Terre de l'homme

Terre de l'homme

Il faut les aider

chasseurs dans la neige

 

                                                     Chasseurs dans la neige de Pieter Brueghel

 

7 et 8 avril 2021 : en deux nuits, la plupart des productions agricoles sont frappées par le gel et ceci dans 10 régions sur 13.

 

Floraison précoce et gelées tardives ne font pas bon ménage. Le travail de toute une année de nos agriculteurs et arboriculteurs est presque réduit à néant. Ils sont en première ligne et ont vu de nouveau leur production fortement impactée par l'influenza aviaire.

Devant cette menace annoncée par la météo, ils se sont battus avec les moyens du bord : bougies antigel, arrosage, feux de bottes de paille....Il y a quelques décennies, dans la commune du Coux et Bigaroque, les producteurs de kiwis avaient pu sauver leurs récoltes par aspersion. Cette fois-ci, seules quelques parcelles de vigne dans le département ont pu être épargnées par le même procédé.

 

 

 

bougies

 

 

Dans l'urgence, la chambre d'agriculture vient de créer une cellule de crise afin d'évaluer les dégâts et de demander aux services de l'Etat, que des commissions d'expertise se rendent sur le terrain, le plus tôt possible. Le conseil départemental envisage d'aider financièrement la mise en place de tours antigel.

Les périodes de grand froid de janvier 1954 et de février 1956 avaient fortement dégradé notre économie et aggravé la précarité d'une partie de la population. Tout le monde se souvient de l'initiative de l'abbé Pierre.

Ce qui est inquiétant, c'est depuis quelques années, la multiplication de ces épisodes extrêmes.

 

 

la pie

 

                                                                 La pie de Claude Monet

 

 

Notre terre a subi quatre grandes glaciations : au cours de la dernière, il y a 25 000 ans, la température avait chuté de 6 à 8 degrés, ce qui avait contraint les hommes préhistoriques et les animaux à migrer et à s'adapter à une modification profonde de la végétation.

Plus près de nous, de 1500 à 1850, nous avons subi ce qu'on appelle " le petit âge de glace" dont la phase la plus froide se situe entre 1615 et 1715. L'année 1709 fut terrible pour toute l'Europe : la température moyenne baissa d'un degré, ce qui fut, cependant, suffisant pour provoquer des hivers rigoureux, des baisses de production et des famines. Ce fut une des causes de la révolution de 1789.

Mais ces deux épisodes de froid intense étaient le résultat d'événements naturels dans lesquels l'homme n'avait aucune responsabilité : changement de l'axe de rotation de la terre, volcanisme, chute de météores....Rappelez-vous en 2010, l'éruption gigantesque d'un volcan islandais avait fait baisser la température du globe de 0,5 à 0,6 degrés et perturbé, pendant des mois, l'économie mondiale.

Remontons dans le temps : il y a 66 millions d'années, un astéroïde de 12 km de diamètre s'est écrasé près du Mexique. Il a provoqué une des cinq extinctions majeures : disparition de 75% de toute forme de vie terrestre et en particulier de tous les dinosaures.

 

 

ours

 

 

Maintenant, à ces événements naturels, viennent s'ajouter des causes humaines depuis la "révolution industrielle" (1780-1880) et les choses vont s'aggravant. Notre climat se réchauffe avec les conséquences qu'on connaît.

Le groupe d'experts international sur l'évolution du climat (le GIEC) demande une réduction de CO 2 de 45% d'ici 2030. Selon les accords de Paris, il faudrait limiter la hausse de température à 1,5 degré alors qu'on s'achemine vers les 3 degrés. On a vu les effets désastreux d'une augmentation moyenne de 1 degré lors du "petit âge de glace". On n'ose songer à ce que donneraient 3 degrés supplémentaires.

La partie n'est pas gagnée. Ne comptons pas sur les climatosceptiques pour nous aider. Il faut s'inscrire en faux contre ceux qui tiennent ces propos. "Je ne crois pas au changement climatique. C'est juste de la météo. Ca a toujours été comme ça, le temps change, il y a des tempêtes, de la pluie et de belles journées." : propos tenus par Donald Trump juste avant de sortir les Etats-Unis des accords de Paris.

 

Dans l'immédiat, l'aide aux agriculteurs et saisonniers est indispensable. Elle ne suffira pas dans le long terme. Nous sommes tous embarqués. La meilleure façon d'aider le monde agricole, c'est de ne pas exposer la nature à ce que nous lui faisons subir depuis le début de la révolution industrielle, sous peine de donner raison au pessimisme d'Anton Tchekhov qui, dès 1897, écrivait dans "Oncle Vania":"L'homme a été doué de raison et de force créatrice afin de multiplier ce qui lui a été donné. Mais, jusqu'à présent, il n'a rien fait que détruire. Il y a de moins en moins de forêts ! Les rivières se dessèchent ! Le gibier disparaît ! Le climat se détériore ! De jour en jour, la terre devient de plus en plus pauvre."

 

Pierre Merlhiot

 

_______________

 

Demain : Reconnaissez-vous cet accordéoniste.



19/04/2021
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 262 autres membres