Terre de l'homme

Terre de l'homme

Un sac de billes

                             Un sac de billes

 

 

IMG_0369

 

Rue du moulin (nom actuel) aux Eyzies vers 1938. Devant l'épicerie familiale, 3 générations.  Sur les genoux de son père, un futur sagelacois. Le reconnaitrez-vous ?

 

Le témoignage de Françoise Maraval, parlant de sa tante Yette et de sa jeunesse dans le quartier Montmartre (Saint-Cyprien) m'a séduit par son authenticité. Exercice difficile que de maîtriser l'émotion, de faire le tri dans les souvenirs qui se bousculent. Dés lors l'écriture est déterminante.

Françoise a fait le choix de son quartier, choix judicieux, un quartier n'est pas une section administrative mais un lieu de vie en commun et de solidarité. On y a ses racines.

Que serait Paris avec ses seuls arrondissements, sans ses quartiers qui lui donnent de la consistance : Montmartre, le Marais, Saint-Germain des Prés, les Batignolles ?

 

Dans les moments difficiles, je n'ai cessé de penser à mon quartier aux Eyzies adossé à la falaise avec le ruisseau en contrebas (la Beune).

 

Falaise, où nous nous réfugions dans les trous de guetteur utilisés au IXème siècle pour repérer l'arrivée des wikings.

Ruisseau où nous allions pêcher les vairons.

La nature enserrait ce quartier populaire, cette rue animée par une quinzaine de commerces et de boutiques d'artisans. Le soir venu, on sortait les chaises sur le pas de la porte, on bavardait, les enfants jouaient à des jeux simples et peu coûteux : jeu du bouchon, jeu de billes (cf post-scriptum).

 

Tout un art de vivre. Il était difficile d'aller plus loin dans la simplicité et la fraternité.

 

Je les revois encore les habitants de ce quartier comme si c'était hier :

ma grand-mère bien sûr, épicière, qui faisait griller le café qu'elle étalait à même le trottoir sur des sacs de jute et qui tirait l'huile d'un fût à l'aide d'une manivelle ; le charron qui cerclait les roues dans un nuage de vapeur d'eau ;  le boulanger qui se reposait dans le pétrin  couché en chien de fusil ; le marchand de noix qui faisait énoiser des gens du quartier; chaque soir on entendait le bruit sec du maillet sur les noix posées sur une pierre plate. Le travail terminé, le marchand pesait séparément coquilles et cerneaux.. Dieu seul sait pourquoi  !

Il y avait aussi un bar-tabac dancing où les anciens jouaient à la manille, établissement tenu par une famille de parisiens, à l'accent prononcé, qui donnait à la rue un côté rue Lepic.

 

Tout le monde vivait en bonne intelligence. Nous partagions les joies et les peines.

 

L'épisode le plus douloureux fut le retour des corps de deux jeunes maquisards du quartier, fusillés au Moustier par les allemands.

L'épisode le plus émouvant fut le jour de la Libération : les habitants s'en donnèrent à coeur joie. Le dancing, fermé depuis 4 ans, rouvrit.

 

J'y fis en dépit de mon jeune âge, office de disk-jockey. A l'étroit, accroupi sous l'escalier avec près de moi un tourne-disques et une pile de 78 tours, j'accédais aux demandes des danseurs qui souhaitaient l'un un tango, l'autre un foxtrot. Dans la salle de bal, mères et grands-mères veillaient au grain.

 

Petit à petit les boutiques fermèrent ou s'installèrent dans la traverse. J'ai vécu cette lente agonie comme un crève-coeur.

 

Les ouvrages qui parlent des Eyzies évoquent surtout la préhistoire. Un jour peut-être quelqu'un, avec ses mots, dans une monographie, se hasardera à faire revivre ce quartier où nous avons passé notre prime jeunesse joyeuse et insouciante.

 

Pierre Merlhiot

 

Post Scriptum : Jeu de billes et jeu du bouchon

 

les billes

 


jeu de bouchon

 

Jeu du bouchon

1) faites fondre du plomb dans une boîte de cirage. Une fois refroidie, servez-vous de cette rondelle (piastre) comme projectile avec pour cible un bouchon surmonté de pièces de monnaie.

2) prenez une branche de sureau, enlevez la moelle, obturez les deux extrêmités avec des bouchons taillés dans une pomme de terre. Comprimez l'air à l'aide d'une tige en bois et  l'un des bouchons sert de projectile.

Essayez, c'est  d'une simplicité enfantine.



01/11/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 248 autres membres