Terre de l'homme

Terre de l'homme

Bien au-delà du pont de Siorac.

 

 

 

Pont de Siorac

 

Le pont, dit de Siorac. Photo © Pierre Fabre

 

Ce magnifique ouvrage chevauchant la Dordogne réunit les communes de Siorac-en-Périgord et du Coux & Bigaroque-Mouzens. Localement, par commodité, tout le monde dit le pont de Siorac bien qu'il soit mitoyen.

Gérard Marty, plume occitane, s'épanche sur ces ouvrages qui frappent les esprits et, surtout, ont largement modifié la vie sur les deux rives. 

 

Pierre Fabre

 

 

 

Gérard Marty

 

 

Qui est Gérard Marty.

 

Cet autodidacte d'Alles-sur-Dordogne, cadre supérieur honoraire des chemins de fer, passionné par la vie rurale, s'active dans tous ces legs transmis par nos ancêtres. Il s'est fait le chantre de la mécanisation qui transforma la vie paysanne au cours du siècle précédent et participa à bien des animations pour mettre en valeur les anciens de notre terroir. Il connaît parfaitement l'occitan et se révèle être un passeur patrimonial.

Gérard Marty a aussi conçu des vidéos pour enrichir ses animations.

 

Le texte ci-dessous en occitan est ensuite traduit, par l'auteur, en français. 

 

 Ponts del Diable e diables de ponts.

 

Joan Rigosta dins sa rubrica de toponimia de « Paraulas de Novelum » nos a rapelat que lo diable demòra proprietari d’un fum de ponts. Ne’n a comptat 25, mai que mai per pas dire tots, en país montanhòls. Es probable que viure alprès d’un pont que lo bastissèire aviá lo pè forcut e passava lo mai de son temps a far burlar las armas del paubre monde dins de las chaudièras que mancavan pas de fuèc sens poder saure si aquel fuèc venia del carbon o del petròli, èra pas per rassegurar. Se disiá qu’una eternitat in infèrn quò pòt durar, subretot sus la fin.

Tanben los vesins d’aquels ponts s’aisinavan de trobar mestièr per se parar d’un tan dangerós personatge. Lo melhor a far èra d’i botar una abadiá perfin que los monges preguèssen per salvar las armas d’aquels qu’anavan trencar l’òbra del pontonièr infernal. Ental se faguèt a Comps (12) onte l’abadiá de Bona Comba, vesina lo Pont del Diable qu’encamba lo Viaur.

De veire tots aquels ponts del diable, lo Sent Paire deviá ne’n èstre un pauc desfrisat, el qu’es lo patron dels ponts dempuèi que l’evesque de Roma a pres al darrièr emperaire roman lo titol de Pontifex maximus, tant val dire Grand Mèstre de tots los ponts e de lors pontonièrs. L’emperaire lo teniá per l’aver raubat al primièr dels prèires encargats de velhar sus un pont sacrat de Roma.

Cal dire que Roma bastida sus set tèrmes, tocava lo Tibre, flume un pauc salvatge, qu’aviá lèu fach d’emportar tot çò qu’èra en travers de son lièt. Lo Tibre fasiá tanben la frontièra entre lo pueple dels Etrusques e lo dels Latins. D’aquel temps qu’èra de costuma, per se gardar dels enemics, de s’establir tras un cors d’aiga. A avisar de pus près nòstras comunas suls bòrds de la Dordonha, l’òm vei enquèra que son mai que mai espandidas d’un costat o de l’autre, plan rarament sus los doas ribas. Ental son Álans, Tremolat e Calés, coma tres bojols dins tres vòltas del flume.

Endonc los Latins, parats dels Etrusques per lo Tibre, s’èran tanben botats a l’acialat dels Sabins per la rebièra Anio que vai se gitar dins lo Tibre.

Veniá del fons dels atges l’idèa que los flumes e las rebièras èran estats pausats per los dieus coma de las talveras que los òmes podián pas trencar sens los ofensar. Los pueples que vivián en Mesopotamia, a la segura entre dos flumes, metèron a profit una patz relativa per inventar l’escriture mai de tres mila ans avant lo Crist.

Los Egipcians qu’avián nonmàs un flume, mas lo pus grand del monde, davalant del sud al nòrd trobèron qu’aquel flume seriá la separacion entre lo monde dels vivents al levant e lo monde dels mòrts al ponent. Endonc bastiguèron las vilas e lors temples sur la riba drecha e enterrèron los morts dins las piramidas o las cròsas de la riba esquèrra.

Escotar los dieus quò es ben brave mas son pas totjorn aquí per dire çò que vai pas ! Lo pueple latin se sentiguèt lèu a l’estrech bordat per sos dos cors d’aiga. Trenquèt l’Anio per ‘nar quèrre chals Sabins las femnas que li mancavan. Del costat dels Etrusques quò comencèt benlèu per lo comerci. Me pensi que quò es per aquò far que los Latins quilhèron un pont sul Tibre set sègles avant lo Crist. Lo faguèron de fusta per poder lo desbolhar vistament si al luec de merchands se presentavan dels sodards. Un jorn arribèt sul pont tota l’armada estrusca. Un sodard roman, Hortius Coclès li tenguèt tèsta del temps que sos amics abraquèsson lo pont e barrèsson las pòrtas de la vila. Roma fuguèt salvada, l’obratge ne’n venguèt sacrat, s’apelèt lo pont Sublicius e demorèt lo pus vièlh pont de Roma.

Aquel pont fuguèt esbolhat e tornat bastit cu sap quant de còps e per velhar sus el, calguèt dels òmes pro giniós per calcular las fustas e las cambiar quand lo Tibre las aviá emportadas. Coma lo pont èra sacrat, los pontonièrs se faguèron prèires e s’apelèron « Pontifes ». Lor mèstre, lo « Grand Pontife », feniguèt per èstre aquel que disiá quand los dieus damandavan al pueble de trabalhar o de guerrejar  e quand l’aconselhavan de festejar. L’òm pòt compréner que l’emperaire volguèt daissar a degun d’autre que del, un tal poder. E me sembla qu’al jorn d’anuèit los govèrns an gardat lo biais de reglar lo trabalh de cadun per jorn, per setmana e quitament per la vita.

Entre la bassacada de l’abasimament de l’Empèri roman e l’espelida de petits realmes que l’òm disiá barbares, s’espandèt lo cristianisme amb sos evesques qu’avián gardat l’escritura latina e son parlar mai si la lenga s’èra un pauc abastardida. Quand las vilas se botèron a tornar far dels ponts, los evesques èran aquí per los benesir perfin que lo Bon Dieu avise d’un  uèlh amistós los qu’anavan trencar aquel novèl passatge.

Los novèls bastissèires de ponts vesián dins las ancianas províncias romanas dels caps d’òbra qu’avián trencat los sègles e que demoravan solides coma los ròcs onte pincavan lors raices, vòli parlar dels pus remirables : lo pont de Vaison la Romana e l’aquaducte del pont del Gard, tots dos bastits al sègle primièr après lo Crist.

 A Vaison, al bèl mitan de la vila, un pont fuguèt bastit d’una sola arca. Encadenat entre doas solidas ròcas, pas res poguèt l’esbolhar, pas mai la dinamita que los sodards alemands pausèran pendent la segonda guèrra coma l’aigat de 1992. Lo 22 de setembre 1992 l’Ovèsa capelèt lo pont mai un bon tròç de la vila. La velha pleguèt a fais sus Erau, Gard e Losera. Tota aquela aiga davalèt de las montanhas. L’endoman un auratge trenquèt lo Ròse per venir s’espotir sul mont Ventor. Dejà gròssa, l’Ovèsa uflèt enquèra per engolir lo pont e sabrondar dins los barris bas de la vila negant 34 estatjans. Quand l’aigat tornèt partir, lo pont èra tal qu’avant mas las doas maisons vesinas èran bregalhadas.

Lo pont del Gard menava l’aiga de la font de l’Eura a la vila de Nimes e per bien dire quò es tres ponts l’un sus l’autre. Al nivèl lo pus bas lo pont s’estira sus 142 mètres amb sièis arcas. Per dessus son pausadas onze arcas que nos montan a mai de quaranta mètres. Lo tresen estatge porta lo canal bastit sus trenta-cinc arcas pas lonh de cinquanta mètres al dessùs del Gard ! Aquel monument podiá servir de modèl per bien de bastissèires a venir.

A l’Atge Mejan, las vilas tornèron bastir qualques ponts per poder téner de las bèlas fièras o se plaçar sus un camin romiu. Se faguèron mai que mai amb de las arcas ogivalas mas en d’aquels temps gaire segurs quilhèron de las tors per barrar lo passatge en temps de guèrra. A Cáurs, lo pont de Balandre ne’n agèt una de cade costat mai una autra al bèl mitan. A Ortès, sul gave de Pau, lo pont es pus petit mas pòrta cranament al mitan, sa nauta tor merletada.

Dins nòstre renvers sarladès, lo sègle XIX, fuguèt aquel de la bastison dels ponts particularament sus la Dordonha. Las barcas èran nombrosas, plaçadas près dels gas coneguts de totjorn. Mas amb un comèrci que creissiá de mai en mai, l’espèra del passaire e aquelas traversadas sus las naus que espaurissiàn lo bestial venián malpresadas.

La bastison se fasiá en sègre lo biais de l’atribucion de las barcas. Après adjudicacion, un concessionari s’encargava de far bastir lo pont e tocava los peatges dels passatgièrs pendent 99 ans. Vos vòli parlar de dos ponts onte la religion fuguèt enquèra bravament presenta quand fuguèron bastits : aquels de Sieurac e de Limuèlh.

En 1839, al mes d’aust, lo departament ordonèt de bastir tres ponts sus la Dordonha a Graulejac, a Doma, a Sieurac e un autre sus la Vesera a Campanha. D’aquel temps, la Dordonha èra pas enquèra domdada per los barratges d’en amont, sabrondava sovent e cal apondre que lo climat èra pluejós bèl mai qu’aurá.

A Sieurac, Graulejac e Doma, los trabalhs comencèron dins l’annada 1840. En 1843, un aigat venguèt retardar los trabalhs a Graulejac e a Sieurac mai quò tornèt far lo 27 de feurièr 1844. Una tala creissuda s’èra pus vista dempuèi 1783 quitament despassada de 8 centimètres. Demorèt pas res del pont de Graulejac mentre qu’a Sieurac la culada esquèrra e tres pilas mai qu’a meitat fachas fuguèron emportadas amb los enarts. Las maisons del pòrt tanben enaigadas daissèron de las familhas de marinièrs dins lo besonh.

Sens se decoratjar, los obrièrs tornèron préner lo trabalh e dos ans pus tard, lo 7 d’octòbre 1846, lo pont entre Sieurac e lo Cos fuguèt drubèrt a la circulacion. Quò durèt ental un pauc mai de tres ans.

Veiquí que lo 26 de novembre 1849, un diluns jorn de fièra a Belvés, un autre meschant aigat abraquèt doas pilas al bèl mitan del pont, arrestant la circulacion un còp de mai. Lo matin, mai de 4000 passatgiers l’avián trencat per anar a la fièra e a una ora de l’après-miègjorn dos dròlles s’èran engatjats quand l’òme encargat de far pagar lo passatge, vegèt lo taulièr se tòrcer coma una sèrp. Apelèt vistament los dos drolles que fuguèron salvats.

Los concessionaris qu’èran de Bordèu n’aguèron lor confle d’aquel pont que l’òm auriá pogut apelar pont del Diable. Avián botat 400 000 francs dins aquela entrepresa que volguèron pas tornar far un tresen còp.

Quò es un nòble de l’endreit, d’una familha qu’aviá dels castèls a Sieurac mai dins totas las comunas del canton de Belvés. S’apelava Carles de la Verria de Vivans. Aquela familha de la Verria, teniá lo titol de comte de Vivans. L’aviá recebut après aver plaijat 35 ans amb la parentèla de Gaufre de Vivans, lo tinhós capitani del rei Enric. Los descendents masles del Gaufre demorèron igonauds e se’n anèron en Anglatèrra a la revocacion de l’edicte de Nantes en 1685.

Endonc Carles de la Verria, comte de Vivans, que demorava al castèl de Lamilhal al Cos e que l’òm disiá tanben engenhaire de las minas, s’encarguèt lo 3 de junh 1854 de tornar bastir aquel diable de pont tres còps desbolhat. Mas lo contrat disiá que la concession de 99 ans començariá totjorn en 1841 per s’acabar en 1940 ! En mai d’aquò, pendent las reparacions, lo novèl concessionari deviá assegurar los passatges sus la Granda Aiga amb los batèus fornits per l’administracion.

Los trabalhs durèron tres ans e lo pont fuguèt drubèrt a la circulacion per l’estiu 1857. Mas l’òm pòt se pensar que Carles de la Verria crenhiá qu’un brave jorn un autre aigat venguèsse tornar esbolhar son obratge e cerquèt un mejan per que lo Diable li faguèsse pas un novèl marrit còp.

D’aquel temps, la Vierja èra mai que mai pregada, qu’èra lo temps de las aparicions. Se ditz que Carles de la Verria aviá fach lo pelegrinatge de Nòstra-Dama de l’Assompcion de Peiraguda e n’aviá tornat una pèira qu’aviá botada dins la pila del mitan. Se trobèt tanben que dempuèi quelquas annadas, lo fondeire Ducel fasiá de las estatuas de fonda de fèr. Lo Carles li crompèt una estatua de la Vierja portant son filh sul braç. L’òm sap pas coma l’estatua nauta de dos mètres que pesava doas tonas e mièja, venguèt a Sieurac dempuèi la fondariá qu’èra a Pocé-sur-Cisse. Mas Carles de la Verria aviá fach bastir un brave pedestal sus l’arca del mitan de la Dordonha. Ental la Vierja se vesiá de lonh e ensenhava lo passatge als gabarrièrs que davalavan del pais naut.

Mas la pausa d’una tala estatua se podiá pas far sens una granda ceremonia amb tot lo clerjat del recanton. Lo diocèsi de Sarlat fuguèt abolit en 1801, mas en 1854, l’evesque de Perigüers que s’apelava Amédée George-Massonais, recebèt lo titol d’evesque de Perigüers e Sarlat. George-Massonais designèt l’abat Mirail, archiprèire de Sarlat, per bailejar la ceremonia que se tenguèt lo 4 d’octòbre 1857, jorn del Rosari. L’evesque acordèt una indulgéncia especiala a tots aquels que vendrián pregar la Senta Vierja lo jorn de la benediccion de l’estatua e del pont.

Quò fuguèt, zo cal dire, una granda fèsta amb bèlcòp de monde. L’abat Mirail, al nom de l’evesque, après aver benesit l’estatua botèt lo pont jos la proteccion de la Vierja per l’assegurar d’una brava longevitat. È     ran aquí los curets de Sieurac e del Cos mai aquel de Belvés. L’abat Meiller curet d’Alat[1], qu’escriviá dels poèmas en lenga nòstra, diguèt un long pròne sul marchapè de l’autar. Una taulejada seguèt las pregàrias e per acabar aquela jornada miracolosa un fuèc d’artifici beluguejèt sus l’aiga pausadissa del flume e jusc’als tèrmes de Marnac e de Mosens.

E pertant si passatz anuèit sul pont de Sieurac veiretz pas cap d’estatua nimai de pedestal. Cal dire que los passatgiers trobavan car de pagar cada còp que volián trencar lo pont e venguèt un moment onte los novèls obratges èran sens peatge : l’Estat donava una partida, lo departament e las comunas vesinas manlevavan per fenir de pagar la bastison. Endonc lo departament de la Dordonha enreguèt en 1886 las discussions amb Carles de la Verria per arrestar la concession. L’òm comptèt e recomptèt los passatgièrs mas lo Carles èra pas d’acòrd amb las chifras del departament e èra pas d’acòrd tanpauc amb l’interès prepausat per estimar lo montant del rescat de la concession. Quò durèt ental fins a la mòrt de Carles de la Verria lo 18 de març 1901.

En 1903, los coeretièrs acceptèron un prètzfach de 100 000 francs mas al moment onte se parlava de la separacion de la Glèisa e de l’Estat, lo departament voliá pas crompar tanben una estatua de la Vierja d’un mai que s’èra establit un petit pelegrinatge sul pont. Los coeretièrs gardèron l’estatua que portèron amb son pedestal al castèl de Lamilhal onte viviá la veuva de Carles de la Verria. Lo parapet del pont fuguèt petassat per olhar lo trauc daissat pel pedestal. Las reparacions fuguèron tan bien fachas qu’anuèit l’òm li vei pas res. En 1932 lo castèl de Lamilhal se vendèt, l’estatua e son pedestal fuguèron pausats près del castèl de Gajac, sus la comuna de Gajac e Rolhàs, onte viviá un dels filhs de Carles de la Verria.

Quand comencèt de se parlar dels ponts de Limuèlh, èra pus question de peatge. Caliá trobar la melhora aisina per trencar la Dordonha perfin de jundre los cantons de Cadonh e Senta Alvèra mas caliá tanben que los estatjans de Limuèlh e de Paunac poguèsson préner lo tren a Àlans o al Boisson. En 1879, lo Conselh General de Dordonha votèt per far los estudis d’una ligason entre Àlans e Paunac a Sorn o entre Àlans e Limuèlh. La causida entre los dos projèctes fuguèt longa. Fin finala, los conselhièrs s’endevenguèron per dos ponts a Limuèlh, un sur Dordonha e un sus Vesera. Del còp, tres cantons fuguèron amassats : Cadonh, Senta Alvèra mai Sent Cibran en passant per Sench Amaci.

L’adjudicacion fuguèt lançada lo 27 d’octòbre 1888 per un prètz evaluat a 247 000 francs. Dos entrepreneires ganhèron lo mercat : Castagne per la maçonariá e Grafeuil per los teralhatges. Començats en 1889, los dos ponts fuguèron acabats en julhet 1891 e costèron 284 455 francs. Lo prefècte decidiguèt de drubir los ponts a la circulacion le 26 de julhet, un dimenge. Pardi una granda fèsta d’inauguracion èra prevista amb taulejada per las autoritats sur la plaça del Pòrt, juecs per los dròlles e lo ser, fuèc d’artifici mai una lucada seguda d’un bal per tota la joinessa del recanton. Esperats a la gara del Boisson, lo prefècte de Perigüers e lo sosprefècte de Brageirac devián davalar a Limuèlh  en gabarre.

Vai te quèrre ! Lo clerjat vesiá pas d’un bon uèlh que lo monde poguèsson  trencar un pont qu’èra pas benesit. La municipalitat de Limuèlh tombèt d’acòrd amb lo curet per far la benediccion lo dimenge d’avant lo 19 de julhet. Venguèron per jitar l’aiga beneita sus aquelas doas bravas òbras d’engenhariá, l’abat superior de Sarlat ajuda per l’abat Gerard curet d’Álans, l’abat Felix curet de Paunac, l’abat Mabit curet de Sench Amaci al pus grand plaser de l’abat Bouyssou, curet de Limuèlh. Quò fuguèt una granda fèsta tota la jornada e lo monde galopèron suls ponts qu’èran benesits mas pas enquèra inaugurats pels representants de la Republica. Lo prefècte ne’n fuguèt plan malcontent e trobèt una excusa per pas venir lo dimenge d’après e parièr per lo sosprefècte.

Pertant, lo 26 de julhet lo monde tornèron festejar e taulejar. Benlèu que per dos ponts caliá ben dos dimenges per far vòta e revòta. Mai de cent ans pus tard, los ponts de Limuèlh son totjorn quilhats dins lor brava rauba rosseta de pèiras del país. An plan tengut còp als pus gròs aigats del sègle XX, en 1912, 1944 e 1952.

Après los dos ponts de Limuèlh, aquel de Vic fuguèt bastit, qualques quilomètres en amont. Vic es un vilatjon de Sench Amaci ont se trobava una barca per anar al Boisson que s’apelava enquèra Cabans. Acotat al tèrme de Vic, lo pont trenca la Dordonha e que ven s’apoiar aquí per virar sus la Boiga. La prumièra pèira fuguèt pausada lo 18 de julhet 1891 e l’obratge acabat en julhet 92. L’inauguracion se debanèt lo 4 de setembre 1892, un dimenge mas pas question de benediccion !

Endonc, lo dimenge matin a onze oras, las municipalitats de Cabans e de Sench Amaci esperavan suls cais de la gara tota nueva del Boisson lo  prefèct que veniá de Perigüers e los sosprefèctes de Sarlat e de Brageirac. Venguèron s’apondre dos deputats, los conselhers generals de Cadonh et de Sent Cibran mai un conselhièr d’Òlt e Garona, los conses de Palairac, d’Al Buga mai de Gardona. Tot aquel monde, segut per tots los badaires del recanton se’n anguèron en procession jusc’al pont pendent que se jogava la Marselhesa. Quò es lo prefèct que, al nom del govèrn de la Republica, declarèt lo pont drubert a la circulacion e après res de pus preissat que de s’ataular.

Las taulas eran plaçadas pel prat perfin de bien veire lo pont e lo fuèc d’artifici que debià èstre tirat lo ser pel tèrme de Vic. Mas en avant calguèt auvir lo discors de cada òme politic apassionat de far veire que la joina Republica oblida pas lo campèstre e sos pacans. Lo balèti seguèt los discors tota la serada e sabèm pas si lo pont fuguèt benesit lo dimenge d’après.

L’òm pòt dire que lo sègle XIX fuguèt aquel dels ponts al nivèl dels departaments per aisinar los escambis regionals e quò fuguèt, pauc per pauc, l’escantiment de las barcas. Cal tanben apondre que dins la segonda meitat del sègle un fum de ponts trenquèron flumes dels país bas e valadas montanhalas per los besonhs del camin de fèr e l’òm sap pas si fuguèron benesits.

Al sègle XX, après doas guèrras pro devastatritz, venguèt en França, la tira dels gigantes ponts dels estuaris : lo de Tancarville al dessùs de Sèna, lo d’Aquitània al dessùs de Gironda e lo de Sent Nazari al dessùs de Leira.

Lo joine sègle XXI ven de far espelir un autre gigant, lo pont de Milhau : un taulièr de 2460 mètres de long a 270 mètres al dessùs de Tarn. Mai que las doas ribas d’un cors d’aiga, lo pont de Milhau apond lo Causse Rotge al Causse de Larzac. Sabèm pas si aquel obratge, mai que d’autres, desplaguèt als dieus dels temps primièrs qu’èran tan nombrós o als dieus que l’òm ditz solets.

Tot çò que pòdi vos aconselhar si devètz trencar un pont del diable quò es de far passar en primier vòstre chen o vòstre cat, ental fasián a l’Atge Mejan. Anuèit, que l’òm se carreja mai que mai en veitura quò es pas aisat. Lo melhor quò seriá de tornar viatjar en carreta de caval o de buòus : lo diable pel peatge deuriá se contentar de l’arma de las paubras bèstias.

 

Gérard Marty

Novembre de 2020   

                                                

 

Une précision : article paru dans la revue Paraulas de Novelum, genier 2021, pp. 14-17.

 

[1] Àlans (Alles) ?

 

Ponts du Diable et diables de ponts.

 

Jean Rigouste, dans sa rubrique de toponymie de la revue occitane « Paraulas de Novelum », a rappelé que le Diable demeure propriétaire d’une quantité de ponts. Il en a compté 25, plutôt situés en montagne. Il est probable que vivre près d’un pont dont le bâtisseur avait le pied fourchu et passait son temps à brûler les âmes des pauvres gens dans des chaudières qui ne manquaient pas de combustible, sans savoir si ce combustible était du charbon ou du pétrole, n’était pas rassurant. On se disait qu’une éternité en enfer, cela peut durer, surtout sur la fin.

Aussi les voisins de ces ponts essayaient-ils de trouver un moyen pour se protéger de ce dangereux personnage. Le mieux était d’y bâtir une abbaye afin que les moines prient pour sauver l’âme de ceux qui allaient franchir l’œuvre de l’infernal pontonnier. C’est ainsi qu’à Comps (12), l’abbaye de Bonne-Combe voisine le Pont du Diable qui enjambe le Viaur.

Le Saint Père devait être un  peu chagrin de voir tous ces ponts du Diable, lui qui est le Patron de tous les ponts depuis que l’évêque de Rome a reçu, à la suite du dernier empereur romain, le titre de Pontifex Maximus ou Souverain Pontife. L’empereur le tenait pour l’avoir ravi au Grand maître des prêtres chargés de veiller sur un pont sacré de Rome.

Il faut dire que Rome, bâtie sur sept collines, était bordée par le Tibre, fleuve un peu sauvage qui avait tôt fait d’emporter tout ce qui se trouvait en travers de son lit. Le Tibre servait de frontière entre le peuple des Étrusques et celui des Latins. En ce temps-là, il était de coutume, pour se parer des ennemis, de s’établir à l’abri d’un fleuve. À regarder de plus près nos communes au long de la Dordogne, on remarque que la plupart s’étendent d’un seul côté, plus rarement de part et d’autre. Ainsi, Alles, Trémolat et Calès se lovent dans les trois méandres du fleuve.

Alors les Latins, protégés des Étrusques par le Tibre, étaient à l’abri des Sabins derrière l’Arno qui se jette dans le Tibre.

Il venait du fond des âges, l’idée que les fleuves et les rivières avaient été mis là par les dieux et que les hommes ne pouvaient les franchir sans les offenser. Les peuples qui vivaient en Mésopotamie, en sûreté entre deux fleuves, profitèrent d’une paix relative pour inventer une écriture, plus de trois mille ans avant Jésus-Christ.

Les Égyptiens n’avaient qu’un fleuve mais le plus long du monde. Celui-ci charriait ses eaux du Sud au Nord. Ils en firent la séparation entre le monde des vivants à l’Est et le monde des morts à l’Ouest. C’est ainsi qu’ils bâtirent leurs villes et leurs temples sur la rive droite et qu’ils enterrèrent leurs morts dans des pyramides ou des tombes creusées sur la rive gauche.

Écouter les dieux, c’est bien beau, mais ils ne sont pas toujours là pour dire ce qui ne va pas. Le peuple latin, bordé par ses deux cours d’eau, se sentit bientôt à l’étroit. Il franchit l’Arno pour aller chercher chez les Sabins, les femmes qui lui manquaient. Du côté des Étrusques, tout commença peut-être par le commerce. C’est sans doute pour cela qu’ils bâtirent un pont sur le Tibre, sept siècles avant Jésus-Christ. Ils le firent en bois afin de pouvoir le démolir rapidement si, au lieu de marchands, arrivaient des soldats. Un jour, toute l’armée étrusque se présenta. Un soldat romain Horatius Coclès lui tint tête du temps que ses amis démolissent le pont et ferment les portes de la ville. Rome fut sauvée, l’ouvrage devint sacré et on l’appela le pont Sublicius. Il resta le plus vieux pont de Rome.

Ce pont fut démoli et reconstruit, qui sait combien de fois ; et, pour veiller sur lui, il fallut des hommes assez habiles pour scier les poutres et les changer quand le Tibre les avait emportées. Comme le pont était sacré, les pontonniers devinrent prêtres et s’appelèrent pontifes. Leur maître, le Grand Pontife, devint celui qui disait au peuple quand les dieux lui demandaient de travailler ou de guerroyer et quand il devait festoyer. On comprend que l’empereur ne voulut laisser à nul autre que lui un tel pouvoir. Il me semble qu’aujourd’hui, les gouvernements ont gardé le moyen de régler le travail de chacun, par jour, par semaine et même pour la vie.

 

Entre la secousse de l’effondrement de l’Empire romain et la naissance de petits royaumes que l’on disait barbares, le christianisme se répandit avec ses évêques qui avaient gardé l’écriture latine et sa langue même si elle s’était un peu abâtardie. Quand les villes se mirent à refaire des ponts, les évêques étaient là pour les bénir, afin que le Bon Dieu regarde d’un œil amical, ceux qui allaient emprunter ce nouveau passage.

Les nouveaux constructeurs de ponts voyaient dans les anciennes provinces romaines, des chefs-d’œuvre qui avaient franchi les siècles et qui demeuraient solides comme les rocs sur lesquels ils plantaient leurs racines, je veux parler des plus admirables : le pont de Vaison-la-Romaine et l’aqueduc du Pont du Gard, tous deux construits au premier siècle après Jésus-Christ.

À Vaison, au beau milieu de la ville, fut bâti un pont d’une seule arche. Enchaîné à deux solides rochers, rien ne put le démolir, pas plus la dynamite que les soldats allemands y placèrent pendant la deuxième guerre mondiale que la crue de 1992. Le 22 septembre 1992, l’Ouvèze recouvrit le pont et même une bonne partie de la ville. La veille, il avait plu à seaux sur l’Hérault, le Gard et la Lozère. Toute cette eau dévala des montagnes. Le lendemain, un orage traversa le Rhône et vint s’écraser sur le mont Ventoux. Déjà grosse, l’Ouvèze enfla encore pour engloutir le pont et déborder dans les bas quartiers de la ville noyant 34 habitants. Après la crue, le pont était comme avant mais les deux maisons voisines étaient entièrement détruites.

Le pont du Gard conduisait l’eau de la source de l’Eure à la ville de Nîmes et, pour bien dire, comporte trois ponts les uns sur les autres. Au niveau le plus bas, le pont se déploie sur 142 mètres en six arches. Par-dessus, sont posées onze arches qui s’élèvent à plus de 40 mètres. Le troisième étage soutient le canal bâti sur trente-cinq arches, pas loin de cinquante mètres au-dessus du Gard. Ce monument pouvait servir de modèle aux bâtisseurs à venir.

Au Moyen Âge, les villes se mirent à construire des ponts pour tenir de grandes foires ou se placer sur un chemin de pèlerins. Ils furent surtout construits avec des arches ogivales mais, en ces temps peu sûrs, on dressa des tours pour fermer le passage en cas de guerre. À Cahors, le pont Valentré en reçut une à chaque extrémité et même une autre au milieu. À Orthez, sur le Gave de Pau, le pont est plus petit mais dresse fièrement en son milieu une tour crénelée.

En pays sarladais, le XIXème siècle fut celui de la construction de ponts, particulièrement sur la Dordogne. Les bacs étaient nombreux, placés près des gués connus depuis toujours. Mais avec le commerce qui se développait de plus en plus, l’attente des passeurs et ces traversées en barques qui apeuraient les animaux, devenaient insupportables.

La construction se fit en suivant le principe de l’attribution des bacs. Après adjudication, un concessionnaire se chargeait de bâtir le pont et recevait les péages des passagers pendant 99 ans. Je veux vous parler des ponts pour lesquels la religion fut encore très présente quand ils furent construits ; ceux de Siorac et de Limeuil.

En 1839, au mois d’août, le département ordonna de construire trois ponts sur la Dordogne à Groléjac, Domme, à Siorac et un autre sur la Vézère à Campagne. En ce temps-là, la Dordogne n’était pas encore domptée par les barrages en amont et elle débordait souvent, d’autant que  le climat était beaucoup plus humide qu’aujourd’hui.

À Siorac , Groléjac et Domme, les travaux commencèrent dès 1840. En 1843, une crue vint retarder les travaux à Siorac et à Groléjac et cela recommença le 27 février 1844. Une telle crue ne s’était pas vue depuis celle de 1783 qui fut même dépassée de 8 centimètres. Il ne resta rien du pont de Groléjac tandis qu’à Siorac, la culée gauche et trois piles à moitié faites furent emportées avec les échafaudages. Les maisons du port furent inondées et laissèrent des familles de mariniers dans le besoin.

Sans se décourager, les ouvriers reprirent le travail et deux ans plus tard, le 7 octobre 1846, le pont entre Siorac et Le Coux fut ouvert à la circulation. Cela dura ainsi un peu plus de trois ans.

 

Voici que le 26 novembre 1849, un  lundi jour de foire à Belvès, une nouvelle méchante crue démolit en plein milieu du pont, deux piles arrêtant une fois de plus la circulation. Le matin, plus de 4 000 voyageurs étaient passés et à treize heures, deux adolescents s’étaient engagés quand le préposé chargé d’encaisser les péages vit le tablier se tordre comme un serpent. Il rappela aussitôt les deux garçons qui furent sauvés.

Les concessionnaires qui étaient de Bordeaux en eurent assez de ce pont que l’on aurait pu appeler pont du Diable. Ils avaient dépensé 400 000 francs dans ce projet qu’ils ne voulurent pas poursuivre.

C’est un noble de l’endroit, d’une famille possédant des châteaux à Siorac et même dans toutes les communes du canton de Belvès, qui prit la concession. Il s’appelait Charles de la Verrie de Vivans. Cette famille de la Verrie portait le titre de comte de Vivans. Elle l’avait obtenu après trente-cinq ans de plaidoiries avec la parentèle de Geoffroy de Vivans, le vaillant capitaine d’Henri IV. Les descendants mâles de Geoffroy qui étaient restés protestants avaient émigré en Angleterre à la révocation de l’Édit de Nantes en 1685.

Ainsi, Charles de la Verrie, que l’on disait ingénieur des mines et qui habitait le château de Lamillal sur la commune du Coux, se chargea le 3 juin 1854, de rebâtir ce diable de pont par trois fois démoli. Mais le contrat stipulait que la concession de 99 ans débutait toujours en 1841 et se terminerait donc en 1940. En outre, pendant les réparations, le nouveau concessionnaire devait assurer le passage sur la Dordogne au moyen des bateaux fournis par l’administration.

Les travaux durèrent trois ans et le pont fut ouvert à la circulation à l’été 1857. On peut imaginer que Charles de la Verrie craignait qu’un beau jour, une crue vint à nouveau démolir son ouvrage et il chercha un moyen pour que le Diable ne lui jouât pas un autre mauvais tour.

En ce temps-là, la Vierge était de plus en plus vénérée, c’était l’époque des apparitions. On dit que Charles de la Verrie avait fait un pèlerinage à Notre-Dame de L’Assomption de Peiragude et en avait rapporté une pierre qu’il avait mise dans la pile du milieu. Il se trouva aussi que le fondeur Ducel faisait des statues en fonte. Charles lui acheta une Vierge portant son fils sur le bras. On ne sait comment la statue haute de deux mètres et pesant deux tonnes et demie, fut acheminée à Siorac depuis la fonderie située à Pocé-sur-Cisse. Charles de la Verrie avait fait bâtir un beau piédestal sur l’arche au milieu de la Dordogne. Ainsi, la Vierge se voyait de loin et guidait les gabariers qui descendaient la rivière.

La pose d’une telle statue ne pouvait se faire sans une belle cérémonie avec tout le clergé des alentours. Le diocèse de Sarlat était aboli depuis 1801 mais l’évêque de Périgueux qui s’appelait Amédée George-Massonais reçut le titre d’évêque de Périgueux et Sarlat en 1854. George-Massonais désigna l’abbé Mirail, archiprêtre de Sarlat, pour diriger la cérémonie qui se tint le 4 octobre 1857, jour du Rosaire. L’évêque accorda une indulgence spéciale à tous ceux qui viendraient prier la Sainte Vierge, le jour de la bénédiction de la statue et du pont.

Cela fut, il faut le  dire, une grande fête avec beaucoup de monde. L’abbé Mirail, au nom de l’évêque, après avoir béni la statue, mit le pont sous la protection de la Vierge, afin de lui assurer une belle longévité. Étaient là, les curés de Siorac et du Coux et même celui de Belvès. L’abbé Meiller, curé d’Allas, qui écrivait des poèmes en langue occitane, dit un long prône sur le marchepied de l’autel. Un banquet suivit les prières et, pour terminer cette journée miraculeuse, un feu d’artifice étincela au-dessus de l’eau calme du fleuve et jusqu’aux collines de Marnac et de Mouzens.

Et pourtant, si vous passez aujourd’hui sur le pont de Siorac, vous ne verrez aucune statue ni aucun piédestal. Il faut dire que les passants trouvaient cher de payer, chaque fois qu’ils voulaient traverser le pont et vint le temps où les nouveaux ouvrages étaient sans péage : l’État donnait une partie, le département et les communes voisines empruntaient pour payer la construction. Dès lors, le département de la Dordogne engagea, en 1886, des discussions avec Charles de la Verrie pour arrêter la concession. On compta et recompta les passages mais Charles n’était d’accord ni avec les chiffres du département ni avec l’intérêt proposé pour estimer le montant du rachat de la concession. Cela dura ainsi jusqu’à la mort de Charles de la Verrie, le 18 mars 1901.

En 1903, les cohéritiers acceptèrent un prix de rachat de 100 000 francs mais, au moment où il se parlait de la séparation de l’Église et de l’État, le département ne souhaitait pas acheter une statue de la Vierge, d’autant qu’il s’était établi un petit pèlerinage sur le pont. Les cohéritiers gardèrent la statue qu’ils portèrent, ainsi que son piédestal, au château de Lamillal où vivait la veuve de Charles de la Verrie. Le parapet fut réparé pour combler le trou laissé par le piédestal. Les réparations furent si bien réalisées, qu’aujourd’hui on n’y voit plus rien. En 1832, le château de Lamillal fut vendu, la statue et son piédestal furent transportés au château de Gageac sur la commune de Gageac-et-Rouillac où vivait un des fils de Charles de la Verrie.

Quand on commença à parler des ponts de Limeuil, il n’était plus question de péage. Il fallait trouver la meilleure solution pour traverser la Dordogne afin de réunir les cantons de Cadouin et de Sainte-Alvère mais il fallait aussi que les habitants de Limeuil et de Paunat puissent prendre le train à Alles ou au Buisson. En 1879, le Conseil Général de la Dordogne vota un budget pour faire les études d’une liaison entre Alles et Paunat à Sors ou entre Alles et Limeuil. Le choix entre les deux projets fut long. Finalement, les conseillers tombèrent d’accord pour réaliser deux ponts à Limeuil, l’un sur la Vézère, l’autre sur la Dordogne. Du coup, trois cantons furent réunis : Cadouin, Sainte-Alvère et Saint-Cyprien en passant par Saint-Chamassy.

L’adjudication fut lancée le 27 octobre 1888 pour un prix évalué à 247 000 francs. Deux entrepreneurs obtinrent le marché : Castagne pour la maçonnerie et Grafeuil pour les terrassements. Commencés en 1889, les deux ponts furent terminés en juillet 1891 et coûtèrent 284 455 francs. Le préfet décida de les ouvrir le 26 juillet, un dimanche. Évidemment, une grande fête d’inauguration était prévue avec un banquet sur la place du Port pour les autorités, des jeux pour les enfants, un feu d’artifice et des flambeaux suivis d’un bal pour toute la jeunesse des environs. Attendus à la gare du Buisson, le préfet de Périgueux et le sous-préfet de Bergerac devaient descendre en gabare à Limeuil.

Cependant, le clergé ne voyait pas d’un  bon œil que les gens puissent traverser un pont qui n’aurait pas été béni. La municipalité de Limeuil et le curé tombèrent d’accord pour faire la bénédiction, le dimanche précédent, 19 juillet. Vinrent jeter l’eau bénite sur ces deux belles œuvres, l’abbé supérieur  de Sarlat aidé par l’abbé Gérard, curé d’Alles, l’abbé Félix curé de Paunat, l’abbé Mabit curé de Saint-Chamassy, pour le plus grand plaisir de l’abbé Bouyssou, curé de Limeuil. Ce fut une fête grandiose, toute la journée, et les gens se promenèrent sur les ponts qui étaient bénis  mais pas encore inaugurés par les représentants de la République. Le préfet en fut très mécontent et trouva une excuse pour ne pas venir le dimanche suivant et le sous-préfet en fit de même.

Pourtant, le 23 juillet, les gens revinrent festoyer et banqueter. Peut-être que pour deux ponts, il fallait bien deux dimanches pour faire et refaire la fête. Plus de 100 ans plus tard, les ponts de Limeuil sont toujours debout dans leur belle robe  jaune de pierres du pays. Ils ont bien résisté aux grandes crues du vingtième siècle  en 1912, 1944 et 1952.

Après les deux ponts de Limeuil, vint le tour de Vic situé quelques kilomètres en amont. Vic est un petit village de Saint-Chamassy où se trouvait un bac pour aller au Buisson qui s’appelait encore Cabans. Appuyé au tertre de Vic, le pont franchit la Dordogne qui se dirige vers la Bouigue. La première pierre fut posée le 18 juillet 1891 et l’ouvrage terminé en juillet 1892. L’inauguration se déroula le 4 septembre 1892, un dimanche mais pas question de bénédiction !

Donc, le dimanche matin à onze heures, les municipalités de Cabans et de Saint-Chamassy  attendaient sur les quais de la gare toute neuve du Buisson, le préfet qui venait de Périgueux et les sous-préfets de Sarlat et de Bergerac. Étaient aussi présents deux députés, les conseillers généraux de Cadouin et Saint-Cyprien et un conseiller du Lot-et-Garonne, les maires de Paleyrac, du Bugue et même de Gardonne. Tout ce monde et tous les badauds de l’endroit s’en allèrent en procession jusqu’au pont, au son de la Marseillaise.

C’est le préfet qui, au nom du gouvernement de la République, déclara le pont ouvert à la circulation. Ensuite, rien de plus urgent que de se mettre à table.

Les tables étaient placées dans le pré pour bien voir le pont et le feu d’artifice qui allait être tiré sur la colline. Mais avant, il fallut entendre les discours de chaque homme politique qui s’appliquait à montrer que la jeune République n’oubliait pas la campagne et ses habitants. Le bal suivit les discours, toute la soirée, et nous ne savons pas si le pont fut béni le dimanche suivant.

On peut dire que le dix-neuvième siècle fut celui de la construction des ponts, au niveau des départements, pour faciliter les échanges régionaux, ainsi peu à peu, les bacs disparurent. On doit ajouter que dans la seconde moitié du siècle, de nombreux ponts franchirent les fleuves ou les vallées montagnardes pour les besoins du chemin de fer et l’on ne sait pas s’ils furent bénis.

Au vingtième siècle, après deux guerres dévastatrices, vint, en France, la liste des grands ponts sur les estuaires : celui de Tancarville au-dessus de la Seine, celui d’Aquitaine au-dessus de la Gironde et celui de Saint Nazaire au-dessus de la Loire.

Le jeune vingt-et-unième siècle vit naître un géant : le pont de Millau avec un tablier de 2460 mètres de long à 270 mètres au-dessus du Tarn. Plus que les deux rives d’une rivière, le pont réunit le Causse Rouge au Causse de Larzac. On ne sait pas si cela déplut aux dieux si nombreux des temps anciens ou aux divinités actuelles que l’on dit uniques.

Tout ce que je peux vous conseiller, si vous devez franchir un pont du Diable, c’est de faire passer devant vous, votre chien ou votre chat, ainsi faisait-on au Moyen Âge. De nos jours, où l’on voyage surtout en voiture, ce n’est pas facile. Le mieux serait d’en revenir aux charrettes  à bœufs ou à chevaux : le Diable, en guise de péage, devrait se contenter de l’âme de ces pauvres bêtes qui ne sont pour rien dans la malédiction.

 

Gérard MARTY

Novembre 2020

 



13/05/2021
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 248 autres membres