Terre de l'homme

Terre de l'homme

Le problème des chutes : peut-on prévenir, évaluer le risque ?

 

 

chute 3

 

Mille sabords !

 

 

Bon nombre de nos concitoyens redoutent à juste raison la chute et n’ignorent nullement qu’elle peut survenir de façon imprévisible, à tout moment. Certes, si l’évolution ne nous avait pas joué ce tour de nous verticaliser sur deux membres dits « inférieurs », nous serions restés des quadrupèdes confrontés à un horizon limité. Mais, fort heureusement pour nous, il en fut autrement et cette érection nous a permis d’accroître notre vision de l’espace et développer nos capacités sensorielles et cognitives.

 

 

fémur

 

 

 Le risque de la chute est présent dans tous nos déplacements et si ce n’est pas un souci obsessionnel, il est préoccupant, nous inquiète au fur et à mesure du vieillissement car nous nous sentons de moins en moins solides sur ces membres inférieurs qui nous permettent de nous déplacer, de courir, de sauter, d’escalader, de franchir des obstacles... et, ainsi, il arrive que l’on se prenne les pieds dans le tapis, que l’on rate une marche, que l’on glisse...que l’on soit pris d’un tournis, que l’on bute, etc...

Le problème s’accentue à partir de 65 ans et l’incidence de la chute de 50% après 80 ans, n’a rien de paradoxal vu l’âge, sachant qu’elle est plus élevée dans des établissements spécialisés comme les EHPAD, ce qui veut dire, peut-être, que la surveillance d’une population handicapée et atteinte de problèmes locomoteurs, nécessiterait une meilleure prise en charge kinésithérapique et cognitive.

 

 

 

pied

 

 

Les dernières statistiques connues sont les suivantes :

                                     - 500 000 admissions/an aux Urgences

                                     - 50 000 hospitalisations

                               - 65 000 fractures de hanche et/ou traumatismes divers : fémur, crâne, poignets, chevilles...

Or, diverses études et recherches révèlent qu’il y a possibilité de diminuer le risque qui, jusqu’à présent, était, surtout, sujet de conversation.

 Avec l’âge, la diminution inévitable de nos facultés sensorielles et perceptives devrait nous inciter à mieux nous intéresser à des signes prémonitoires, nous alerter, nous pousser à en parler au médecin :

   - des troubles passagers de l’équilibre obligeant à un appui ou à s’asseoir

   - des sensations vertigineuses lors du passage de la position décubitus ou assise à la position debout

   - l’engourdissement du pied ou de la jambe croisée avec risque de torsion de la cheville ou chute brutale en se redressant... dû à la compression nerveuse anesthésiant ce segment du membre avec quasi-disparition temporaire de la sensibilité proprioceptive transmise par les muscles de la statique ou de l’équilibre.

   - mais, il arrive, aussi, que trop de sédentarité diminue la force musculaire, qu’on n’en mesure pas le danger et qu'on l'impute à un vieillissement naturel auquel on se résigne, au lieu de prendre la résolution d’une rééducation adaptée : car ce qui nous guette, c’est la fonte musculaire amyotrophique ou sarcopénie qui est définitive et à l’origine d’une instabilité progressive et d’une fatigue qui aggrave la pénibilité de l’effort.

 

 

oreille

 

 

En général, les prises de conscience des risques sont bien intégrées et à partir du moment où nos capacités physiques ont tendance à diminuer, restons vigilants, n’arrêtons pas la marche, le vélo...et prenons tout cela avec philosophie et sagesse. Pourquoi pas, alors, se soumettre à :

             Des manœuvres simples permettant d’alerter et je citerai :

                 - l’appui unipodal possible quelques instants sans trouble ou révélant quelque instabilité

                 - les pieds en tandem, le gros orteil du pied arrière touchant le talon de l’autre pied rend l’exercice plus sensible

                - le TUG ou test « Time up and go » : 2 ou 3 fois, se lever d’une chaise à 3m d’un mur, se diriger vers le mur sans le toucher, regagner la chaise et s’asseoir

                - le SWWT ou « Stop walking when talking test » le précédent exercice étant sensibilisé par le port d’un récipient plein d’eau, laissant entrevoir un ralentissement de l'exécution et témoignant d’une marche précautionneuse.

Naturellement, ces tests ne peuvent se dérouler qu’en l’absence de tout déficit moteur ou sensitif, de séquelles traumatiques anciennes ou d'atteintes rhumatismales articulaires douloureuses.

 

 

oeil

 

 

Mais, s’il y a manque d’assurance,  appréhension ressentie soit spontanément ou lors de l’exécution de ces tests réalisables chez soi, n’est-il pas prudent de s’interroger ou d’en faire part au médecin  ? Car :

                       Si le risque est faible voire inexistant, il ne doit pas dispenser de refaire les tests mentionnés 1 ou 2 fois l’an, un trouble de la vue mérite correction sans trop attendre ou une  affection saisonnière virale et/ou allergique avec photophobie alerter, des problèmes de pieds  nécessitent une adaptation des chaussures, des soins de pédicurie unguéale ou de traiter des points douloureux dûs à des chaussures trop serrées ou étroites, des frottements avec formations kératosiques du type durillons ou cors sous la voûte plantaire, interdigitaux, déformation des   orteils en griffe, point très important la prise de médicaments agissant sur la vigilance : attention au cumul possible du principe actif qui est mal éliminé justifiant une réévaluation du dosage quotidien  et, peut-être, envisager un sevrage partiel.

                     D’autres fois, le facteur risque est plus élevé :

                                         -En rapport avec la vue : changement des verres correcteurs, début de cataracte à évolution rapide, diminution de l’acuité visuelle, de la vision crépusculaire, éblouissements, vision binoculaire déficitaire

                                         - Sensation d’instabilité plus ou moins chronique : déficit vestibulaire du domaine de l’ORL. Le vestibule, situé dans le rocher derrière la mastoïde, comporte des canaux semi-circulaires et de la membrane vestibulaire ciliée, naissent les fibres du nerf vestibulaire qui baignent dans un liquide très épais, l’endolymphe dont les mouvements lents sous l’effet des  postures, engendrent des messages ou stimulis nerveux qui permettent une prise de conscience et un contrôle de l’équilibre positionnel : un déficit est à l’origine de troubles de l’équilibre et  peut entraîner des vertiges.

                  - Le phénomène de l’hypotension orthostatique dû à la chute de la tension systolique de 20 à 30 mm de HG ou de la tension diastolique entraîne une instabilité importante corrigée dans une certaine mesure par un traitement adapté, handicapant gravement les déplacements intérieurs et extérieurs  

               - La perte ou la diminution de la sensibilité proprioceptive d’origine neurologique fait perdre la notion de maintien de la statique du fait d’un déficit musculaire et/ou de la perte lente de la sensibilité profonde, engendrée par diverses pathologies qu’on met en évidence par le signe de Romberg : debout, les yeux ouverts regardant à l’infini ou fermés pour sensibiliser le test, la personne se met à osciller et doit être retenue.

               - Enfin, il peut arriver que lors d’une exploration médicale, on découvre des troubles des facultés cognitives, une maladie de Parkinson, maladie des corps de Loewy où une IRM met à jour des lésions cérébrales vasculaires, une hypertension intracrânienne ou tout simplement, des séquelles d’un traumatisme cérébral ancien…des problèmes en rapport avec un syndrome d’apnées du sommeil.

Une prise de conscience de ces signes permet d’alerter et de prendre des mesures simples que l’on peut approfondir pour prévenir l’accident ; mais, n’oublions pas qu’il est indispensable de conserver une activité physique autant qu’intellectuelle, pour maintenir une bonne capacité physique et mentale malgré un âge avancé  : ceci est à notre portée et peut nous éviter des déconvenues.

            

Jacques Lannaud

 

 

 

                        



06/05/2022
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres