Terre de l'homme

Terre de l'homme

Terre de l'homme a ouvert sa deuxième centaine d'inscriptions.

Le binôme fondateur de "Terre de l'homme"

 

Pierre Merlhiot

Pierre Merlhiot,

le créateur et éditorialiste du blog

     

Catherine Merlhiot,

la coordinatrice

 

 

Les appuis techniques

 

Bruno Marty portrait

 

 

Edik Odéhon

 

 

Sylvie Borie blog

 

 

 

Bruno Marty,

reporter-photographe indépdt 

 

Édik Odéon,

galériste cypriote

Sylvie Borie,

correctrice

 

Les premiers contributeurs,

par ordre alphabétique

 

Petit trombi

 

 

 

gerard-hices-dedicace

Le cercle de Terre de l'homme  ne manque pas de s'enorgueillir de compter un poète, troubadour moderne.

 

Gérard Hicès ne rate pas l'occasion de taquiner la muse sur ce lien.

 

 

Il n'y a pas tout à fait 2 mois, le 14 novembre dernier, Alain Lamour, de sa façade océane, nous rejoignait. Il devenait le 50ème membre de Terre de l'homme. Alain manifestait ainsi son attachement à ce terroir auquel il est indéfectiblement attaché.

 

Le Cers, vent de l'Atlantique, a bien soufflé depuis et la liste s'est bien allongée.

 

Le passage de la première à la seconde centaine de figures du lectorat

 

René Barde, cons comm

 

René Barde

 

Dimanche 31 janvier, René Barde, concrétisa le bouclage de la première centaine de maillons de Terre de l'homme. Dans la foulée, Marie-Françoise Durlot ouvrit la deuxième centaine.

 

Qu'ils soient les bienvenus sur ce lien.

Marie-Françoise Durlot

 

Marie-Françoise Durlot

Qui sont René et Marie-France.

 

Marie-France et René sont des personnes bien connues au Pays de Belvès, commune où ils habitent.

 

Marie-Françoise, avec Yves, son époux, qui nous a quittés en décembre 2019,  a pris pied sur le castrum depuis plus de 20 ans. Passionnée par la vie culturelle locale, elle est devenue le pilier fondateur de l'association patrimoniale qui entend valoriser l'héritage pluriséculaire de N.D de Capelou. Marie-Françoise tient à souligner que son collectif est d'essence parfaitement laïque et est ouvert à tous.

 

On a du mal à présenter René, tant à Belvès que dans les communes périphériques. Il fait partie "des meubles". René fut, en 1983, maire de Larzac, commune de son enfance, puis conseiller général du canton de Belvès. Au castrum, en 1989, il a ceint l'écharpe tricolore au gland d'or. Lui aussi a démontré sa ou, plutôt, ses passions pour la vie locale. Son plus gros chantier fut la mise en valeur de ce pan patrimonial des troglodytes belvésois. Ce chantier, toujours d'actualité, aujourd'hui, fait partie d'un plan d'ensemble qui promeut ce bijou du castrum parmi les richesses historiques de cet oppidum. René, c'est, aussi, un fervent admirateur de Georges Rebière, une vieille figure belvésoise qui nous a quittés, il y a 2 ans, et dont il faut préserver les travaux tant littéraires que de passeur de savoir-être et de savoir-faire.

 

 

Le cercle du lectorat, les maillons forts, les membres associés, les adhérents et amis.

premier trombinoscope

Trombi 1

D'autres partenaires et amis

 

 

 

Roger Soulas

 

Roger Soulas 

 

 

Josette Leygues

 

Josette Leygues

 

 

Marie Noelle

 

Marie-Noëlle Faure

 

 

Marie-Claude Calès-Ribatet

 

Marie-Claude Ribatet

 

Marie-Françoise Durlot

Marie-Françoise Durlot

 

Martine Rentet

 

Martine Rentet

 

 

Mélanie Pistolozzi

 

Mélanie Pistolozzi

 

 

M-Fr Relhier-2

 

Françoise Bossavie

 

Michel Labare

 

Michel Labare

 

Michel Lafon

 

Michel Lafon

Michèle Bard en juillet 2011

 

 

Michèle Bard

Muriel  Delmas

 

 

Muriel Gameroff

Muriel Cl V

 

Muriel Fischer

Nathalie Garrigue

 

 

Nathalie Garrigue

Olivier Merlhiot

 

Olivier Merlhiot

Olivier Reynal

 

Olivier Reynal

Pierre Petit

 

Pierre Petit

Rémy Bruneteau

 

Rémy Bruneteau

Sandrine Bruneteau

 

Sandrine Bruneteau

Séverin Chies

 

Séverin Chies

J-P Passerieux

 

J-Pierre Passerieux

Martine Sandoz

 

Martine Sandoz

Théophile Pardo 2012

 

Théophile Pardo

Michel Mousnier

 

Michel Mousnier

Sabine Feyt

 

Sabine Feyt

 

Wertenb

 

Joseph Wertenberger

avatar_860890_2069908_202102015933877

 

Claire da Costa

avatar_860890_2057978_202011014447565

 

Yolande Magnanou

avatar_860890_2057505_20201025282956

 

Serge Baldi

avatar_860890_2069807_202101304609192

 

Jean-Louis Filet

avatar_860890_2069835_202101310820988

 

J-Marie Navarre

avatar_860890_2065278_202012175843252

 

J-Cl Dugros

avatar_860890_2062122_2020111542390

 

Sylvette Roussel

avatar_860890_2069815_202101311553867

 

Karine Sengenes

avatar_860890_2069834_202101311058255

 

Jean trapy

 

 

avatar_860890_2057503_2020102530335

 

Joëlle Baldi

avatar_860890_2057388_202010265005553

 

Suzette Merlhiot

avatar_860890_2069820_202101310745912

 

Martine Lalue

 

avatar_817334_1461421_201612213334808

 

Lydie Chies-Keller

 

En attendant le trombinoscope de printemps.

 

 

Joëlle Desmy

 

Cl Le Barbier

 

Daniel Conchou Isa Petitfils francoise-correia_8718597
Joëlle Desmy Claudine Le barbier Daniel Conchou Isabelle Petitfils  Françoise Corréia

 

 

 

Ce trombinoscope n'est pas exhaustif. Il peut comporter des omissions involontaires.

Les abonnés qui se sont inscrits avec des adresses cryptées, ne figurent pas.

 

 

_______________________

 

Qui sont ces "électrons libres" de Terre de l'homme.

 

 

Ce journal informatique de Terre de l'homme vient, pour la plus grande satisfaction de Catherine, sa coordinatrice, de compter le nombre de ses membres avec 3 chiffres.

Qui sont donc ces maillons qui se rejoignent en Terre de l'homme. Cet espace est, faut-il le rappeler, totalement informel. Son embasement pourrait se situer quelque part en Périgord, là où jadis on parlait surtout occitan. Dans cette terre de l'homme, nos lointains ancêtres étaient des chasseurs-cueilleurs. Ils ont migré vers le sud, en suivant les creusets de la Vézère et du ruisseau d'Aurival, en passant la Dordogne et en s'aventurant dans le corridor de la Nauze, de la Ménaurie et de la Lémance. Cette descente s'amorça,  il y a moins de 10 000 ans (entre  9 500 et 7 500), c'est-à-dire hier au regard de l'odyssée humaine*, pour créer les industries mésolithiques hypermicrolithiques du Sauveterrien**.

Aujourd'hui, les héritiers et descendants de ces chasseurs-cueilleurs se trouvent un peu partout. On en trouve sur les rives du Rhin, [coucou à la dernière arrivée, elle se reconnaîtra] sur les berges de la Moselle, de la Seine, du Rhône mais aussi bien plus loin à San Francisco, à Cayenne, en Nouvelle Calédonie… ou ailleurs.

Parmi eux, certains ont manifesté le désir d'être reliés à Terre de l'homme, ce qui, manifestement, est un symbole, tout à la fois, d'ouverture et de ressourcement.

Ces "électrons libres" sont de sensibilités bien diverses avec de fortes différences sur les thèmes sociétaux et, fort heureusement, ils offrent certainement bien des nuances.

Parmi eux, on trouve des médecins et pharmacien honoraires, des enseignants, des artistes, des romanciers, des ruraux qui ont passé leur vie à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine agricole, des prestataires du séjour et du tourisme, ou d'humbles retraités du secteur tertiaire, des Armées, de la fonction publique ou assimilée...  du chemin de fer. On trouve, aussi, divers élus de proximité dont plusieurs sont maires de petites entités rurales. Beaucoup de ces "électrons libres", pour ne pas dire tous, ont la "fibre citoyenne" et s'investissent dans la vie associative, caritative, culturelle, patrimoniale, sportive ou dans la généalogie, ou en passeurs de mémoire. 

 

Enrichissez ce collectif par vos apports, vos connaissances ; et, grâce à vous, il ne paraît pas impensable de découvrir  bien d'autres contributeurs et, aussi, beaucoup d'autres abonnés.

 

* Cette migration qui intéressa, au plus haut point, Laurent Coulonges, bien sûr, nous plonge assez loin en arrière. Relativisons. Nos ancêtres, depuis, ont été relayés par 3 à 400 générations... c'est bien peu par rapport à la longue histoire des humains. Depuis cette ère, les chasseurs-cueilleurs sont devenus les paysans... nos parents,  nos grands-parents. 

 

** Le terme Sauveterrien désigne des industries mésolithiques. Il a été créé en 1928 par Laurent Coulonges pour nommer les industries découvertes entre l'Azilien et le Tardenoisien dans l'abri du Martinet, à Sauveterre-la-Lémance. Il est globalement compris entre 9 500 et 7 500 ans. 



03/02/2021
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres