Terre de l'homme

Terre de l'homme

Écoute-s'Il-Pleut une réappropriation linguistique qui peut faire débat.

 

 

 

Cette image, photo © Pierre Fabre, prise, il y a une dizaine d'années, au pied de la côte de Saint Germain est, bien entendu, antérieure à la stupide soustraction du panneau indiquant le lieudit. C'est une curieuse maladie de voir des personnes qui s'approprient des repères de nos voies publiques comme les bornes kilométriques qui fleurissent dans des parcelles privatives. La "singularité" du microtoponyme, probablement, a dû être la motivation de la personne qui a emporté ce panneau. 

 

Localement, de multiples fois, il s'est dit qu'Écoute-s'Il-Pleut venait du meunier interrogatif qui demandait à son épouse ou à son valet d'écouter s'il pleuvait afin de voir se remplir son bief asséché, ou à l'étiage. L'historiette est, plutôt, plaisante, mais elle fait sourire. Elle est à prendre comme un poncif peu vraisemblable... voire fantaisiste.

Le microtoponyme d'Écoute-s'Il-Pleut, assurément, vient d'un personnage  un Écoute-s'Il-Pleut. C'est un phénomène courant de voir des personnes qui ont pour patronyme un toponyme et inversement. Daniel Cazals et  Pierre Salviac en étaient un exemple typique.

 

Il existe plusieurs Écoute-s'Il-Pleut dans l'hexagone et même à l'étranger. Dans notre voisinage, il y en a également un à Gourdon. C'est, vraisemblablement parce que ces lieudits sont des lieudits meuniers, de surcroit situés dans des talwegs où l'écoulement des eaux est aléatoire, que cette légende a pris le pas sur les esprits.

On trouve des Écoute-s'Il-Pleut dans des lieux où l'on ne s'interroge point du tout sur l'écoulement permanent de la rivière. Les formes occitanes d'Écoute-s'Il-Pleut surgissent çà et là. 

Dans le petit village d'Angaïs, à quelques lieues de Pau, a grandi une chorale au joli nom occitan “Escota si plau” (écoute s'il pleut). Cet ensemble vocal qui s'est produit bien au delà de nos frontières, est venu, il y a une douzaine d'années, à Carvès pour une échappée en Périgord et a chanté, en occitan, pour le public à la salle des fêtes. Ce fut un moment de partage entre le Béarn et le Périgord qui a beaucoup plu au public.

 

Pour s'écarter du "cliché facile", que peut bien vouloir dire Écoute-s'Il-Pleut.  Un Écoute-s'Il-Pleut est une épithète désignant un personnage hésitant, en proie au doute, comme  Hamlet que William Shakespeare  a immortalisé dans son œuvre. Plus cinglant encore, un Écoute-s'Il-Pleut peut, aussi, être un lâche ou un personnage qui se dérobe.

 

Nous sommes dans ces personnages loin de ces observateurs de la pluie. La pluie même consistante, sauf si elle est diluvienne et persistante, ne permet pas de refaire le niveau des biefs. Elle n'a pas suffi cet hiver pour ramener de l'eau dans celui d'Écoute-s'Il-Pleut, plus encore elle n'a pas permis au Valech de renaître après son intermittence d'avril et, a fortiori, d'atteindre le bief d'Écoute-s'Il-Pleut.

 

Gardons, pour l'anecdote, Écoute-s'Il-Pleut, dans son expression typiquement locale. Celle-ci a souvent, bien souvent, été transmise par les autochtones comme une interrogation meunière traduisant une attente pluviale régénératrice. L'image, plutôt sympathique, s'écarte néanmoins de la construction lexicographique qui, elle, est beaucoup moins plaisante.

 

_____

 

 

Articles dont la publication est imminente.

L'ordre séquentiel peut être évolutif

 

 

La tête dans les nuages. Un article qui fera date. Il est porté par l'École de Sagelat.

Pensons, le 27 mai, à commémorer l'anniversaire de la fondation du Conseil national de la Résistance,  A.N.A.C.R.

Suite et fin de notre excursion lacustre, par Jacques Lannaud.

Petit coup d'œil patrimonial sur le grand livre de l'oubli. La radiale Magnac-sur-Touvre / Marmande traversait l'ouest du Périgord.

Et si on parlait de nos animaux de compagnie, par Suzette Merlhiot.



22/05/2021
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 248 autres membres