Terre de l'homme

Terre de l'homme

Quel avenir pour notre pays : la France s’affaisserait-elle ?

 

 

rené Descartes

 

René Descartes et Le penseur de Rodin (photo site The collector)

 

 

Si l’on s’en tient à nos commentateurs médiatiques bien connus et soi-disant spécialistes, que doit-on penser à les entendre discuter, palabrer, polémiquer, argumenter, chacun y allant de son grain de sel, et de décortiquer tel ou tel évènement, telle ou telle déclaration, « ils ont la langue bien pendue », n’est-ce pas ?Tout est pesé, passé au crible, dépecé, analysé, que retenir de tout ce Bla-Bla-Bla ?

Sommes-nous, encore, au pays de Descartes, lui qui s’enthousiasmait d’avoir découvert « l’idée d’une méthode universelle pour la recherche de la vérité » et qui, en 1637, publia son fameux Discours de la Méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les Sciences. Le bon sens, disait-il, est la chose du monde la mieux partagée...La puissance de bien juger et distinguer le vrai d’avec le faux qui est proprement ce qu’on nomme le bon sens ou la raison, est, naturellement, égale en tous les hommes ; et ainsi...la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies et ne considérons pas les mêmes choses. Car le principal n’est pas assez d’avoir l’esprit bon, mais le principal est de l’appliquer bien. »

Au regard du philosophe, du chantre de la raison du XVIIe siècle, n’arrive-t-il pas qu’on perde un peu la boule ?

Insécurité, école, santé sont des thèmes à l’ordre du jour dont on discute à perpète, malheureusement depuis longtemps, sans réussir à mettre en place les solutions de bon sens qui sont dans les tuyaux ; mais, prendre une décision, c’est un acte courageux bien difficile à prendre. Les débats se prolongent sans fin entre interlocuteurs et représentants du peuple souverain, se terminent, souvent, en chamailleries puis sont repris, plus tard, lors d’un nouvel évènement : les mêmes discussions, les mêmes arguments, séances houleuses, impatiences, prises de bec, on tourne en rond. Tout cela ne serait, peut-être pas, du goût de Mr Descartes.

Société éruptive comme le disent certains ou société qui se désole de voir les choses traîner, les déficits s’accumuler, le caddy moins rempli et plus cher, le billet de train ou autre mode de transport faire des bonds, sans parler du prix du fuel de la chaudière ou autres énergies et, cerise sur le gâteau, un niveau des prélèvements obligatoires qui atteint, aujourd’hui, des sommets : 48% du PIB contre 41% en moyenne dans l’U.E.

Il est vrai que nous avons donné le spectacle de la violence, du désordre, d’une démocratie qui, plutôt que de choisir la discussion, la négociation et la mise à plat des problèmes, semble incapable de trouver des compromis. Sont-ce là, les signes avant-coureurs d’un affaissement du pays qui plie devant les efforts nécessaires et l’ampleur de la tâche, la juste répartition égalitaire des mesures à prendre ? On peut se le demander.

L’explosion de l’insécurité : de 50 000 détenus en 2002, on serait passé à 75 000 aujourd’hui, plus 14 000 individus sous bracelet électronique.

L’endettement public se situait autour de 1000 milliards en 2002 d’euros contre 3000 maintenant. Nous étions 16è du classement Pisa en mathématiques, aujourd’hui nous sommes au 22è rang.

Reprenons : le problème de l’école demeure lancinant : c’est là, en effet, que s’est forgée la République fraternelle et égalitaire, l’école laïque, obligatoire, assise sur l’apprentissage fondamental de la langue écrite et parlée, de l’arithmétique et des mathématiques, de la littérature et de la rédaction, de l’histoire-géographie, des sciences physiques, chimiques et naturelles.

Le pays faisait corps avec son éducation nationale car il était admis que le monde moderne, de plus en plus technique, exigeait impérativement la performance d’apprentissage des savoirs garants d’une République solide et exemplaire, inébranlable dans ses convictions et la formation de futurs citoyens défenseurs des valeurs républicaines et de la démocratie.

Or, depuis, la société a beaucoup évolué, ces valeurs sont moins bien défendues, la laïcité mal comprise, la performance scolaire a baissé, la France classée quasiment en tête des grandes nations pour l’attribution de médailles Field en mathématiques, est dépassée par les pays d’Extrême-Orient comme Singapour. Pourra t-on rejoindre le peloton de tête ?

Nous sommes le pays le plus récompensé en prix Nobel de littérature, orgueil de la nation quant à sa culture et de sa langue diffusée dans le monde entier.

En matière médicale et hospitalière, l’effort pour améliorer les soins est devant nous, sujet très préoccupant car la France avait réussi à construire un système performant qui, aujourd’hui, s’avère un gouffre financier, nécessite une réorganisation de l’hôpital et des urgences, de repenser la place du médecin généraliste essentiel à l’équilibre des soins par une meilleure formation des compétences et resituer la place de la médecine libérale qui doit être complémentaire et coopérer avec le système hospitalier. La désertification médicale se profilait, déjà, dans les campagnes et, aujourd’hui, aussi, dans des zones urbaines. Elle aurait pu être évitée en revenant sur les mesures prises, antérieurement, quant au quota du nombre d’étudiants en médecine maîtrisé pour diminuer l’offre de soins et soi-disant préserver les comptes publics.

Ce n’est pas un tableau reluisant. Comme souvent, on a reculé plutôt que d’affronter et faire face, la méthode rationnelle n’est-elle pas d’expliquer, de convaincre, de faire de la pédagogie et de se remettre à l’ouvrage, autant que nécessaire, afin de faire passer les messages dans l’opinion, sachant que le niveau culturel de la nation est, encore, à un bon niveau .

Mais, la conjoncture économique, c’est un peu comme la météo, elle peut rapidement changer en étant persuasif et grâce à la confiance des citoyens.

Alors, nous redeviendrons cartésiens !

 

Jacques Lannaud

 



23/01/2024
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres