Terre de l'homme

Terre de l'homme

A quoi pensait notre ancêtre Néandertal ?

 

Cath

 

 

Catherine Merlhiot, spontanément après le décès de Pierre Merlhiot, son père, fondateur de ce lien "Terre de l'homme", a voulu rester sur les pas de ce dernier. Avec son parrain, notre ami Jacques Lannaud, elle a tenu à veiller à ce que ce fil assembleur ne  se brise pas dans le labyrinthe des blogs disparus. Aujourd'hui, Catherine se lance dans ce sillon de la Vézère et, comme son père, jette un regard plein d'émerveillement, de recherche et d'interrogation sur ces êtres qui ne sont pas vraiment nos ancêtres mais un peu nos très lointains cousins.

À quoi pensait notre ancêtre Néandertal ?

 

CLIQUEZ SUR LES IMAGES

 

pesnseur

 

 

Découvert en 1856, dans le vallon de Néander près de Düsseldorf, l'homme de Néandertal qui vécut de -350 000 à -35 000 en Eurasie continentale, a été, pendant plus d'un siècle et demi, victime de nombreuses injustices dues en partie à des préjugés raciaux et abondamment caricaturé. Mais, à cet homme prétendument dégénéré, homme singe, humain inférieur par rapport à nous les Sapiens, les découvertes archéologiques et paléontologiques du XXème siècle ont fini par rendre justice. 

 

 

cro magnon

 

 

Le fondateur de Terre de l'Homme, passionné de préhistoire, lui avait consacré un article en novembre 2020 : Le sauvage - le préhistorique. (Cliquez sur le titre pour le lire).

 

Le Pôle d'interprétation de la préhistoire (PIP) des Eyzies s'apprête, dans le cadre de la fête de la science, à consacrer une conférence à Néandertal :

 

Néandertal avait-il des préoccupations symboliques, artistiques ? Si oui, lesquelles ?

 

Nous connaissons désormais très bien son anatomie, son histoire génétique, son extension géographique et la place que Néandertal, Homo neanderthalensis, notre lointain ancêtre, occupe désormais dans la lignée humaine. Son environnement, majoritairement plus froid que nos climats actuels, nous est également connu dans ses grandes lignes. Ses impressionnantes chasses aux grands herbivores, son régime alimentaire livrent toujours plus de données sur sa diète, son régime alimentaire qui n’en finit pas de se préciser, de se diversifier. Ses productions techniques, parfois déroutantes, ont de moins en moins de secrets pour les préhistoriens, même si parfois elles les surprennent ou étonnent par leur complexité. 

Mais qu’en est-il de ses préoccupations au-delà de la simple survie quotidienne, de ses éventuelles productions autres que techniques ? Utilisait-t-il des parures ? Se servait-il de colorants ? Pratiquait-il l’art du dessin, du modelage, de la sculpture ? Avait-il quelque sentiment religieux, du moins cultuel ? Inhumait-il ses congénères défunts et si oui, peut-on en déduire quelque rite funéraire ? Qu’en est-il réellement de sa connaissance du milieu souterrain et pouvons-nous y interpréter quelque témoignage qui ne prête pas au doute en matière d’art pariétal ?

En un mot, l’homme de Néandertal avait-il des activités dites « symboliques », spirituelles, qui dépassaient la simple sphère techno-économique ? À la lumière des travaux et publications les plus récents, nous essaierons de répondre à ces questions délicates, sujettes à débats et qui divisent, même, nombre de spécialistes, illustrés par une série d’exemples relevant de différents volets de la documentation.

 

Cette conférence aura lieu au PIP, le 12 octobre à 18H30 et sera dirigée par Jacques Jaubert, un archéologue, préhistorien, paléolithicien spécialiste des productions techniques (industries lithiques) ou symboliques du Paléolithique moyen et des peuplements néandertaliens en Eurasie. 

 

Source : site du PIP

 

Catherine Merlhiot 

 

 



30/09/2022
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 263 autres membres