Terre de l'homme

Terre de l'homme

Jean-Marie Cypière nous a quittés.

SAGELAT

MONPLAISANT

&

PAYS-de-BELVÈS

 

CLIQUEZ SUR LES IMAGES

 

 

Jean-Marie Cypière

 

Jean-Marie Cypière.

 

Jean-Marie vit le jour le 29 août 1960 à Peyronnette, lieudit collinaire sagelacois qu'il n'a jamais quitté, si ce n'est pour ses servitudes militaires à Bourges.

Il fréquenta le Lycée Albert Claveille à Périgueux.

Il rentra dans la vie active avec un premier emploi à la concession sarladaise avant de rejoindre le garage vaurézien.

En 1995, avec Delphin da Silva, il prit le relais de son employeur Robert Merlhiot.  Delphin, peu de temps après, quitta le garage pour prendre un emploi à la commune de Belvès et Jean-Marie continua seul.

 

Jean-Marie venait ce 1er juin de s'effacer pour amorcer une retraite bien méritée mais voilà qu'un subreptice accident circulatoire vint mettre un terme à ce repli. 

 

On notera qu'il tenait à satisfaire ses clients et, bien des fois, il "oubliait" de faire payer des petites prestations mineures. Jean-Marie, au-delà de son activité professionnelle, a donné bien de ses moments à la vie du corps des sapeurs-pompiers volontaires de Belvès. Cela correspondait parfaitement à son tempérament altruiste et à sa disponibilité citoyenne.

 

CIMG6156

 

Bien vite, ses qualités dans ce corps ont été reconnues et le jeune sapeur a franchi tous les échelons d'avancement internes de cette institution.

Photo © Pierre Fabre

 

 

 

CIMG6158

 

Les barrettes sur ses épaules, à plusieurs reprises, ont pris de l'importance. C'est avec la troisième promotion qu'il termina avec le grade de capitaine-honoraire.

Photo © Pierre Fabre

 

 

 

CIMG6159

 

Photo © Pierre Fabre

 

Peu importe le grade qu'il occupait, Jean-Marie, sa vie durant, garda ses saillies d'humour et son inamovible sourire, ce qui faisait que l'on avait toujours plaisir à le croiser ou à le rencontrer.

Dans la vie sociétale, il était un "joyeux drille", que ce soit avec ses amis de toujours ou avec les adeptes des "Sangliers de Belvès". Il les suivait dans leurs périples et, aussi, dans leurs moments festifs.

 

Peyronnette, désormais, a perdu ses trois fils, l'un nous échappa plus que fort prématurément, à l'âge de 2 ans, le 15 septembre 1959, lors d'un regrettable et dramatique accident domestique proche de la ferme familiale. Yves, l'aîné de la fratrie, après une cruelle maladie, décéda, à 59 ans, à Périgueux le 15 mars 2012.

 

Pour la toute petite histoire, disons que Jean-Marie fut, en hommage à Robert et Yvonne, ses parents,  le dernier "vigneron" sagelacois.

 

En attendant la cérémonie d'adieu qui aura lieu ce vendredi, à 10 heures, à Sagelat, il sera possible, dès ce mardi matin, d'aller se recueillir au pied de son catafalque au funérarium de Belvès.

 

À n'en pas douter, le lectorat de ce blog tiendra à témoigner toute sa compassion à Francine, la compagne de Jean-Marie, ainsi qu'à toutes les personnes que cette disparition plonge dans la peine.

 

P-B F

 

Les images sont du 28 juin 2014



14/06/2021
78 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres