Terre de l'homme

Terre de l'homme

C'était le 19 novembre 1863.

 

 

 

 

Abraham Lincoln

 

https://www.nga.gov/collection/artist-info.1382.html

Nous connaissons tous, au moins de nom, Abraham Lincoln (1809-1865), le  16ème président des États-Unis d'Amérique. Il peut, à juste titre, être positivement  considéré par la majeure partie d'entre nous. Ses origines des plus modestes et son parcours édifiant lui valurent le titre de "grand émancipateur".  Notons cependant que la loi qui a définitivement aboli l'esclavage est le treizième amendement de la Constitution, ratifié le 18 décembre 1865, huit mois après sa mort.

 

Pourquoi parler de lui, aujourd'hui, un siècle après l'inauguration de son mémorial.

 

Remontons un peu plus loin et découvrons Le discours de Gettysburg, son discours du 19 novembre 1863. C'est cette version, la seule signée de la main de Lincoln. Elle est aussi la cinquième et dernière qu'il ait écrite, le 18 mars 1864. Elle est inscrite sur les murs du Lincoln Memorial depuis 1922.

 

 

Aerial view of Lincoln Memorial - east side EDIT.jpeg

 

Lincoln Mémorial. Image Domaine publc. Carol M. Highsmith

 

« Fourscore and seven years ago our fathers brought forth on this continent a new nation, conceived in liberty, and dedicated to the proposition that all men are created equal.

Now we are engaged in a great civil war, testing whether that nation, or any nation so conceived and so dedicated, can long endure. We are met on a great battlefield of that war. We have come to dedicate a portion of that field, as a final resting place for those who here gave their lives that that nation might live. It is altogether fitting and proper that we should do this.

But, in a larger sense, we can not dedicate, we can not consecrate, we can not hallow this ground. The brave men, living and dead, who struggled here, have consecrated it, far above our poor power to add or detract. The world will little note, nor long remember what we say here, but it can never forget what they did here. It is for us the living, rather, to be dedicated here to the unfinished work which they who fought here have thus far so nobly advanced. It is rather for us to be here dedicated to the great task remaining before us—that from these honored dead we take increased devotion to that cause for which they gave the last full measure of devotion—that we here highly resolve that these dead shall not have died in vain—that this nation, under God, shall have a new birth of freedom—and that government of the people, by the people, for the people, shall not perish from the earth. »

 

« Il y a quatre-vingt-sept ans, nos pères donnèrent naissance sur ce continent, à une nouvelle nation conçue dans la liberté et vouée à la thèse selon laquelle tous les hommes sont créés égaux.

Nous sommes maintenant engagés dans une grande guerre civile, épreuve qui vérifiera si cette nation, ou toute autre nation ainsi conçue et vouée au même idéal, peut longtemps perdurer. Nous sommes réunis sur un grand champ de bataille de cette guerre. Nous sommes venus consacrer une part de cette terre qui deviendra la dernière demeure de tous ceux qui moururent pour que vive cette nation. Il est à la fois juste et digne de le faire.

Mais, dans un sens plus large, nous ne pouvons dédier, nous ne pouvons consacrer, nous ne pouvons sanctifier ce sol. Les braves, vivants et morts, qui se battirent ici, le consacrèrent bien au-delà de notre faible pouvoir de magnifier ou de minimiser. Le monde ne sera guère attentif à nos paroles, ni ne s'en souviendra longtemps, mais jamais il ne pourra oublier ce qui fut accompli ici. C'est à nous les vivants de nous vouer à l'œuvre inachevée que d'autres ont si noblement entreprise. C'est à nous de nous consacrer plus encore à la grande cause pour laquelle ils offrirent le suprême sacrifice ; c'est à nous de faire en sorte qu'ils ne soient pas morts en vain ; à nous de vouloir qu'avec l'aide de Dieu, cette nation renaisse dans la liberté ; à nous de décider que le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, ne disparaîtra jamais de la surface de la terre. »

 

 

achillée jaune sur www.aujardin.info

 

L'achillée est la fleur symbolisant la liberté. Achillea filipendulina est une espèce asiatique de plantes vivaces de la famille des Asteracées, native du centre et du sud-ouest de l'Asie. Elle est également maintenant présente dans certaines parties de l'Europe et de l'Amérique du Nord. Image htrps://aujardini.nfo

 

 

Lincoln a certainement travaillé pour mettre un terme à l'esclavage, curieux concept d'un pays puritain à l'envi. N'oublions pas qu'il fut l'un des présidents américains qui décéda de mort violente.

Si  le treizième amendement de la Constitution a aboli l'esclavage, hélas, aux États-Unis, comme malheureusement dans bien d'autres pays dans le monde, le fléau et la tare du racisme sont loin d'être éradiqués.

 

P.F

 

Le portillon n'est pas encombré mais… presque.

 

Le Petit patrimoine sioracois a raflé la première place.

Annonce de l'A.G. de "Terre en vert".

C'était "l'Hôtel du commerce", retour sur un pâté de maisons.

C.R. du Téléthon à Sagelat

Un passionnant débat sur le "sacré".

La vallée aux loups.

Volet n° 47 de la saga "De belles gens".

L'ordre séquentiel risque d'être remanié.



19/11/2022
22 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 208 autres membres