Terre de l'homme

Terre de l'homme

En même temps ...

 

napoléon II
macron 2

 

 

 
 
 

 

                    Le duc de Reichstadt                                                         Emmanuel Macron

 

               mais........................... en même temps

 

La scène se passe en 1830, en Autriche à Vienne, au Palais de Schönbrunn.

Le fils de Napoléon 1er et de Marie-Thérèse d'Autriche, roi de Rome et duc de Reichstadt, appelé à monter sur le trône, sous le nom de Napoléon II, sert d'otage aux Autrichiens.

 

 

schonnbrun

 

                                                                   Palais de Schönbrunn

 

 

Il se morfond dans ce palais et se plaint du sort qui lui est fait dans cette cage dorée.

L'archiduchesse : "Le duc n'a-t-il pas toute sa liberté ?"

Le comte de Dietrichstein : "Oh le prince n'est pas prisonnier, mais ....

Le duc de Reichstadt : "J'admire ce mais ! Sentez-vous tout ce que ce mot veut dire ? Mon dieu, je ne suis pas prisonnier mais .....Mais il y a toujours autour de moi du monde. Prisonnier ! Croyez bien que je ne le suis pas. Mais .... s'il me plaît de risquer au fond du parc un pas, il fleurit tout de suite un oeil sous chaque feuille".

L'Aiglon (Edmond Rostand 1900)

 

Le fils de Napoléon 1er, l'Aiglon, en liberté surveillée, monnaie d'échange entre l'Autriche et la France, ne montera pas sur le trône. Il mourut à l'âge de 21 ans.

 

 

sarah bernhardt

 

                                                             Sarah Bernhardt dans "L'Aiglon"

 

Il  n'était pas un prisonnier, mais ..... en même temps....voilà ce qu'aurait pu dire le Président Macron, s'il avait joué ce rôle.

"En même temps" : l'expression n'est pas de lui mais il la répète constamment et se justifie ainsi "Je continuerai à le dire dans mes phrases et dans  ma pensée, car ça signifie que l'on prend en compte des principes qui paraissent opposés."

Goût du paradoxe, de l'ambiguïté, volonté de faire croire qu'une synthèse est possible ? Chacun tranchera, l'expression est désormais dans le langage courant comme une figure de style ou de rhétorique. Elle peut prêter à sourire.

 

Tout autre est le danger, venu récemment des Etats-Unis où des hommes politiques accréditent l'idée que la vérité factuelle n'a plus d'importance, qu'elle passe au second plan derrière l'idéologie. Ils appellent cela "faits alternatifs" (alternative  facts). Si ce n'est pas l'apologie du mensonge, ça y ressemble. Les "fake news ", fausses nouvelles, informations mensongères dont le but est d'induire le public en erreur, sont les enfants naturels de cette conception de l'information utilisée pour la première fois en janvier 2017 par la conseillère du président Trump.

 

J'ai choisi à dessein "L'Aiglon" car il me paraît nécessaire d'appeler les choses par leur nom.

 

Face à la crise  sanitaire, les pouvoirs publics font tout pour ne pas utiliser le mot confinement, on comprend leur souci de ne pas effrayer nos compatriotes mais alors, comment appeler les accumulations quotidiennes de nouvelles interdictions et barrières sanitaires ?

 

En somme, "nous ne sommes pas confinés....mais .......".

 

 

Pierre Merlhiot

 



28/03/2021
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres