Terre de l'homme

Terre de l'homme

Faut-il effacer l'histoire ?

 

colonne

 

 

                                                Destruction de la colonne Vendôme 1871

 

 

Le mardi 29 juin, la chaîne Arte a diffusé un documentaire intitulé "Les colonisations", document remarquable qui traite de la colonisation sur un plan mondial et qui raconte son histoire du point de vue des colonisés et non des pays colonisateurs.

 

 

Christophe colomb

 

 

                                                        Statue de Christophe Colomb décapitée

 

Ce documentaire peut répondre aux attentes de Pierre Fabre et de Jean-Matthieu Clôt qui, dans leurs commentaires sur "Mein Kampf" (cliquer pour lire l'article), souhaitent ne pas s'en tenir au procès du nazisme qui ne serait que le terme d'une idéologie qui trouve déjà son fondement chez certains penseurs du 19ème siècle.

Il est vrai que le comportement de Léopold II, des colons au Congo et celui des Allemands dans l'ancienne Namibie, ne sont pas loin d'atteindre la barbarie du nazisme.

Ce documentaire n'épargne personne : lors de la conférence de Berlin (novembre 1884 - février 1885), c'est 14 pays qui édictent les règles officielles de la colonisation et procèdent au partage systématique de l'Afrique. L'Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l'Italie, l'Espagne, la Russie....sont de ceux-là.

Les malheurs du continent africain avaient déjà commencé : pendant 13 siècles, des dizaines de millions d'esclaves furent déportés d'Afrique dans le cadre de ce qu'on appelait le commerce triangulaire. En France, Bordeaux et Nantes furent les deux plus grands ports négriers.

 

traite  négrière

 

 

                                                              La traite des esclaves 

 

Les descendants de ces peuples asservis et martyrisés n'ont pas oublié, demandent réparation et repentance et s'attaquent au symbole de leurs anciens maîtres : les Maoris, dans les années 1970, s'en prennent à la statuaire victorienne ; en 2020, la statue de Christophe Colomb est déboulonnée aux USA par des Amérindiens, celle de Lépopold II maculée de rouge en Belgique, sort identique pour la statue de Joséphine de Beauharnais à Fort de France.

La technique n'est pas nouvelle. Le 16 mai 1871, pendant la Commune, le peintre Courbet fait abattre la colonne Vendôme. Le 9 avril 2003, la statue de Saddam Hussein est démolie ainsi que celle de Franco, le 3 février 2021 à Mélila.

 

 

Saddam

 

 

                                                           chute de Saddam Hussein

 

Serons-nous, un jour, concernés en Dordogne ?

L'éditorialiste de LCI, Jean-Michel Apathie demande, au cours d'une émission, le déboulonnage de la statue du maréchal Bugeaud, soldat laboureur selon les uns, massacreur selon les autres. Il est vrai que le contenu de deux de ses lettres (janvier 1845 et mai 1851) ne plaide pas en sa faveur : "Je brûlerai vos villages et vos moissons", "J'ai laissé sur mon passage, un vaste incendie. Tous les villages ont été brûlés, les jardins saccagés, les oliviers coupés". L'homme s'était déjà fait remarquer pendant l'insurrection de 1834 en France, dans le massacre de la rue Transnonain.

 

bugeaud

 

 

                                                                   Statue de Bugeaud à Alger 

 

Il faut bien admettre que de nombreux Français ont longtemps partagé l'action de Jules Ferry qui a mené une politique coloniale avec bonne conscience, au motif qu'elle apportait la civilisation. De la même façon, les acteurs de la révolution française de 1789 avaient la certitude que, par le glaive et la conquête, ils apportaient aux peuples d'Europe, la liberté et les lumières.

Il est difficile désormais de suivre Jules Ferry dans cette voie. Nos dirigeants, depuis 1962, ont été dans l'embarras : les uns faisant la distinction entre les soldats qui avaient bien fait leur devoir et les tortionnaires, écartant ainsi l'idée de responsabilité collective, les autres oscillant entre l'aveu des exactions et l'apport d'éléments de civilisation.

Le président Macron a sagement confié à l'historien Pierre Nora, le soin de rédiger un rapport sur la mémoire de la colonisation en Algérie. Ce rapport lui a été remis.

Le différend ne sera jamais soldé entre nos deux pays mais, au moins, sera-t-il apaisé.

La statue de Bugeaud ne trône plus à Alger, sur la place d'Isly. Celle de Périgueux est toujours en place.

Déboulonner les statues, rebaptiser les rues, débarrasser l'espace public des figures du racisme et de l'oppression, n'est pourtant que la partie émergée de l'iceberg qu'on appelle La Cancel Culture, culture de l'effacement et de l'annulation. Le mot et la chose nous viennent des Etats- Unis, nous les avons adoptés. Cette culture désigne un mode d'action qui va du déboulonnage de statues au cyber-harcèlement. Elle se manifeste surtout sur les réseaux sociaux. A la limite, elle est une violence qui s'exerce au nom d'un monde meilleur. Le danger qu'elle court, c'est de basculer dans l'excès, de tomber dans l'intolérance, de remplacer les tribunaux par la mise au pilori. Un exemple illustre bien cette radicalisation : c'est le déboulonnage de la statue de Victor Schoelcher, le 23 mai 2020, à la Martinique, alors que cet homme avait décrété, le 27 avril 1848, l'abolition de l'esclavage.

 

 

victor Schoelcher

 

 

                                                                  Statue de Victor Schoelcher

 

 

victor

 

 

                                                  Victor Schoelcher abolit l'esclavage en 1848

 

 

Il saute aux yeux qu'on ne peut que souscrire à la destruction, en 1945, de la croix gammée au sommet de la porte de Brandebourg.

On peut ne pas se satisfaire du refus de la ville de Bordeaux de débaptiser les rues portant le nom de marchands négriers et se contentant de rajouter une notice explicative.

 

black lives

 

 

On peut se réjouir du comportement du peuple espagnol qui, après des années de patience et sans triomphalisme, a réussi, sans le détruire, à enlever sa valeur symbolique au monument "Valle de los Caidos" érigé à la gloire de Franco et de ses soldats (héros et martyrs de la croisade). Ce changement de statut n'empêche pas cependant les nostalgiques du francisme de s'y rendre, chaque année, pour assister à une messe en souvenir du Caudillo.

 

valle

 

 

                                                 Valle de los caidos (vallée de ceux qui sont tombés)

                                                             Sierra de Guadarrama

 

 

Le voudrait-on qu'on ne saurait effacer l'histoire.

 

 

Pierre Merlhiot 

 



10/07/2021
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres