Terre de l'homme

Terre de l'homme

"Ils reviendront, ces Dieux que tu pleures toujours. Le temps va ramener l'ordre des anciens jours "

 

 

bonne année

 

 

 

L'espérance, tout est là.

Voici venir le temps où, après les fêtes de Noël, il convient de souhaiter les meilleurs voeux pour l'année nouvelle.

Celle qui vient de s'achever nous laissera un goût amer. Un trouble-fête vient nous gâcher la vie et accentue le caractère convenu du rituel traditionnel de nos voeux. L'occasion nous est donnée d'essayer de personnaliser nos voeux, surtout à l'intention des plus démunis qui subissent une double peine, aux personnes âgées qui ont besoin de plus de sollicitude, aux jeunes gens perturbés dans leurs études et privés de l'insouciance de leur âge.

L'heure est à la gravité : il ne faudrait pas qu'elle soit au découragement, d'autant plus qu'un courant de pensée, vieux comme le monde, contestant l'ordre social et politique réputé décadent et perverti, refait surface et alimente l'angoisse de nos concitoyens par sa vision millénariste.

Cette pandémie n'en finit plus mais faisons confiance à nos chercheurs pour y mettre un terme ou du moins la ramener à un niveau supportable.

Dans ce combat contre le découragement, les réseaux sociaux jouent un rôle important en permettant de rompre la solitude ou la mise à distance. A cet égard, et à sa petite échelle, Terre de l'Homme apporte sa contribution. Chaque minute passée à lire un article ou un commentaire est une minute dérobée à la morosité, à l'inquiétude de notre temps. Et chaque matin, ce petit miracle recommence.

Pour ma part, c'est ainsi que je commence la journée en ouvrant mon ordinateur. Remercions Pierre Fabre qui prend une part importante dans la bonne marche d'un blog encore fragile.

Et si nous changions de registre et si nous faisions un pied de nez à ce virus qui bouleverse notre vie. Revenons aux fêtes de Noël. Pierre Fabre, enfant, recevait une orange. Chaque Noël, j'avais le même cadeau, au terme d'un stratagème de ma grand-mère  qui nous faisait croire que nous avions raté de peu, mon frère et moi, le Père Noël pressé de poursuivre sa tournée.

Reste l'orange : magnifique fruit exotique venu de l'autre bout du monde, ce qui expliquait son prix et sa rareté. Cette orange, couleur d'or, peut-être de cet or que "Cipango mûrit dans ses mines lointaines". Notre poète Gérard Hicès reconnaîtra l'écrivain auquel je fais allusion.

 

 

traineau

 

 

Pierre Fabre ne croit plus au Père Noël et se réjouit de la perte de ses illusions : sur un plan rationnel, il a raison. Le Courrier International, hebdomadaire des plus sérieux, cite l'UNICEF qui a recensé 2 milliards d'enfants avec une moyenne de 2,5 enfants par foyer, le Père Noël aurait  842 millions de foyers à visiter. En moyenne, il n'aurait donc que 2 dix-millionièmes de secondes par foyer. Personnellement, j'ai cru plus longtemps au Père Noël que Pierre, ayant gardé mon coeur d'enfant. Je vous en donne la raison : à l'issue d'une conférence, j'ai eu un long entretien avec Georges Chapouthier, directeur de recherches émérite au CNRS, spécialisé en neurosciences, où nous avons évoqué le goût pour les jeux que nous conservons très longtemps à l'âge adulte. Cette aptitude relève de ce que les scientifiques appellent, d'un nom barbare la Néoténie, c'est-à-dire la conservation de caractéristiques juvéniles chez les adultes de certaines espèces. L'homme est de celles-ci et voilà pourquoi certains d'entre nous croient encore au Père Noël.

Je souhaite à toutes et à tous, la patience de surmonter cette crise, de préserver votre santé et celle de vos familles, alors reviendront les jours où, bon an, mal an, nous avions des raisons d'être heureux parmi les nôtres.

 

Patience, patience,

Patience dans l'azur !
Chaque atome de silence

Est la chance d'un fruit mûr !

 

Stéphane Mallarmé

 

 

Pierre Merlhiot 



01/01/2022
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 244 autres membres