Terre de l'homme

Terre de l'homme

La Dordogne : fleuve ou rivière ?

 

chateau commarque

                                                               Le château de Commarque

 

420px-Venus-de-Laussel-vue-generale-noir

                                                                       La Vénus de Laussel

 

La Dordogne : fleuve ou rivière ?

 

Ce vieux débat refait surface à l'occasion de l'interview de monsieur le maire de Siorac par Pierre Fabre.

Il ne sera jamais tranché.

Etant famillier de ces deux cours d'eau, je pencherais pour la deuxième solution en évitant toute surenchère ou querelle dans une vallée qui a le sang vif.

 

Cela dit abondance de biens ne nuit pas. Nous avons la chance dans ce quart sud-est du département de posséder un chevelu de rus, de ruisseaux et de rivières : patrimoine naturel incomparable qui mérite d'être protégé.

 

La prééminence de l'eau sur les autres éléments n'est pas usurpée.

Dans le cadre de l'exposition : "On a marché sur la terre", le professeur Michel Van Proete du muséum d'histoire naturel écrivait dans le livret "Les sorties des eaux"  : "Protéger l'environnement, nos marais et biotopes humides, c'est ainsi préserver des témoignages de l'histoire évolutive de la vie sur terre. C'est par exemple conserver une trace vivante de l'étape majeure qui a mené de certains poissons jusqu'à nous mêmes."

 

"Terre de l'homme" après "Terres de Nauze" en a fait un thème récurrent. Avec la participation de Pierre Fabre et Michel Ribette, la Nauze et ses affluents n'ont plus de secret pour nous.

 

Il faut se féliciter de l'action menée par le syndicat mixte d'études et de travaux pour l'aménagement et la protection de la rivière Dordogne, syndicat qui concerne 5 communautés de communes et qui a compétence pour un linéaire de 70 km de Cazoulès à Limeuil.

La Vézère en son temps a pu bénéficier d'un important contrat de rivières qui a permis la création de stations d'épuration et d'aménagement de berges.

Les affluents de ces deux rivières méritent le même effort : le Céou, la Couze, le Coly, la Beune, la Laurence, le Manaurie....

 

Il n'est pas dans mon intention d'établir une hiérachie entre ces affluents, mais il y  a en un que j'ai fréquenté depuis ma plus tendre enfance, pour pêcher truites et écrevisses : c'est la Beune ou plutôt les Beunes, la grande et celle dite d'Allas, la petite, se rejoignent en amont des Eyzies.

 

Capblanc_1911

                                               Abri de Cap Blanc

 

Les fées se sont penchées sur ces deux vallées : des abris sous roche, des grottes, la préhistoire est chez elle. Cap Blanc, Bernifal, les Combarelles, Font de Gaume...voilà des noms connus de tous.

De multiples châteaux : Puy Martin, Laussel, Commarques... perchés sur les falaises, veillant sur les vallées.

Une zone humide remarquable, menacée pendant la dernière guerre par des travaux d'assèchement inappropriés, exécutés par des centaines d'Annamites piégés en France par l'armistice.

 

riziereIMG_5839

 

Depuis, la nature a repris ses droits et toute une série de mesures et de classements mettent, désormais, ces territoires à l'abri de dégradations : "Natura 2000", "Zones naturelles d'intérêt faunistiques et floristiques", "Zone de protection spéciale", "Réserves de biosphère", dispositions qui s'insèrent dans un territoire labellisé "Grands sites de France".

 

On voit bien ici comme ailleurs qu'il est possible de remettre en état, de protéger des territoires dont on avait souvent sous-estimé la valeur.

 

S'il me fallait faire un tri parmi mes souvenirs liés à cette Beune, j'en retiendrai deux : celui d'une pêche aux écrevisses de nuit aux abords de Commarques, balances à la main, faisant le moins de bruit possible, aux aguets et tout à coup un envol bruyant de pies et de geais dérangés dont je partageais la frayeur. Le deuxième où à l'invitation d'un préhistorien célèbre, Norbert Aujoulat, je visitais une grotte, découverte depuis peu, rampant dans un étroit boyau pour déboucher dans une salle dont les parois portaient des griffures d'ours et une profusion de symboles féminins.

Cette grotte est désormais obturée à jamais. Elle restera en l'état où elle était il y a 20 000 ans quand la Beune, qui l'effleure maintenant coulait 10 mètres en contrebas.

 

Nous avons la chance de vivre sur un territoire où l'on trouve à chaque pas, de quoi s'émerveiller mais qui garde encore des secrets.

 

Pierre Merlhiot



04/11/2020
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 248 autres membres