque sagelacoise. Là, dans cette humble commune, on assista à une démonstration de l'essence républicaine empreinte de tolérance et de symbiose de la laïcité puisque les premiers piliers étaient de sensibilités ô combien différentes.

Hier 22 octobre, avant d'ouvrir le rideau, Sagelat théâtre de la Nauze qui, en quelque sorte est le cercle associatif héritier de l'Amicale laïque, aujourd'hui un peu oubliée, rappela dans la plus parfaite neutralité l'historicité de cette réplique citoyenne à loi Debré. 

  

 

 

 

La vie du Trésor public, a perdu, son caractère d'antan.

 

© France 3 Périgords - Philippe Niccolaï - Pascal Tinon
 




0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres