Terre de l'homme

Terre de l'homme

Adicias Jean

 

Le BUGUE

 

 

 

 

Photo © Pierre Fabre


Sur les berges de la Vézère, l'annonce du décès de Jean Montoriol a suscité un bel émoi. Jean s'est éteint à son domicile, ce vendredi 28 octobre, à l'âge de 78 ans. Il y repose, 70 Route de la Borie au Bugue, en attendant de partir au crématorium de Bergerac où sa famille et ses proches l'accompagneront, lundi à 13h15.

Le personnes qui souhaiteraient se recueillir à son domicile, sont invitées à prendre contact avec sa famille.

 

 

 

Jean naquit à Rouffignac, le 7 juillet 1944. Le village de la Forêt Barade venait de vivre l'horreur du 31 mars avec les atrocités de la division Brehmer. Le curé du village, courageusement, affronta l'officier du Führer qui brûlait Rouffignac et obtint que l'église et trois maisons voisines soient épargnées.

 

Jean était fier de ses racines plébéiennes et paysannes de ces reliefs sylvestres de l'Herm. 

J'ai, en marge d'une conférence de l'ABC, fortuitement connu Jean et nous avions sympathisé. Je lui glissai, alors, amicalement, que nous n'avions probablement pas les mêmes références… ce qui le fit sourire. Il brisa alors vigoureusement le vouvoiement conventionnel et m'invita, tout simplement, à l'appeler Jean. Je n'ai pas mémorisé son propos, mot pour mot, mais il me dit en substance "tu vois, je crois bien que nous avons les mêmes affinités, nos racines paysannes, notre fil conducteur est l'intérêt général et surtout celui de notre attachement aux valeurs de la laïcité".

 

Ce néphrologue qui consacra sa vie au service de sa patientèle, avait pour les plus humbles, une considération qui les touchait. Sylvie Braud et moi avons eu l'honneur et l'occasion de l'accueillir à Belvès, il y a une bonne douzaine d'années, pour une conférence où il passionna l'auditoire sur le thème médical qui était le sien.

 

Jean, une dizaine d'années plus tard, honora de sa présence, aux côtés de Christian Léothier, l'exposition de Bruno Marty à la Médiathèque Gérard Fayolle.

 

Jean qui avait la fibre citoyenne, l'affirma pleinement en conduisant une liste aux élections municipales de 2014. Il gagna l'adhésion de ses concitoyens et devint le maire affable de cette cité buguoise qu'il adorait. C'est là qu'il passa sa jeunesse et c'est là qu'il se retira.

 

Jean repose à son domicile.

 

Jean, fidèle à ses convictions, a voulu que son "adicias" soit strictement sobre, civil, laïque et républicain.

 

Jean, que tes cendres RIP !

 

Pierre Fabre

 

 

 



30/10/2022
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 263 autres membres