Terre de l'homme

Terre de l'homme

Souvenir de jeunesse. Le cadran

Cet article, naturellement accessible à tout un chacun, est vivement déconseillé, voire à éviter, aux lecteurs qui trouvent que dans "Terre de l'homme", il y a un filon inadmissible du "Moi" et une culture d'égocentrisme.

Il s'agit de remuer des vieilles pages du passage d'un paysan, adolescent pauvre, aux sabots remplis de paille, qui, pour débuter dans la vie active, trouvait sur son chemin un troquet parisien bien sympathique. Ce troquet populaire  s'appelait et s'appelle encore Le Cadran du Nord mais, semble-t-il, n'a plus tout à fait la même clientèle.

 

 

Situons le décor. La Gare du Nord

 

 

 

Gare du nord

 

Image © Jérôme Derigny. Enlarge your Paris 

 

Situons le décor de La Gare du Nord

18 rue de Dunkerque. Paris 10ème

 

 

Les gares parisiennes, dans le langage courant, sont appelées Gare de L'Est, du Nord, de Lyon. En fait, on devrait dire Paris-Est, Paris-Nord ou Paris-Lyon. C'est surtout la Gare de Lyon qui est source de malentendus.

 

L'ancienne gare, dénommée embarcadère du Chemin de Fer du Nord, a été réalisée entre 1841 et 1847 par Léonce Reynaud. Cette dernière a été démontée et reconstruite à Lille pour devenir la gare Lille-Flandres, un étage a été rajouté ainsi qu'une horloge.

https://www.enlargeyourparis.fr/societe/la-gare-du-nord-est-la-memoire-du-developpement-de-paris-et-de-sa-banlieue

En 1864, est inaugurée la gare de Hittorf, celle des années impériales. Il y aura une seconde vague de travaux entre 1878 et 1900, année des Expositions universelles. Les gares, surtout les grandes gares dont les gares parisiennes, sont des chantiers permanents qui, au fil des siècles, voient -ou ont vu- bien des transformations. La Gare du Nord, pièce inscrite depuis le 15 janvier 1975 au titre des monuments historiques, est  ornée de 23 statues sculptées sur place par 13 artistes renommés dont 12 "Grand prix de Rome" choisis par la Compagnie du Nord ; il n'est pas rare d'y voir, juste devant, des admirateurs d'architecture monumentale.

Aujourd'hui, avec 700 000 voyageurs par jour, soit 200 millions chaque année, la gare du Nord est la première gare européenne. Un immense cœur névralgique qui bat tous les records !

 

Autour de la Gare du Nord.

 

Ce quartier populaire qui a toujours été un quartier vivant, a, hélas, perdu, avec le siècle, un peu de sa quiétude.

Le nom des rues rappelle l'attachement de cette gare aux villes qu'elle dessert : Maubeuge, Dunkerque, Denain, Valenciennes. Curieusement la rue de Lille se situe à 3 500 m de là, de l'autre côté de la Seine. On notera que sa voisine, la Gare de l'Est, honore l'Alsace, le magnifique boulevard de Strasbourg et Verdun.

 

Au 13 de la rue de Dunkerque, on rencontre un restaurant fort bien nommé, plutôt sélect, "Le Cadran du Nord". Il y a une soixante d'années, c'était un sympathique troquet*, très populaire, qui avait une clientèle à forte majorité masculine de cheminots qui se donnaient rendez-vous là, pour attendre leur autobus de service qu'ils appelaient,  pour d'obscures raisons, "La poule".**

Là, c'était naturellement une clientèle de comptoir qui ne s'attardait pas. On prenait "le jus" et on filait vers les postes de travail ou, le soir, après dîner, c'était un moment de partage où les habitués refaisaient le monde.

L'établissement avait un niveau sous-sol où, là, c'était une clientèle de passage venant de la gare. On prenait là un repas sommaire. On servait des  croque-monsieur, des viandes grillées et les frites avaient, bien sûr, pour la clientèle flamande, un gros succès.

On était là, à l'époque, dans un établissement auvergnat, où les patrons avaient l'estime des clients. Il y avait une excellente chaleur humaine partagée entre les clients, les exploitants et les serveurs. C'était "presque" un bistro de famille. Beaucoup passaient du vous au tu. Souvent, du juke-box s'échappaient des morceaux populaires musette de Verchuren, Ségurel, Azzola, Aimable, Larcange et autres. "Enfants de tous pays", d'Enrico Macias, revenait souvent, tout comme "Roses blanches de Corfou" ou "Je reviendrai my love" de Nana Mouskouri.  

 
* Pourquoi troquet, terminologie populaire qui, cependant, n'a rien de péjoratif. Du point de vue de la formation des dérivés, troquet provient de mastroquet par le phénomène appelé aphérèse, qui consiste en la suppression de la première syllabe d'un mot. Troquet a ensuite croisé bistro pour donner le mot-valise bistroquet. Dans ce lieu d'échange, ouvert de bonne heure et fermant tard, les patrons et les serveurs ne connaissaient pas les 40 h.
 
** La poule laisse une interrogation. Pourquoi la poule, elle n'avait rien de trivial. On peut supposer une allégorie. Cet autocar ramenait les agents vers leurs foyers provisoires et on peut penser que la poule veillait à n'en perdre aucun sur son parcours, mais ce n'est qu'une supposition.
 
 

Photo

 

Image © Doria Hamelryk

 

Texte Pierre Fabre



13/02/2023
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 199 autres membres