Terre de l'homme

Terre de l'homme

La marche à vue

 

Depuis que cette redoutable pandémie s'est invitée sur tous les continents, les autorités politiques et médicales ont été taxées, bien souvent fort injustement et  cruellement, de tous les maux et d'impéritie. Il y a dans le monde citoyen, celles et ceux qui ne sont pas aux commandes mais qui savent ce qu'il faudrait faire mais, malheureusement, le pouvoir décisionnel n'est pas entre leurs mains !

Faute de pouvoir imposer leur concept, ils disent avec acrimonie, voire avec ironie, que ceux qui prennent et imposent les choix, marchent à vue.

 

 

Qu'est ce que c'est, au juste, que la marche à vue.

 

Elle découle de la logique et du bon sens. Il semble bien que cette terminologie, d'origine récente, principe et connaissance des éléments de base de la sécurité ferroviaire,  soit sortie des fonts baptismaux de la lexicographie au XIXème siècle, avec la montée en puissance du chemin de fer. Notons que le code de la route*, bien plus fraîchement élaboré que les règles sécuritaires ferroviairess'inspire, au moins pour le principe de la maîtrise de la vitesse. (Articles R413-17 à R413-19), de cette considération policée du mouvement.

* Le Décret concernant la règlementation de l'usage des voies ouvertes à la circulation publique du 27 mai 1921 promulgue enfin le Code de la Route. Il sera légèrement modifié par un Décret du 31 décembre 1922. 

 

 

Par ces textes, nous sommes quasiment arrivés à gérer dans l'harmonie sociétale acceptable, des flux de plus en plus rapides et nombreux.

 

La marche à vue**, tout simplement, peut se définir comme une avancée prudente.

 

** En France ," la marche à vue impose au conducteur d'avancer avec prudence, en réglant sa vitesse compte tenu de la partie de voie qu'il aperçoit devant lui, de manière à pouvoir s'arrêter avant une queue de train, un signal d'arrêt (pouvant être un panneau anormalement éteint) ou un obstacle, et de ne pas dépasser la vitesse de 30 km/h. Cette dernière prescription fut ajoutée à la fin du siècle dernier lors de l'apparition de la "marche prudente".

 

 

IMG_1415

Cliquez sur l'image

Le disque de Siorac au PK 563. Photo P.F

Dans les écoles ferroviaires, on ânonnait presque cette définition, élément de base de la circulation, comme les élèves de cours moyen récitaient, jadis, Mais où est donc Ornicar,  la phrase mnémotechnique" permettant de retenir les conjonctions de coordination. Ce "petit rien" a néanmoins servi de bien des sujets de dissertations, tant écrits que verbaux, lors des séminaires, examens et concours.

 

 

 

Disque rouge

 

Le disque rouge, dans le monde ferroviaire, on dit le disque, quand il est en position de fermeture, image ci-dessus, prescrit au conducteur de se mettre spontanément  en marche à vue. La marche à vue n'avait pas de vitesse limite, celle-ci était appréciée par le conducteur ; bien avant la fin du siècle précédent la vitesse maximum admissible fut arrêtée à 30 km/h. 

La marche à vue impose au mécanicien de s'avancer avec prudence, compte tenu de l'espace libre devant lui, de manière à pouvoir s'arrêter, devant un obstacle, une queue de train ou un signal d'arrêt.

 

Oui, la société marche à vue. Loin d'être un réquisitoire sur notre impuissance à terrasser d'un coup de baguette magique un adversaire chafouin à l'envi, prenons cet état de fait comme une grande mesure de sagesse, de lucidité et de prudence.  



20/01/2021
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 254 autres membres