Terre de l'homme

Terre de l'homme

Portrait. André Poumeyrol fut le dernier des fileurs.

Aujourd'hui Terre-de-l'Homme s'invite au bord d'un cours d'eau où, au cours des siècles précédents, la Nauze servait de moteur à bien des activités... dont le travail de la laine. André Poumeyrol fut, en 2010, pour la T.V un témoin de ce passé. Aujourd'hui Clarianne Witzes se fait "chantresse" de ce passé mais aussi la conservatrice du savoir faire du site qu'elle promeut à merveille.

 

 

André Poumeyrol

 

 

 

S'il est un personnage qui  s'inscrit parfaitement dans un des clichés de Terre-de-l'Homme c'est bien André Poumeyrol.

Il vit le jour, le 13 décembre 1924, à Limeuil. Ce très joli village,  [lieu de jonction de deux sillons hydrographiques, l'un historique, la Dordogne, l'autre préhistorique, la Vézère], scelle dans sa confluence la Terre de l'homme. André, le 5 février 2015, à Périgueux, en osant passer le Styx, s'échappa pour le grand voyage.

 

Quelques mots sur l'enfance et l'adolescence d'André. Il prit pied sur la rive gauche de la Dordogne, en terre "nauzéroise", et fréquenta l'École primaire supérieure de Belvès. L'E.P.S, cercle  où n'accédaient que les meilleurs élèves de l'école primaire, devint, peu après la Libération, le Collège moderne de Belvès. Il était un établissement hybride puisqu'il était tout à la fois un collège et un micro-lycée qui, néanmoins, n'avait pas de terminale. À Belvès on manquait de place et l'on peut dire que l'avancée des espaces fut fort laborieuse. Là se mêlaient, un peu de bric et broc, aux côtés des vénérables murs  des remparts, le pivot du collège. Des bâtiments plus récents, sous l'hôpital, complétaient la base. Il faudra attendre les années 60 pour qu'un établissement secondaire moderne s'impose sur la colline de Tourne-Guil mais, signe des temps, la section lycéenne disparut.

 

Une longue vie ouvrière. Après son parcours à l'E.P.S André s'insère dans la vie active. Tout naturellement il entre dans le sanctuaire de la laine un peu comme un normalien accède au corps enseignant pour n'en ressortir qu'à l'âge de la retraite. Dans ce point lainier André se lie d'amitié avec le fils du filateur de l'époque. Cette amitié perdurera leur vie durant.

C'est le cœur gros qu'André, après 48 ans de labeur dans cet artisanat, va se décider à s'éclipser. On ne s'échappe pas ainsi sans avoir derrière soi tant et tant de souvenirs de vie de compagnonnage. Il aurait plus que largement pu obtenir la grande médaille d'or du travail, elle revient après 40 ans de carrière, mais ce "hochet" semblait bien ne pas le concerner, tout comme cet appui particulièrement discret qu'il apporta à la Résistance avec Jacques-Louis Teilhaud à la colonie de Puy-Chanat transformée en hôpital clandestin pour les aviateurs luxembourgeois qui ont retenu le sentier de l'honneur.

 

Si André fut le dernier fileur son épouse Élise, elle, fut une des ultimes couturières de ce Val de Nauze. Il est bien dommage que métiers qui requirent un savoir faire et patience soient broyés par notre temps.

 

André fut, dans bien domaines, un personnage sobre, circonspect et effacé qui, néanmoins, s'intéressa discrètement mais avec passion à la vie locale. C''est tout juste s'il manifesta quelque vif enthousiasme quand Les Sangliers de Belvès brillaient sur les stades. Il passa presque toute sa vie dans le village bi-communal de Fongauffier et, pour garder la forme, ses dernières années, il s'adonna à la marche avec son voisin et ami.

 

Interviewé par France 3 Périgords.  Quand la T.V chercha en 2010 des témoignages pour parler d'une des dernières filatures hexagonales c'est naturellement vers André que le binôme de Nora Genet et de Pascal Tinon s'est tourné. Qui mieux que ce vétéran pouvait apporter des détails sur un pôle qu'il a vu se transformer, grandir et, enfin, céder aux mutations économiques du marché de notre temps.

 

 

André Poumeyrol interviewé par Nora Genet caméra Pascal Tinon

 

 

https://terres-de-nauze.blog4ever.com/la-page-des-fileurs-et-des-filateurs-de- la-nauze-et-du-ceou-est-tournee

 

https://fongauffier-sur-nauze.blog4ever.com/andre-poumeyrol-admis-au-club-des-nonagenaires

 

________

 

Aujourd'hui la filature fongauffiéraine du Moulin du Crosles panneaux indicateurs la désigne Filature de Belvès, n'est plus  un lieu artisanal au sens que les anciens  lui ont connu. Là la créativité demeure vive et souveraine grâce au travail pédagogique poursuivi par l'Association Au Fil du Temps.

 

 

Clarianne

 

 

 

 

Clariane Witzes est la fée de ce Centre d'Interprétation de la laine. Dans ces vieux murs qui ont connu bien des générations, où l'on écoute le bruissement des ondes furtives du bief adjacent à la Nauze, des petites mains, plutôt féminines mais pas seulement, poursuivent une œuvre que le temps a menacé mais qui atteste le savoir-faire et, peut être, aussi le savoir être dans ce lieu d'où l'on imagine entendre encore, comme un témoignage transmissif, dans le tintamarre des machines la voix artisanale des fileurs.

 

http://filaturedebelves.com/

05 53 31 83 05

 

Dès que les prescriptions sanitaires le permettront n'hésitez pas à rendre visite à ce lieu d'exception et, si les conditions s'assouplissent, vous trouverez là de merveilleuses idées de cadeaux de Noël.

Cette filature se trouve à la sortie sud de Fongauffier, direction de Villefranche, au bord de la R.D 710.

 

 

______________

 

Vous aimeriez qu'un personnage [voire plusieurs] qui vous a (ont) marqué ou, mieux, qui a (ont) contribué à la vie locale, à la vie citoyenne en général, illustre le thème d'une page de ce blog. Il y en a beaucoup qui sont des adeptes de la discrétion, de la modestie et de la retenue. On ne pense pas toujours à souligner leurs missions et même, parfois, on oublie leurs œuvres. Ils ont, souvent bénévolement, donné de leur temps, de leur énergie, de leurs moyens et contribué financièrement de leurs deniers, pour des chantiers caritatifs, dont le Téléthon, mais aussi en travaillant pour les handicapés, pour les personnes âgées "oubliées" par leur famille, pour l'enfance en détresse à l'autre bout du monde, pour la sauvegarde du patrimoine collectif ou pour la sauvegarde de l'environnement, pour la sécurité paisible des citoyens dans notre bassin de vie, pour modérer l'envahissement du dangereux Vespa mandarinia, frelons asiatiques, pour le respect de la vie animale et du patrimoine naturel, ou aussi, tout simplement pour animer la vie culturelle, sportive et associative ou pour l'accompagnement éducatif des enfants afin d'en faire des citoyens probes et actifs, etc.

Ce sont parfois, voire souvent, des personnages de l'ombre. Ils sont impliqués dans la vie caritative, ils ont fait avancer des projets d'intérêt général, ils ont animé des collectifs culturels, sportifs, ils ont rédigé des opuscules, des livres ou des documents historiques, scientifiques ou écologiques. Certains sont montés sur les planches pour nous conter des histoires, nous conter des légendes ou pour faire revivre des épopées. N'hésitez pas à envoyer à Catherine Merlhiot un texte et une, ou plusieurs, image(s) d'appui pour situer ces personnages.

L'idéal serait de donner, ou redonner, vie à ces entreprises souvent discrètes, qui parfois  ont échoué, mais qui, à vos yeux, méritent de ne point sombrer dans l'oubli et, pourquoi pas, de trouver une piste de reviviscence.

 

Adresser vos soumissions, vos contributions, vos idées même embryonnaires  à :  catherinemerlhiot@gmail.com

 



16/11/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 248 autres membres