Terre de l'homme

Terre de l'homme

La promenade mémorielle du 24 juin

CLIQUEZ SUR LES IMAGES

 

Croix de Saint Jean à l\\\'ancien mémorial de Fongauffier

 

Image © Claudinea Wroblenska-Courtel

 

L'an dernier, le 24 juin 2020, dans la plus parfaite discrétion, un intime fleurissement empreint d'une intense et émouvante attention, marqua cette journée à l'ancien mémorial de Fongauffier. 

 

La croix de la Saint Jean, dans le rituel paysan, est censée protéger toute l'année, les bâtiments, les demeures, les granges, les récoltes, les cheptels... et les humains. Ce rituel remonterait à la nuit des temps, ère où le profane et le sacré cherchaient à marquer des points. Dans notre Périgord, c'était la transition florale entre les fenaisons et les moissons. 

 

_______________________

 

Depuis bientôt 10 ans, chaque 27 mai, journée anniversaire de la Fondation en 1943 du Conseil national de la Résistance, les familles des partisans, les Amis de la Résistance, les choristes, les élus et les écoliers honoraient cette journée en se recueillant au Mémorial de Fongauffier lors d'une cérémonie intergénérationnelle. Cette année, comme l'an dernier, la Covid 19 est venue casser ce rituel, limitant cet anniversaire à un simple dépôt de gerbe, en comité plus que restreint.

   

Les mémoriaux rappelant les crimes et assassinats du Reich sont là pour nous inviter au devoir de mémoire. Le 24 juin, 77 ans après les ignobles lâchetés des exécuteurs de basses œuvres de l'immonde Führer, d'aucuns auront peut-être à cœur de consacrer leur journée pour se recueillir sur le sentier de la mémoire.

 

Comme les prescriptions sanitaires imposent de ne pas excéder 10 personnes, un petit groupe arpentera donc ces lieux où les tragédies sont rappelées par des stèles. Naturellement, la première priorité revient aux familles de ces partisans qui ont donné leur jeune vie à Vaurez, le 4 mars, à Landrou et à Fongauffier, le 24 juin 1944. Si les prescriptions évoluent pour la constitution des groupes, celles et ceux qui n'ont pas pu se joindre au noyau initial seront avisés.

 

Inscriptions par courriel à

terresdenauze@gmail.com

ou par message à déposer au 06 52 88 10 74

 

 

DSCF0109

 

On reconnaît, avec émotion, les passeurs de mémoire, Georges Fongauffier, Émile Parvaud et Gabriel Brisse qui ne sont plus. Albert Rouge et Maurice Clavière, doyens des porte-drapeaux, ont souvent honoré de leur présence les cérémonies à cette stèle. Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

 

Stèle au sud de Fongauffier

 

Les adolescents sur le chemin de la mémoire.

Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

Après la Libération, la stèle érigée au sud du Village de Fongauffier était fleurie, au moins deux fois par an. Lors de la cérémonie de novembre, commémorant l'Armistice du 11 novembre 1918, le cortège, ouvert par les écoliers de Sagelat, marquait là un arrêt floral avant de se rendre à la plaque mémorielle des victimes de la Guerre de 14. En juin, c'était le tour des partisans. Beaucoup d'entre eux avaient connu leurs camarades qu'ils honoraient lors de cette commémoration.

Ce mémorial est, dans le sillon "nauzérois", celui qui est le plus emblématique. Il réunit dans le souvenir un modeste cheminot cypriote, un ouvrier agricole couxois, un personnage de souche polonaise, il eut l'honneur d'être au service de Joséphine Baker, une grande dame de la Résistance, et un résistant aux racines tchèques.

 

 

 

 

La stèle dite de Landrou. Elle fut érigée pour Roger Orhand et Paul Gilet.

Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

 

 

 

Les élus monplaisanais, depuis leur installation en mars 2008, ont toujours veillé au toilettage de la stèle de Vaurez et, par ailleurs, se sont toujours appliqués à être présents lors des recueillements commémoriaux.

Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

 

Départ de la promenade 24-6-2021, 9 h précises, Rond-point de la Résistance à Fongauffier

Lieux

Distance partielle

Distance cumulée,

en mètres

Altitude

Itinéraire

Horaire indicatif

Tournehil

1 146

 

186

G.R 36

9h30

Belvès, rue Saint Jean et  rue Jacques Manchotte

680

1 826

169

Mairie de Belvès

9h40

Belvès, rue de la Peyrière

250

2 076

171

Av Michel Giffault

9h50

Belvès, Bout-du-Monde

144

2 220

154

Rue Flandres-Dunkerque

9h55

Stèle de Landrou. R.D n° 52

410

2 630

131

R.D n° 52

10h05

Belvès, av de la Résistance. Stèle R.D n° 52

183

2 813

140

R.D n° 52

10h15

Monplaisant,  Stèle de Vaurez

800

3 613

93

Côte de l'oratoire

10h35

Belvès, Stèle sud de Fongauffier. R.D n° 710

1 035

4 648

87

Gare

10h55

Sagelat, Mémorial de Fongauffier

1 450

6 098

84

Chemins de l'église et du foyer rural de Sagelat

11h25

 

 

Variante avec un circuit plus court mais avec un très court segment, 100 m, de plus sur la R.D 710.

 

Départ de la promenade 24-6-2021, 9 h 15 précises, Rond-point de la Résistance à Fongauffier

Lieux

Distance partielle

Distance cumulée,

en mètres

Altitude

Itinéraire

Horaire indicatif

Belvès, Stèle sud de Fongauffier. R.D n° 710

 535

 

87

R.D 710 puis aire de stationnement de la filature

9h25

Monplaisant,  Stèle de Vaurez

1 025

1 560

93

R.D  7, route de la gare

9h50

Belvès, av de la Résistance. Stèle R.D n° 52

800

2 360

140

R.D n° 52

10h10

Stèle de Landrou. R.D n° 52

183

2 543

131

R.D n° 52

10h20

Belvès, Bout-du-Monde

410

2 953

154

Angle de la rue Flandres-Dunkerque

10h40

Belvès, rue de la Peyrière

144

3 097

171

Av Michel Giffault

10h45

Belvès, rue Jacques Manchotte et rue Saint Jean

250

3 347

169

Rue Jacques Manchotte, rue Saint Jean et mairie de Belvès

10h55

Tournehil

680

4 027

186

G.R 36

11h10

Sagelat, Mémorial de Fongauffier

1 035

5 062

87

Colline de Bel Air et chemin du Bloy

11h35

 

 

Cette évolution pédestre écarte au maximum les emprunts de voies publiques densément utilisées par la circulation routière. 

 

Après la promenade un pique-nique dans le parc municipal, à Fongauffier, sera laissé à l'appréciation de chacune et de chacun.

 

L'après-midi.

 

Il sera proposé aux participants celles et ceux qui le souhaiteront de compléter cette promenade par une échappée à Veyrines-de-Domme pour se rendre au Mémorial de la Raze et, en empruntant un chemin de terre d'environ 500 mètres, le bouclage de ce pèlerinage mémoriel sera un passage au Canadier, lieu tragique du 16 mars 1944. 

Cette immersion veyrinoise se fera soit en voiture, soit à bicyclette, sous réserve qu'elle soit réalisable par tous et qu'il n'y ait aucune objection. Le parcours de 21 km, 10,5 x 2,  ne présente aucune difficulté. Il permet de suivre le creuset du Neufond et de découvrir Merle, site minier qui a abrité de nombreux résistants du pays. Hélène et Èrick, les hôtes de ce lieu, se feront un plaisir d'ouvrir leurs portes aux promeneurs de cette petite randonnée mémorielle.

 

 

Mémorial de Fongauffier

 

Ce mémorial de Fongauffier, presque décennal, Photo © Pierre-Bernard Fabre, dont l'implant dans un lieu à l'abri de la circulation, a été voulu pour pouvoir réunir sur un seul site, les noms des partisans de ce lieu de vie "nauzérois". Ici, ont été assemblés les noms des partisans tombés à Vaurez le 4 mars 1944, à Fongauffier et à Landrou le 24 juin 1944 et au barrage de Tuilières le 9 août 1944.

Soutenu et porté par les exécutifs municipaux des communes mitoyennes, par la conseillère générale de l'époque, par Jean-Michel Escudier, le subdivisionnaire de l'Êquipement, et par l'A.N.A.C.R., ce lieu  de recognition fut inauguré en présence de Ralph Finkler, d'Évelyn Mesquida, marraine et Yves Bancon, parrain.

 

Yves Bancon

 

 Yves Bancon,

photo Pierre-Bernard Fabre

Ralph Finkler inauguration Fongauffier

 

 Ralph Finkler

 

Evelyn

 

Évelyn Mesquida,

photo D.R

 

Qui mieux qu'Yves Bancon, alors secrétaire départemental de l'ANACR, évadé de Vienne où, comble d'indélicatesse, il quitta les lieux sans dire à Hermann Göring, son hôte, où il envisageait de se rendre [il a bien fait car ce personnage n'aurait pas su, d'emblée, dire où se trouve Sainte Foy de Belvès], Ralph Finkler, l'unique survivant de l'épisode dramatique du Canadier et Êvelyn Mesquida, journaliste, écrivaine et historienne, femme de plume et fille de républicains espagnols, [ses parents ont oublié de lui apprendre à dire avec un zèle vassal et rampant "Viva el rey"] pouvaient mieux "sacraliser" ce monument de la Résistance !

 

Que d'émotions ce 24 juin 2012 ! 

 

 

 

Ce jeune collégien, espérons-le, a souscrit à l'aphorisme "Tout homme n'a qu'un pays "La liberté".

Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

 

 

 

En 2005, la neige s'invita, en mars, au Monument de la Raze pour le devoir de mémoire.

Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

 

_______________

 

Belvès, intra-muros, les noms de Michel Giffault et de Jacques Manchotte sont précieusement pérennisés par les plaques de leur rue et avenue.

 

Rue J

 

L'angle de la Croix des Frères où convergent les noms de Jacques Manchotte et de Michel Giffault.

Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

 

Plaque Giffault

 

 

Jean-Claude, sportivement, lors d'une cérémonie aoutienne, a fleuri  la plaque de la rue Jacques Manchotte et de l'avenue Michel Giffault.

Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

 

 

 

Pendant  la minute de recueillement

 

Lors de la minute de recueillement

Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

 

 

Alain et Jacques Giffault avec la vve Manchotte

 

Alain et Jacques Giffault entourent Andrée Manchotte, belle-sœur de Jacques Manchotte.

Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

 

 

Si vous souhaitez et désirez suivre, ce 24 juin, ce chemin de la mémoire, faites le savoir par courriel à

terresdenauze@gmail.com

ou par message au 06 52 88 10 74.

On ne sait encore combien de personnes seront autorisées à participer à ce mouvement informel. Dans l'hypothèse où le nombre de 10 personnes demeurera le paramétrage impératif, les premiers inscrits prendront place après les représentants des familles. A priori, il paraît permis, sous réserve de diligenter un, ou des,  espacement(s), de constituer des groupes distincts de 10 personnes.

 

 

Erik & Hélène

 

Hélène et Èrick Mathis, marris de ne point pouvoir, pour des raisons pratiques, suivre cette promenade mémorielle ouvriront néanmoins leurs portes de Merle. Leur site fut un havre d'accueil pour les partisans.

Lors des journées du patrimoine ils vont se donner à fond pour l'histoire de Merle. Elle fut un périple minier, imparfaitement connu, d'un siècle et demi. 

Photo © Pierre-Bernard Fabre

 

 

 

_____________________

 

Demain.

 

Rocs-Rocs, par Jacques Lannaud

 

Articles dont la publication est imminente.

 

Petit coup d'œil patrimonial sur le grand livre de l'oubli. La radiale Magnac-sur-Touvre / Marmande traversait l'ouest du Périgord.

Qu'est-ce-qu'un village de cœur ?

Ce 10 juin, il y aura tout juste 20 ans qu'une inédite animation valorisa l'ancien village abbatial de Fongauffier et la Nauze. Contribution d'Andrée Westeel. 



05/06/2021
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres