Terre de l'homme

Terre de l'homme

Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.

Nous sommes rendus au cœur de l'hiver. Quelle chanson signe au mieux cette saison que "Vive le vent"… quand  nous sommes bien blottis au chaud d'un bon "cantou" !

 

 

 

Et le vieux monsieur descend vers le village
C'est l'heure où tout est sage et l'ombre danse au coin du feu
Mais dans chaque maison
Il flotte un air de fête
Partout la table est prête et l'on entend la même chanson

 

Sur le long chemin
Tout blanc de neige blanche
Un vieux monsieur s'avance avec sa canne dans la main
Et tout là-haut le vent
Qui siffle dans les branches
Lui souffle la romance qu'il chantait petit enfant

Oh, vive le vent, vive le vent
Vive le vent d'hiver
Qui s'en va, sifflant, soufflant
Dans les grands sapins verts

 

Oh, vive le vent, vive le vent
Vive le vent d'hiver
Qui s'en va, sifflant, soufflant
Dans les grands sapins verts

Oh, vive le temps, vive le temps
Vive le temps d'hiver
Qui rapporte aux vieux enfants
Leurs souvenirs d'hier

 

Oh, vive le temps, vive le temps
Vive le temps d'hiver!
Boule de neige et jour de l'an
Et bonne année grand-mère

Sur le long chemin
Tout blanc de neige blanche
Un vieux monsieur s'avance avec sa canne dans la main
Et tout là-haut le vent
Qui siffle dans les branches
Lui souffle la romance qu'il chantait petit enfant

 

Joyeux, joyeux Noël
Aux mille  bougies
Qu'on chante vers le ciel les cloches de la nuit
Et dans chaque maison
Il flotte un air de fête
Partout la table est prête
Et l'on entend la même chanson

Oh, vive le vent, vive le vent
Vive le vent d'hiver
Qui s'en va, sifflant, soufflant
Dans les grands sapins verts

 

Oh, vive le vent, vive le vent
Vive le vent d'hiver
Qui s'en va, sifflant, soufflant
Dans les grands sapins verts

Oh, vive le temps, vive le temps
Vive le temps d'hiver
Boule de neige et jour de l'an
Et bonne année grand-mère

 

James Lord Pierpont, 

 

Oh, vive le temps, vive le temps
Vive le temps d'hiver
Boule de neige et jour de l'an
Et bonne année grand-mère

(25 avril 1822 - 5 août 1893) était un auteur-compositeur, arrangeur, organiste, soldat confédéré et compositeur né en Nouvelle-Angleterre , surtout connu pour avoir écrit et composé " Jingle Bells " en 1857, intitulé à l'origine "Le traîneau ouvert d'un cheval". Il est né à Boston, Massachusetts et est décédé à Winter Haven, en Floride . Sa composition "Jingle Bells" est devenue synonyme des vacances de Noël et est l'une des chansons les plus jouées et les plus reconnaissables au monde.

 

Jingle Bells (" Tintez grelots " en anglais, Vive le vent, en français) est un chant de Noël traditionnel américain, écrit et composé par James Lord Pierpont, sous le titre One Horse Open Sleigh (Traîneau à cheval), publié le 16 septembre 1857 chez Oliver Ditson & Co. à Boston.

 

Cette très belle chanson muta quasiment en hymne laïque de Noël. Elle nous vient du pays de l'Oncle Sam. Transformée au fil des ans, elle est devenue cette vigoureuse poésie en hommage à l'hiver et au vent. Cette très belle chanson d'hiver chevauche les siècles et, chaque année, elle revient pour le plus grand plaisir des mélomanes... et des enfants, à l'approche de Noël.

 

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE DU TRAIN "MISTRAL".

 

Frédéric Mistral — Wikipédia

Frédéric Mistral, Image Wikipédia, le poète fondateur du félibrige, à gauche de cette introduction est connu de toutes et de tous.

Sauf pour les ferrovipathes, purs et durs, le Train Mistral, lui, dans quelques décennies, hélas, sera balayé des mémoires.

Il fut, néanmoins, un des fleurons du génie ferroviaire.

Le Mistral

 

Le Mistral dans le Défilé de Donzère. Ce train, emprunté au départ par "l'élite", devint au fil de son ère, accessible à tous. Train d'affaires, il symbolisa  la clientèle de managers, [affreusement désignée en franglais par la "business clientele"], le confort, la vitesse et le soleil "rhodano-azuréen".  

 

Image Médiathèque S.N.C.F

 

 

 

Le vent, force vive de la nature, est aussi indispensable à la vie que l'eau au jaillissement d'une source. Sans vent, nous n'aurions pas de pluie et la fécondation des fleurs serait impossible. Pour cela, reconnaissons que la traductrice ou le traducteur de "Jingle Bells" a superbement renommé cette ode à la nature. Comme toutes ces forces qui animent notre planète, quand le vent s'impose avec une puissance excessive, il sait et il peut être dévastateur... c'est la rançon de sa force ! 

 

Les vents sont connus sous leurs noms qui, d'un pays à l'autre, voire d'un bassin de vie à l'autre, peuvent changer d'appellation. Ces vents peuvent être désignés d'une manière générale : la brise, petit vent bien inoffensif, la bise, vent froid, voire très froid, qui nous dérange, le zéphir, vent doux et agréable ou, bien moins populaire, le Vent du Nord qui n'a pas de province particulière.

Les vents, en général, s'identifient à un sens et à un espace géographique. Ainsi, on trouve le Vent d'Autan qui nous vient du sud. Un autre vent qui nous vient du sud, aujourd'hui, n'est pratiquement plus cité dans les bulletins météorologiques.

Le cers, ou çers, (en catalan : el cerç) est un vent venant du nord-ouest de Narbonne, parfois très violent, soufflant dans le Languedoc près de la côte méditerranéenne. Il est toujours sec, mais est froid en hiver et parfois très chaud en été.

Dans les terres de l'ouest, à partir des îles charentaises, le cers devient la galerne.

 

Les Romains, découvrant le site de la future ville gallo-romaine de Narbonne, parlaient d'une ville vénéneuse quand le vent marin soufflait et d'aucuns disaient qu'il favorisait le paludisme. Ces derniers parlant de la ville venteuse, estimaient que quand le cers soufflait, il assainissait l'air. Ils ont fait du cers un dieu " Cersius ". En grec ancien, le mot Χῶρος désigne également le vent du Nord-Ouest.

 

 

Image Piotr Flatau

 

S'il est vent de notre hexagone dont tout le monde a entendu parler, c'est bien le Mistral. Le chantre et fondateur du félibrige, n'a pas eu besoin de se chercher un pseudonyme tant ce lien éolien collait à son personnage. Plus tard, ce nom inspira pour donner le nom du train hexagonal le plus prestigieux.

 

Vieille baderne incurable, quels que soient le blog et l'année, tu radotes à l'envi. Il est grand temps de resserrer ton "écritoire"  car un vent vif et piquant d'hiver pourrait bien emporter tes notes. Cela n'aurait, par ailleurs, aucune importance car elles n'intéressent que peu de lecteurs... voire aucun !

 

P.F



10/01/2021
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 254 autres membres