Terre de l'homme

Terre de l'homme

Le domaine fascinant de l'hypnothérapie

 

Lors d'une banale promenade pédestre, tout à fait fortuitement, j'ai rencontré une charmante personne passionnée par la nature, les sentiers, les espaces sylvestres, les sources et les cours d'eau collinaires, en d'autres mots une conservatrice patrimoniale.

Tout aussi fortuitement, j'ai appris que cette adepte de la nature, tout à fait à l'aise dans notre campagne, avait choisi le pôle de santé de Siorac pour ouvrir son cabinet  d'hypnothérapie.

 

Pierre Fabre

 

 

 

 

Fabienne Garrigou

Photo © Pierre Fabre

Fabienne Garrigousarladaise par sa naissance, saint germinoise par son lieu de vie, après plusieurs décennies d'exil en région parisienne, est revenue au pays. Son but n'était pas de se mettre en retrait dans (ces) ses collines attachantes mais pour donner au dernier segment de sa carrière, l'exploration d'une nouvelle piste. Fabienne évolue dans ce monde des "psy" qui interpelle et qui, à tort, parfois, fait un peu peur.

Son domaine, l'hypnothérapie, substantif grec, agglutine l'hypno, le sommeil, et la thérapie, l'ensemble de procédés concernant un traitement déterminé.

 

Ne pensez pas qu'en vous rendant chez un(e) hypnothérapeute, que ce praticien va vous anesthésier, ce n'est qu'une vue de l'esprit. L'hypnose plonge le patient dans un état modifié de conscience proche du sommeil.

 

 

 

 

Terre de l'homme. Fabienne Garrigou, vous ouvrez votre page sur la toile avec " Personne ne naît sous une mauvaise étoile. ll n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel. " Dalaï-lama XVème. Il paraît permis de supposer que ce n'est pas un point d'humour. Voulez-vous préciser ce que peut bien empêcher notre impossibilité de décrypter le ciel.

 

Fabienne Garrigou. Disons que le ciel représente le monde au sens large, et les étoiles représentent des visions du monde ou, plus simplement, des façons de voir les choses.  Chaque individu a sa propre vision du monde, sa propre représentation de la réalité ou encore son cadre de référence. Notre vision de la réalité, des autres et de nous-mêmes est différente selon les individus.
Ceci est lié à notre environnement de vie, géographique, culturel, familial, social, qui influence profondément l'image que nous avons du monde, des choses, des relations, de l'amitié, de l'amour, de la réussite ... Nous n'avons pas la même vision que les Papous, ni même que notre voisin. Chacun a une étoile et, la plupart du temps, s'y accroche ; elle est son cadre de référence même si elle lui est néfaste, si c'est, selon lui, une "mauvaise étoile". On sait combien il est difficile, même lorsqu'on le veut profondément, de "lire le ciel", de s'ouvrir, de changer et d'adopter d'autres habitudes ou comportements meilleurs pour soi. Pas facile de changer d'étoile !



T.D.L.H. Vous venez de créer un cabinet au cœur de la ruralité profonde, là où cette terminologie n'est guère employée par le commun des mortels et même peut intriguer. Voulez-vous nous livrer ce qui a suscité chez vous, cette affinité avec l'hypnose.

 

F.G. La vie, tout simplement. Après une longue carrière commerciale, j'ai décidé de transmettre ce que j'avais appris et suis devenue consultante et formatrice en efficacité commerciale, domaine dans lequel il est primordial de "savoir" communiquer. Pour bien communiquer, en y prenant du plaisir, il existe des méthodes. L'une d'elles m'a attiré particulièrement, la PNL (Programmation Neuro Linguistique) qui a été une véritable révélation pour moi et a changé ma façon de voir le monde et les autres. La PNL et l'hypnose étant intimement liées, j'ai continué sur la voie de l'hypnose qui me permet aujourd'hui de satisfaire cette envie profonde d'aider les personnes qui le souhaitent. En effet, l'hypnose fait partie des thérapies brèves. Elle apporte avant tout du bien-être et permet de soulager des maux et des problèmes parfois ancrés depuis longtemps et ceci, en quelques séances.

 

T.D.L.H. Voudriez-vous nous dire quelles sont les références qui étayent votre cursus universitaire.

 

F.G. Je suis Praticienne en PNL (Programmation Neuro-Linguistique), diplômée de l’Institut Français de la PNL à Paris et Maître-Praticienne certifiée en Hypnose Ericksonienne, diplômée de l’Institut France Hypnose Formation à Paris.

 

T.D.L.H. En aparté, vous avez bien voulu me dire que l'hypnothérapie n'est pas forcément une fin en soi, mais elle est plutôt à considérer comme un des moyens d'assurer son équilibre, voire de le retrouver. Pensez-vous que par un traitement hypnothérapique, on peut dénouer ces écheveaux complexes qui compliquent nos existences.

 

F.G. Oui, bien sûr. C'est même l'une des nombreuses possibilités qu'offre l'hypnose. Du fait que l'hypnose est une thérapie brève, il ne s'agit pas d'entamer une psychothérapie mais d'aller au plus court, par le biais de l'inconscient, afin de transformer des agencements psychologiques néfastes pour la personne, en agencements psychologiques positifs.

 

T.D.L.H. L'hypnothérapie, certainement, fait découvrir aux praticiens, des "zones d'ombres", des manquements, des faiblesses, etc. L'hypnothérapeute, livre-t-il à sa patientèle tout ce qu'il a découvert.

 

F.G. L'hypnothérapeute respecte les équilibres complexes de la personne dans sa réalité environnementale, physique, psychique et spirituelle, en partant du principe que personne "ne sait à la place de la personne"; c'est elle qui découvre ses "zones d'ombres", s'il y en a. L''hypnothérapeute se positionne comme un simple guide et s'appuie uniquement sur les savoirs, les connaissances et les parcours de vie de la personne. Il s'engage à n'avoir aucun jugement et à n'en donner aucun, l'hypnose par définition, n'est que suggestions pour ouvrir le "champ des possibilités".

T.D.L.H. Dans votre vocabulaire, vous utilisez la pratique d'une hypnothérapie disons douce. Si les réussites sont au bout du chemin, quels sont les risques en cas d'échec.

 

F.G. Aucun. En effet, parmi les suggestions faites à l'inconscient, ne seront retenues que celles qui lui conviennent. Dans le pire des cas, la personne aura appris à se relaxer profondément et vécu des moments de bien-être ! Je dirais qu'il n'y a pas d'échec, simplement une expérience qui offre un résultat différent de celui attendu.

 

T.D.L.H. Milton Erickson serait votre maître à penser, ou, au moins, une de vos références. Il dit : "En hypnose, vous cessez d'utiliser votre esprit conscient. En hypnose, vous commencez à utiliser votre esprit inconscient. Parce qu'inconsciemment, vous en savez autant et même bien plus que ce que vous savez consciemment". Cela veut-il dire, en d'autres mots, que nous serions retranchés derrière notre conscience. Si nous nous libérons de notre conscience, ne prenons-nous pas un risque énorme.

 

F.G. Dès l'instant où nous voulons vraiment changer, nous pouvons le faire. L'hypnothérapeute s'assure de la détermination de la personne et de son objectif précis. Puisque l'inconscient sait ce qui est bien pour chacun d'entre nous, le travail qui est fait est bon pour nous, ainsi que le résultat.

 

T.D.L.H. Depuis la nuit des temps, la médecine est entourée de "médecines parallèles" qui, parfois, intriguent et parfois soulagent. En géométrie, le propre de deux parallèles est de ne point se rencontrer. De nos jours, la pratique de l'hypnothérapie semble bien être une complémentarité à la médecine traditionnelle, j'allais dire officielle. Vous-même êtes admise chez vos partenaires médecins, pouvez-vous en deux mots, dire comment vos thérapies se rejoignent positivement.

 

F.G. En effet, il peut être intéressant, bénéfique et rassurant pour la personne, que le médecin traitant et l'hypnothérapeute communiquent notamment pour échanger des avis, par exemple, dans le traitement de la douleur, de l'anxiété ou certains traumatismes, ... Dans le cas de douleur chronique, je ne prends une personne que si elle a été diagnostiquée pour sa douleur, par le corps médical. L’hypnose ne se substitue pas aux différents traitements médicaux. D'ailleurs, si un traitement médical est en cours, j'invite la personne à poursuivre les prescriptions de son médecin. Nos échanges peuvent nous permettre, l'un et l'autre, d'ajuster nos prescriptions/suggestions au mieux, pour le bien-être du patient. Lors de mon installation au pôle de santé de Siorac-en-Périgord, un médecin généraliste m'a dit être ravi de l'arrivée d'une hypnothérapeute car "si cela peut permettre de prescrire moins de médicaments ....".

 

IMG_1871

 

 

L'hypnothérapeute, un praticien "libérateur" qui sait écouter, guider, éclairer, préconiser, rassurer et conseiller.

Photo © Pierre Fabre

 

 

 

Contact :

garrigou.fabienne@wanadoo.fr

www.hypnose-fabiennegarrigou.fr

06 07 02 01 12

 

 

_________________

 

 

Articles dont la publication est imminente.

L'ordre séquentiel peut être évolutif

 

Bien au delà du pont de Siorac, article franco-occitan, par Gérard Marty

L’Amba et le monastère de Dabra Damo, par Jacques Lannaud

Le patrimoine, ce grand témoin du passé



11/05/2021
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 248 autres membres