Terre de l'homme

Terre de l'homme

Les tours de la Rochelle, billet de Jacques Lannaud

Les tours de La Rochelle

 

carte La rochelle

 

Plan de La Rochelle en 1574 où on distingue les fortifications et les tours

 

 

Ces redoutables forteresses, gardiennes du port, ont vu passer nombre d’embarcations de toutes sortes, combien de navigateurs, corsaires, marins, soldats avec armes et canons, ont franchi l’étroite passe et suivant le chenal, ont pris le large, combien d’autres sont revenus blessés, tués, victorieux ou défaits, leurs voiles déchirées ou la coque en mauvais état. Et puis, il y eut ces Filles de La Rochelle, Filles du Roy, parties sans espoir de retour, vers les rives du Saint-Laurent, que de récits d’aventures se sont incrustés dans ces vieilles pierres !

          

Enjeu politique, ces tours sont les vestiges de tout un pan d’histoire de la ville et de la France, enjeu stratégique entre la France et l’Angleterre quand, en 1137, Aliénor d’Aquitaine divorce du roi Louis VII pour épouser Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre, et toute la façade ouest devient anglaise, possession bien plus imposante que celle du roi de France, coincé en Ile de France. Malgré cela, la ville, grâce à des négociateurs habiles, va obtenir l’autonomie et de nombreux privilèges fiscaux et douaniers plus une charte lui permettant d’élire son propre maire.

 Finalement, elle redeviendra française, définitivement, en 1372 et les tours de la Chaîne et Saint-Nicolas célèbreront à nouveau leur alliance avec le roi de France.

Erigée au début du XIVème siècle, la tour St-Nicolas se présente comme un cylindre flanqué de quatre tourelles et d’un puissant éperon tourné vers la mer. Elle est construite en pleine zone marécageuse et veille sur « le port d’Aliénor ». Ses murs sont en pierre de Crazannes, cette carrière célèbre, aujourd’hui désaffectée, toute proche de la ville de Saintes. On stabilisa le sol mouvant avec des pilotis en bois de chêne, résistant à l’eau de mer. Le sol de la vigie basse est un peu incliné, résultat d’une bascule de la tour en plein chantier dont l’équilibre fut rétabli par les constructeurs en 1376 avec l’édification des étages supérieurs. Destinée, essentiellement, à la défense du port, elle s’inscrit dans les fortifications de la ville.

Occupée par des soldats, elle était commandée par un capitaine nommé par le maire, pour une durée d’un an. Il y résidait avec sa famille et faisait le serment de défendre les lieux, un logement privé était à sa disposition composé d’une grande salle, d’une étude, d’une étuve, de latrines et même d’une chapelle. Un oculus permettait de faire passer un monte-charge, vu l’étroitesse des escaliers et servait de porte-voix au capitaine pour transmettre ses ordres, un autre escalier à double révolution permettait de circuler sans croiser la soldatesque. Une salle de vigie basse servait à surveiller l’entrée du port, on accédait au chemin de ronde par des marches où se succédaient créneaux, merlons, meurtrières et mâchicoulis : on lançait des pierres sur les assaillants, ce qui leur » mâchait le cou », la salle des gardes à l’abri des intempéries, était dotée d’une cheminée pour se réchauffer. Du chemin de ronde, on surveillait le pertuis d’Antioche et les îles d’Aix et de Ré. Au sommet de la tour, le capitaine avait son bureau et sa terrasse sommitale à 37m. L’armement des soldats consistait en arquebuses et arbalètes.

La ville est une vraie place-forte au XVème siècle mais aussi un port très actif qui s’est développé grâce à ses avantages fiscaux et douaniers, exportant du vin et du sel dans toute l’Europe du Nord. La fonction administrative est très importante car c’est là que se situait le bureau d’enregistrement des bateaux, que l’on s’acquittait du droit de chaîne qui barrait l’entrée reliée à la tour éponyme et du droit de quai. On désarmait les bateaux avant d’entrer et comme les quais étaient en bois, on veillait à ce qu’il n’y ait aucune source d’incendie possible.

La tour de la Chaîne se construisit entre 1382 et 1380. D’architecture classique avec peu d’ouvertures, elle culminait à 34 mètres contre 20, aujourd’hui. Un capitaine, disposant de son propre logement, défendait la place. La salle basse au plafond en croisée d’ogive, servait de salle de réception et de stockage. Du haut, la vue s’étale sur 360 degrés et une plaisanterie voulait que Gargantua, lassé de la gourmandise de son fils Pantagruel qui se sustentait toutes les quinze minutes, avait utilisé la chaîne pour le ligoter. Mais, vu sa force, il s’était libéré pour continuer à s’empiffrer.

Finalement, la tour de la Lanterne est la plus ancienne datant du XIIème siècle, au débouché d’un cours d’eau, elle surveillait l’accès au port primitif, devenu place principale de la ville, la place de Verdun, dotée, à présent, d’un parking de surface et souterrain, autour de laquelle s’articulent les vieilles rues à arcades. C’était une « tour de feu », car on allumait au sommet, un grand brasier signalant l’entrée de l’ancien port. Surmontée d’une flèche de 55 mètres de haut, elle servait d’amer aux navires (amer= repère fixe en mer ou sur la côte). De style gothique flamboyant, elle servait de phare et de guet de la mer (système de signaux visuels pour la surveillance militaire de la côte).

 

 

plongeon La Rochelle

 

 

 

 

Aujourd’hui, les tours de la Rochelle restent très visitées. D’autant qu’un concours de plongeon de haut vol attire non seulement des concurrents intrépides français ou de pays étrangers mais de très nombreux spectateurs qui se regroupent sur la place en vis-à-vis. Le saut de 37 mètres part d’une plate-forme aménagée au sommet de la tour St Nicolas. Inutile de dire que le spectacle est impressionnant et nécessite une technique d’exécution parfaite sous peine de blessure grave voire fatale.

 

Monuments emblématiques de la ville, les tours sont en finale de l’émission de Stéphane Bern « Le monument préféré des Français », les 18 et 19 septembre 2021. Elles seront en concurrence avec le Pont du Gard, la place Stanislas de Nancy, les remparts de St Malo ou le théâtre antique d’Orange. Résultat dévoilé lors de la 38ème journée du patrimoine.

 

Jacques Lannaud

 

 



04/09/2021
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 248 autres membres