Terre de l'homme

Terre de l'homme

La chair est triste, hélas et j'ai lu tous les livres (Brises marines)

colette  Colette et son chat

 

La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.

Mettons ce constat sur le compte de la lassitude de Stéphane Mallarmé, confiné, mal à l'aise dans cette époque où Baudelaire, Rimbaud, Flaubert, Verlaine subissaient les foudres de la censure, faisaient l'objet d'amendes et de séjours en prison. Bref, pour Mallarmé une vie tournée de tout temps vers l'esprit, où le corps ne trouve pas son compte.

" Mais, ô mon coeur, entends  le chant des matelots." On dirait Rimbaud dans le bâteau ivre : " O que ma quille éclate et que j'aille à la mer".

Si Rimbaud avait définitivement tourné le dos aux nourritures intellectuelles, se faisant trafiquant d'armes en Ethiopie. Par contre Mallarmé, sa lassitude surmontée, s'est remis à l'écriture et à la lecture :

Patience, patience dans l'azur.

Chaque minute de silence est la promesse d'un fruit mûr.

Nous n'avons pas lu tous les livres. Une vie n'y suffirait pas. Il serait superflu d'énumérer tous les bienfaits de la lecture. Dés lors, l'Etat était-il fondé à mettre le livre dans les produits non essentiels, de pénaliser des librairies indépendantes donnant ainsi le monopole aux grandes surfaces et à Amazon ?

L'Etat s'est un peu ravisé depuis en autorisant le "click and collect", mesure insuffisante.

Les vertus que l'on prête au livre sont telles qu'un journaliste, au cours de l'émission La grande librairie n'a pas hésité à faire le lien entre l'abaissement du niveau intellectuel et moral de la population des USA et la crise qui, de 2008 à 2017, a frappé libraires et imprimeurs ( 45% d'emplois perdus).

En 1963, Jean-Paul Sartre écrivait : "J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres." Cette citation est tirée de son livre "Les mots", en deux parties : "Lire" et "Ecrire".

Philippe Sollers dit de ce livre qu'il est admirablement écrit et que son style est éblouissant.

Le style, voilà le mot. Buffon en a donné sans doute la meilleure définition :"Le style ce n'est que l'ordre et le mouvement que l'on met dans ses pensées.

Lire et érire sont sans doute les deux fondamentaux de notre enseignement mais c'est aussi, tout au long de notre vie, accéder à la pensée d'autrui, et forger la sienne avec, de surcroit, le plaisir.

imprimeur

Gutenberg                                   Gutenberg

 

 

Certains d'entre-nous, sans en faire profession, se sont lancés dans l'aventure, dans le secret espoir de voir leur talent reconnu. Les libraires et les foires aux livres comme celle de Brive les accueillent volontiers. Au cours d'une de ces manifestations, l'un de mes amis reçut comme prix son poids en produits du terroir. Comment ne pas penser à une scène du film "La folie des grandeurs" où le roi d'Espagne, levant l'impôt, pour faire bonne mesure, prend un molosse sur ses genoux.

 

 

Il est des livres dont on ne se lasse pas. Ce sont nos livres de chevet.

La qestion nous est souvent posée : Quels livres emporteriez-vous sur une ile déserte ?

Robinson Crusoé avait sauvé de son naufrage une bible qu'il relisait indéfiniment. Pour ma part mon choix est fait :

Don Quichotte de la Manche de Cervantès

Les âmes mortes de Gogol

Voyage au bout de la nuit de Céline.

J'y ajouterais trois poèmes :

La chanson du mal aimé de Guillaume Apollinaire

Delfica de Gérard de Nerval

Le bâteau ivre d'Arthur Rimbaud

 

Berry

 

Vous avez aussi vos préférences. Accepteriez de nous en faire part et de nous parler de votre libraire ?

 

"J' y ai trouvé ma religion, rien ne me parait plus important qu'un livre" Jean-Paul  Sartre

 

 

Pierre Merlhiot

 

 



08/11/2020
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 248 autres membres