Terre de l'homme

Terre de l'homme

Le rendez-vous des sapeurs-pompiers

PAYS de BELVÈS

 

 

Depuis des années, nos amis sapeurs-pompiers belvésois me font l'honneur de m'associer à leur journée de rencontre avec les forces vives de la population et les édiles locaux,  pour rendre compte de leur bilan et, aussi, honorer les profils qui méritent une attention toute particulière soit pour une promotion, soit pour un effacement.

Je suis naturellement très touché de la délicatesse d'Olivier Reynal. Elle fait suite à celle de Michel Dumas. Ces officiers se placent dans la continuité d'André Sartrand, et Georges Marty, sapeurs issus d'un autre combat, celui de la Résistance. Ils furent les promoteurs, avec des moyens de fortune, du centre de secours de Belvès dont les acteurs partaient jadis, avec les moyens du bord, à l'assaut des incendies notamment en Bessède, 2 000 hectares brûlés en 1962, ou sur les accidents de la circulation pour apporter leurs premiers soins. Georges Bidault les relaya avant de confier le flambeau à Michel Dumas.

 

La vie sociétale a souvent placé les sapeurs-pompiers au premier plan de l'actualité, que ce soit chez nous en temps de paix, aux États-Unis quand le génie diabolique de partisans de l'intolérance religieuse tenaient à faire vaciller le monde civilisé, au Japon pour faire face à une catastrophe écologique, en Ukraine pour secourir les malheureuses victimes d'un immonde tyran estimant que la force doit primer sur le droit. S'il y avait deux hymnes qui pourraient coller à la mission de celles et de ceux qui honorent la fort belle devise "Sauver ou périr", sans aucun doute, on pourrait retenir "Si tous les gars du monde", paroles de Marcel Achard, musique de Georges-Eugène Van Parys, et "Enfants de tous pays", œuvre de Pascal René Blanc, Jacques Demarny, immortalisée par Enrico Macias.

 

Je tenais, cette année, plus que les années précédentes à saluer nos amis sapeurs parce que, bien au-delà de notre bassin de vie, nos sapeurs sont allés jusqu'à l'épuisement à l'assaut tant des incendies "naturels" qu'à ceux résultant du dysfonctionnement sans nom d'irresponsables.

 

 

Je n'ai pu être des leurs,  samedi, et je l'ai profondément regretté.

 

Bravo à tous nos sapeurs. Dans les familles, on connaît les dérangements qui peuvent sacrifier une intime réunion de famille et même nos sapeurs, parfois, sont dérangés lors d'une cérémonie pour aller effectuer leur devoir.

 

 

P-B F

 

 

image0000001

 

François Colomes, le contrôleur-général, remet au lieutenant Olivier Reynal, son insigne de chef de centre échelon argent. 

 

 

 

Le discours d'Olivier Reynal, chef de centre, lors de la fête des sapeurs a été supprimé à sa demande

 

 

 

2

 

Le médecin-colonel Stéphane Buhaj concrétise les 10 ans de service de Jocelyne Robert

 

 

3

 

Le commandant J-Claude Valet décore Alain Rouvès pour ses 20 ans de service.

 

4

 

Après 34 ans de servitude, Manuel da Silva , lors de sa reddition, devient lieutenant honoraire.

 

 

5

 

Le contrôleur général, équivalence d'un général de brigade, emporte en souvenir un article retraçant sa carrière.

 

 

6

 

Moment d'émotion pour Michel Dumas. Il vient de passer la main de président de l'amicale à Mathieu Mouillac.

 

 

7

 

Vue d'ensemble de la salle.

 

 

8

 

Tous les médaillés réunis.

 

 

 

 

La grande surprise pour Guy Ferber.

 

 

9

 

Tous les membres de sa famille ont rejoint les soldats du feu.

 

 

10

 

Cela mérite bien quelques fleurs.

 

 

11

 

Un exemple de citoyenneté et de civisme

 

 

Reportage photographique © Marie-France Dines.

 



29/08/2022
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 254 autres membres