Terre de l'homme

Terre de l'homme

La promenade des ponts... et du ponteau

 

 

En 2011, pour la félibrée, chaque commune de l'ancien canton de Belvès a choisi une devise pour symboliser sa place historique, géographique ou humaine.

 

Sagelat a retenu " Per monts e per vals"," forme occitane de "Par monts et par vaux".  "La promenade des ponts... et du ponteau", balade pédestre d'une dizaine de kilomètres, illustre à merveille ces reliefs pleins de charme à toutes les saisons.

 

Cettte promenade est un circuit. À aucun moment, il n'y a de rebroussement.

 

Jalon Altitude

Distance

partielle

Distance

cumulée

Distance

partielle

Distance cumulée

Horaire

itinéraire court

Horaire itinéraire bis
Parc de Fongauffier 83         14.00 14.00
Carrefour de Lavergne 79 924   924   14.14 14.14

Hauts des Champs petits

155 812 1 736 812 1 736 14.27 14.27
Maison haute 111 1 418 3 154 1 418 3 154 14.50 14.50
Pont de la Tute 64 538 3 692 538 3 692 14.58 14.55

Sous Renardie 

77 615 4 307     15.08  
Le Bout de la Côte 155     1 473 5 165   15.19
Sous La Tuilerie 96 722 5 029 751 5 916 15.20 15.31
Carrefour de Bosredon 84 936 5 965 936 6 852 15.34 15.45
Moulinal 102 1 425 7 390 1 425 8 277 15.58 16.09
Fleurat 158 513 7 903 513 8 790 16.08 16.19

Pont des abbesses

à Fongauffier

83 2 393 10 296 2 393 11 183 16.48 16.59

 

 

Le circuit court comporte deux rampes, la plus sévère 76 m, le circuit par Lastournières et Le Bout de la Côte en compte trois. Dans les deux options le point le plus bas est à La Tute, alt 64 m. Le point le plus haut se situe sur la crête des Champs-Petits, alt 160 m, d'où l'on découvre un exceptionnel horizon inter-collinaire.

 

 

CLIQUEZ SUR LES IMAGES

 

Pont de la République

 

Sagelat. L'avenue Joséphine Baker franchit la Nauze en empruntant le Pont de la République, ouvrage érigé dans la seconde moitié du XIXème siècle, pour éviter le passage malaisé du charroi dans le village de Fongauffier. Ce pont ne manque pas d'allure.

Photo © Pierre Fabre

 

Chemin des Hauts de Lavergne

 

L'ascension du chemin rural des Hauts de Lavergne permet de flâner sous des feuillus bien agrébles pour les promeneurs.

Photo © Pierre Fabre

 

 

Manoir de Boredon

 

De la crête des Champs Petits, on découvre, sur la rive gauche de la Nauze, le Manoir de Boredon.

Photo © Pierre Fabre

 

 

Siorac-en-Périgord

 

 

Toitures Maison haute

 

Maison-Haute. Ce lieudit n'a pas volé son toponyme. Avec une superbe toiture périgordine, ce hameau soigne son image.

Photo © Pierre Fabre

 

 

 

Pont de La Tutej

 

Siorac-en-Périgord. Le Pont de la Tute fait "craquer" tous les amis de la Nauze qui le découvrent ou le redécouvrent toujours avec un immense plaisir visuel. Il s'écarte des bruits de la circulation de la route départementale. Sa parfaite harmonie a inspiré une artiste qui le trouva enchanteur.

On notera que son implant et sa forme en dos d'âne impose un ralentissement toujours apprécié par les promeneurs qui apprécient là, la quiétude campagnarde d'un chemin recherché pour son calme.

Ce pont a inspiré Marie-Claude Marty, une artiste landaise, qui a réalisé en 2017 une aquarelle de cet ouvrage.

Photo © Bruno Marty

 

Nauze

 

La Tute. Notre Nauze file vers sa proche confluence.

Photo © Pierre Fabre

 

 

Chemin Roland Andrieux

 

Raunel. Le chemin Roland Andrieux, une sente sur le chemin de la mémoire d'un Sioracois mort en captivité. Notre ami Didier Roques et les édiles sioracois, en retenant le nom de Roland Andrieux, ont ainsi fait que ce malheureux "piqueur" du P.O. ne sombre pas dans l'oubli.

Photo © Pierre Fabre

   

 

GR à Raunel

 

En lisière de Bessède, il est bon de trouver son chemin.

Photo © Pierre Fabre

 

 

 

Confins sioraco-monplaisanais

 

Sente renardienne

 

Ce sentier qui fut pastoral dans le goulet séparant Lastournières de Renardie était, jadis, emprunté par les paysans qui allaient en Bessède, soit pour l'entretien de leur patrimoine forestier, soit pour aller chercher de la bruyère pour la litière des animaux.

 

Monplaisant.

 

Chemin de Branchat

 

Laissons, pour une autre promenade, le chemin de Branchat.

Photo © Pierre Fabre

 

 

Demeure renardienne

 

Une vieille demeure renardienne superbement restaurée. Une pensée pour la famille amie qui l'a habitée au cours du siècle, des siècles, précédents.

Photo © Pierre Fabre

 

 

Pont de Bosredon

 

Le Pont du Moulin de Bosredon saute le Raunel dans le goulet qui sépare Fonmorte et Le Calme de La Renardie et Branchat. Cet ouvrage remonte, selon la tradition orale, à la seconde moitié du XIXème siècle. Il fut érigé, a priori, sans qu'il n'y ait relation de cause à effet, une vingtaine d'années après l'implantation du chemin de fer dont l'inauguration remonte au 3 août 1863.

Photo © Pierre Fabre

 

 

IMG_1732

 

Cette toute petite source peut ne pas être remarquée par les promeneurs quand l'herbe devient haute. Toute petite, elle peut être ignorée mais n'oublions pas la maxime "Les petits ruisseaux font les grandes rivières".

Photo © Pierre Fabre

 

 

Jonction avec le Raunel

 

Pour se donner au Raunel, cet écoulement qui, tout au plus, fait une quinzaine de mètres, veut quitter par une toute petite porte et rejoint son récepteur par un infinitésimal couloir souterrain. Cette galerie de jonction passe sous le pied de l'arbre séparateur. Un micro chef d'œuvre de la nature. 

Photo © Pierre Fabre

 

 

Chemin du Moulin de Bosredon à La Rouquettee

 

De tous les chemins ruraux de notre bassin de vie, celui qui relie Le Pont de Bosredon à La Rouquette me semble celui qui obtient le premier créneau d'excellence. Il est parfaitement entretenu, pratiquement pas de "nid de poule", un empierrement certainement séculaire, un calme bucolique parfait, un profil des plus doux. Celles et ceux qui l'ont connu, il y a un demi-siècle et plus, le retrouvent dans son écrin de verdure aussi net qu'il était à "la Belle époque".

Photo © Pierre Fabre

 

 

Pont de Bonarme IMG_1745

 

Nous laisserons le pont de la R.D. n° 52, près du Moulinal de St Pardoux, à quelque dizaines de mètres de notre promenade. Nous irons vers lui pour la promenade de Bonarme.

S'il y a des vaillants qui veulent aller saluer ce pont, ils devront ajouter cent mètres à leur balade. 

Photo © Pierre Fabre

 

 

Rampe fleuratoise

 

La rampe Fleuratoise. Ce raidillon merveilleusement tracé et superbement entretenu.

Photo © Pierre Fabre

 

 

 

Descente de Fleurat

 

L'arrivée à Fleurat. La rampe fut, un peu sévère, mais quelle joie d'atteindre Fleurat.

Photo © Pierre Fabre

 

 

 

Fleurat

 

Le hameau de Fleurat, dont le microtoponyme est évocateur, un des plus beaux sites monplaisanais. Personnellement, j'ai eu un coup de coeur pour cet écart monplaisanais quand je l'ai découvert... en juin 1955 ou juin 1956. La fête votive de Monplaisant, cette année là, avait exceptionnelement eu lieu dans ce pâté de maisons. 

Photo © Pierre Fabre

 

La promenade va s'achever avec le passage au bourg de Monplaisant, en saluant Fauvelou et le Bloy pour la belle descente vers Fongauffier d'où l'on découvre un panorama à couper le souffle.

 

Ponteau

 

Retour à Sagelat. Le ponteau de l'écoulement de la fontaine. Ce superbe écoulement fontainier donne au parc fongauffiérain, une note de fraîcheur et de verdure très appréciée, de Germinal à Vendémiaire. Là, les ondes limpides émerveillent les promeneurs et touristes et au bord de ce ponteau, les promeneurs d'une sortie des moulins ont écouté, dans un recueillement quasi métaphysique, l'Ensemble vocal de Belvès chanter "L'eau vive" de Guy Béart.

Photo © Pierre Fabre

 

 

Cavalières et cavalier sur le pont des abbesses, 29-08-2012

 

Un trio équestre franchit la Nauze, le 29-08-2012, sur le Pont des abbesses.

Photo © Bruno Marty

 

Ce magnifique Pont des abbesses défie le temps. Il a connu bien des moments et des époques où son emprunt était obligé pour le franchissement de la Nauze. Quand la période difficile que nous connaissons, sera une page tournée, on pourra se lancer dans une équipée verte consistante de promenade collective. Celle-ci pourrait s'achever par la lecture, d'une voix juvénile... et littéraire, de la page historique de 1812 qui vit la Nauze en furie.

 

 

Cette promenade en éclaireuses ou éclaireurs.

 

Samedi 17 avril, départ 14 h du parc municipal de Fongauffier.

Cette promenade d'éclaireurs ne peut dépasser l'effectif de 6 randonneurs.

Respect impératif des gestes barrière.

 

Durée approximative entre 3 et 3 h 30, suivant le rythme des promeneurs et les arrêts d'observation ou de prises d'image.

 

Contact 

terresdenauze@gmail.com

05 53 29 07 50 ou 06 52 88 10 74

 

Cette promenade sera à nouveau programmée quand on sera libérés des contraintes inhérentes à la Covid 19.

 

 



10/04/2021
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 262 autres membres