Terre de l'homme

Terre de l'homme

Comprendre et aimer nos ancêtres.

 

Georges Labrousse

 

Photo Pierre Fabre

 

Georges Labrousse, comme beaucoup de Périgordins, n'a pas besoin de faire appel à un cabinet de généalogistes pour trouver ses racines paysannes. Un petit saut en arrière et il parvient à remonter le temps à retrouver ses ancêtres qui gagnaient âprement leur vie dans leurs champs, dans leurs bois, dans leurs clairières, les vallons et collines de ce creuset de la Manaurie, gentille et discrète adjacente de la rive droite de la Vézère, rivière qui épure et draine les reliefs de la Forêt Barade.

 

Ancien élève du Collège du Bugue, qui prit le nom d'André Leroi-Gourhan * [né et mort à Paris 25 août 1911 -19 février 1986], à l'époque il n'était pas encore nommé, découvrit Pythagore et Thalès sous cette colline du Puy d'Aumont **, qui abrite Bara Bahau ***, là où La Douch **** rencontre la Vézère. Ce brillant collégien, savignacois par ses racines, avide d'apporter aux enfants les premières clés qui ouvrent l'itinéraire du collège, du lycée, de la faculté et, tout simplement, de la vie sociétale, osa concourir pour l'École normale. Il prit donc naturellement le chemin septentrional de Périgueux ; et, là, il comprit avec ses condisciples et camarades, nos amis communs Janine Dazenière, Michèle Farfal, Marie-Claude Villemaine, Jean Gibert, Léonard Vicentini, son homonyme Gérard Labrousse et d'autres, qu'il avait choisi un des plus beaux métiers du monde.

 

Georges remarqua sur son chemin, une charmante normalienne***** avec qui  il partagea… sa vie éducative et intime. Aujourd'hui, Huguette a pris d'autres fonctions. Elle est devenue sa correctrice et ces deux adeptes de la langue d'Eugène Le Roy ont dû ferrailler, de temps à autre, sur le sens que peut prendre un mot dans un texte ou sur l'importance d'une ponctuation précise. Ainsi les travaux de plume de Georges sont, aussi, ceux d'Huguette.

 

L'effervescence des idées de Georges s'est donc concrétisée par un long et beau chantier littéraire. Certainement, par son extraordinaire modestie, il me grondera car il ne se considère pas comme un littéraire mais plutôt comme un conteur de  ce chemin qui est celui de ses aïeux, de ces braves paysans qui, à leur corps défendant, sont allés bien loin du sillon de la Vézère sur des théâtres opérationnels d'où beaucoup ne sont pas revenus. La plume de Georges passe de "Fatale rencontre", elle se situe, il y a bien longtemps, lors de la vie néandertalienne à la terrible captivité des otages et victimes d'un hystérique caporal autrichien qui voulut  dominer le monde dans la terreur.

 

Bonnes fêtes à mes amis Huguette et Georges.

 

Pierre Fabre

 

_________________________

 

* André Leroi-Gourhan est un ethnologue, archéologue et historien français, spécialiste de la Préhistoire. C'est aussi un penseur des techniques et de la culture, qui cherche à allier précision scientifique et concepts philosophiques. Wikipédia

 

** Puy d'Amon. L'onomastique, là, semble ne point faire de doute mais la construction du microtoponyme fait redondance. Amon vient logiquement de l'occitan en haut et un puy, forcément, est une émergence. Sur ce puy qui culmine à 250 mètres d'altitude et qui est à environ 2 km du Bugue, on trouve des blocs de roche volcanique. Nous sommes à environ 140 km, distance orthodromique, des volcans auvergnats et d'aucuns pensent que le Puy d'Amon est d'origine volcanique.

 

*** Bara-Bahau. Grotte préhistorique, classée monument historique, contenant d’authentiques et très grandes gravures du magdalénien moyen (15000 ans avant J-C.) Signes énigmatiques, dont une main et un phallus, des chevaux, un ours, un renne et aurochs… Et dans l’obscurité, ce merveilleux passé resurgit par son imposant relief.

 

**** La Douch. Petite rivière de quelques kilomètres qui cisèle les collines au nord du Bugue. Sa puissante source a servi à l'adduction d'eau potable de la localité. Son aboutissement donne un superbe cachet aquatique à la cité et sa jonction, par le truchement d'une magnifique cascade, ne manque pas d'harmonie.

 

***** Huguette et Georges ont constitué le binôme pédagogique apprécié, pour ne pas dire émérite, pendant plusieurs décennies, de Marquay. Vous avez pu découvrir, en image, ces enseignants par le truchement de l'article sur les dénominateurs communs. Hélas, par sa construction, plutôt rapide et "bâclée", il ouvrit la brèche à un commentairee "grinçant".



14/12/2020
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 208 autres membres