Terre de l'homme

Terre de l'homme

Passeurs d'images mémorielles

CLADECH & VEYRINES-de-DOMME

 

Erik & Hélène

 

Érick et Hélène Mathis, les repreneurs du hameau de l'AOREVEN à Merle. Photo © Pierre Fabre.

 

 

Il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace…  [Georges Danton (1759-1794), Législative, 2 septembre 1792]. S'il est un mot culte qui revient chaque fois que l'on parle de Danton, c'est bien l'audace.

 

De l'audace, il en fallut -et il en faudra encore-  à Hélène et Érick Mathis pour se lancer à corps perdu dans la reprise de l'AROEVEN à Merle. Ce site polyvalent  a connu une aventure follement passionnante tant dans sa finalité pédagogique que dans celle de site d'accueil et de loisir ; mais, l'association a dû, à grand regret, se résigner à se séparer de ce lieu chargé d'histoire.

Hélène et Érick ont pris l'énorme risque d'acquérir ce patrimoine d'exception pour fonder "Le Domaine des Coquelicots" et l'ouvrir à l'événementiel, mariages, anniversaires, cousinades, séjours ponctuels et séminaires. À Merle, la cuvette bucolique, d'où sourd le Neufond, livre au regard des usagers de la R.D n° 50, le "sanctuaire" de la mine qui, pendant un siècle ½, fut un site d'extraction du lignite. Tout, ici, appelle au recueillement, au repos, au sport, à la relaxation ou, a contrario, à la constitution vivante d'un groupe de travail.

 

Passeurs d'images mémorielles.

Hélène et Érick, ces jeunes seniors, manifestement, ont craqué pour Merle après le spontané coup de cœur. Ils se sont taillé un profil de repreneurs de point d'accueil. Hélène, Joinvillaise par sa jeunesse, qui, il y a encore quelques mois, était directrice de crèche, dont la famille est composée de pédagogues, établit ses racines dans le bassin minier du Valenciennois. Elle a, comme tant d'autres, lu, avec passion et émotion, Germinal de Zola. Elle se plaît dans ce hameau symbolique d'une transmission de culture ouvrière et minière. Elle imagine mal, comment un site minier, là dans ce pied collinaire, sans installations sanitaires dignes de ce nom, a pu fonctionner avec une main d'œuvre paysanne. Elle songe aussi aux années noires, à deux titres, où Merle servit de couverture à la Résistance. Érick, également francilien par son attachement au Val de Seine, était yerrois. Sa ville natale se situe à la confluence du Réveillon et de l'Yerres. Lui aussi a craqué pour ces reliefs cladecho-veyrinois. Ancien chef comptable, gestionnaire de logement sociaux, Éric mesure avec lucidité, combien il faudra compter encore et toujours pour lancer, finaliser et assurer la vie du Domaine des Coquelicots.

 

À la recherche d'une date symbolique pour l'inauguration.

Hélène et Érick tiennent à nouer des relations de voisinage avec les proches. Ils s'étonnent que, même à la campagne, les résidents ne se connaissent pas… ou plus. Ils tiennent à participer à la vie citoyenne locale et, à ce titre, ils se sont associés à la marche patrimoniale du printemps qui a emprunté la piste de l'ancien chemin de fer minier. Hélène et Érick ont, d'ores et déjà, bloqué leur calendrier pour ouvrir leur domaine lors des prochaines journées du patrimoine. Ils aimeraient bien trouver une date symbolique pour l'inauguration des Coquelicots. Le dimanche 1er août 1900 fut une date marquante pour Merle. Il y aura tout juste 120 ans que quatre malheureux mineurs ont perdu la vie dans les galeries. Pourrait-on combiner, lors de cette prochaine journée aoûtienne, le devoir de mémoire et la manifestation de volonté de continuité. Ce sera à Hélène et Érick d'en décider.

 

Pour contacter Hélène ou Érick

Tél 06 59 52 09 96

erick.mathis@sfr.fr

 

 



27/04/2021
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 262 autres membres